Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le point sur les inondations

    <p>Dans la province, près de 2426 domiciles sont inondés dans 146 municipalités. Plus de 1520 résidants ont été évacués.</p>
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir

    Dans la province, près de 2426 domiciles sont inondés dans 146 municipalités. Plus de 1520 résidants ont été évacués.

    Les sommets des inondations seront atteints entre lundi et mercredi, a indiqué lundi le ministre de la Sécurite publique, Martin Coiteux. Les autorités s’attendent maintenant à ce que le niveau de l’eau commence à baisser à compter de mercredi.


    « On est peut-être dans la semaine où l’eau va commencer à baisser, mais il y a encore beaucoup de travail devant nous pour contrôler l’inondation et ensuite lors du retrait des eaux », a pour sa part résumé le premier ministre, Philippe Couillard, qui a fait le point sur la situation en fin d’après-midi à Quyon, une ville située dans l’Outaouais.
     

    D’ici là, la Croix-Rouge canadienne a lancé une collecte de fonds pour venir en aide aux nombreux sinistrés à travers la province. Le gouvernement du Québec y a déjà contribué à hauteur de 500 000 $.

     

    Votre région est-elle touchée?

      

    Lundi matin, 2426 résidences étaient inondées et 1520 personnes avaient été évacuées. De même, 146 municipalités du Québec étaient encore touchées par ces inondations.

    Consultez la carte interactive du ministère de la Sécurité publique

      

    La Ville de Montréal a décrété l’état d’urgence sur son territoire dimanche à cause de la dégradation de la situation.

     
    • Les arrondissements de Pierrefonds-Roxboro et Île-Bizard–Sainte-Genevière sont notamment touchés. La situation est également critique dans Ahuntsic-Cartierville: des résidences ont été inondées sur le boulevard Gouin et un centre d’hébergement a été ouvert au YMCA du boulevard Laurentien. Selon le directeur du Service de sécurité incendie de Montréal, Bruno Lachance, la situation était stable en fin de journée lundi.
       
    • Au cours de la soirée de dimanche, les autorités ont dû procéder à l’évacuation de 86 patients du pavillon Albert-Prévost, spécialisé en soins psychiatriques, de l’hôpital du Sacré-Cœur de Montréal à cause d’un refoulement d’égout. La plupart des patients ont été transférés vers l’hôpital Rivières-des-Prairies.
       
    • Trois digues ont cédé dimanche à Pierrefonds, dans le nord-ouest de l’île de Montréal, le long de la rivière des Prairies, et des évacuations ont été menées dans ce secteur. « Il faut se parer en conséquence », a indiqué en point de presse le maire de Montréal.
      

    Le maire de Laval, Marc Demers, a lui aussi décrété l’état d’urgence local. Quatre-vingt-quinze résidences ont été évacuées dans ce secteur, dont une majorité tôt lundi.

     

    À Boisbriand, au nord de Montréal, la mairesse, Marlene Cordato, a mis en place son plan sur les mesures d’urgence en raison des débordements de la rivière des Mille Îles.

      

    Dans les Laurentides, à Oka, la situation est critique. Le sous-sol de l’hôtel de ville a été inondé au cours du week-end, alors qu’une soixantaine de résidences ont aussi été envahies par l’eau. Pointe-Calumet, Saint-André d’Argenteuil et Saint-Placide sont aussi très touchées par les inondations.

     

    À Gatineau, en Outaouais, 411 résidences ont été évacuées et 708 personnes ont été prises en charge par la Croix-Rouge.

     

    En Montérégie, la ville de Rigaud est la plus touchée. L’état d’urgence est en vigueur depuis plusieurs jours.

     

    En Mauricie, les secteurs problématiques sont Louiseville, Maskinongé, Yamachiche, et Shawinigan, entre autres.

     

    Vos déplacements seront-ils perturbés?

     

    Un certain nombre de routes ont été complètement ou partiellement fermées à la circulation en raison des inondations.

    Dans l’ouest de l’île de Montréal, le boulevard Saint-Charles a été partiellement fermé à la circulation automobile afin d’accélérer l’intervention des services d’urgence.

     

    Le pont Galipeault, qui relie Sainte-Anne-de-Bellevue à l’île Perrot, sur l’autoroute 20, demeure fermé dans les deux directions pour une durée indéterminée.

     

    La Socitété de transport de Montréal note quant à elle que plusieurs trajets d’autobus restent perturbés, mais que des lignes ont retrouvé leur trajet normal.

     

    En Gaspésie, plusieurs routes sont fermées à la circulation à cause des inondations. Le MTQ fait état de la 195 entre la route de la Boucanerie et le pont Michaud, à Saint-René-de-Matane, de la 198, de Saint-Maxime-du-Mont-Louis à Mont-Albert, de la 234, entre la 132 et le 3e Rang ouest et de la 299, à deux endroits différents.

     
    Transports Québec rapporte plusieurs « entraves majeures » ailleurs dans l’Est du Québec, notamment à La Pocatière sur le pont de la rivière Saint-Jean, à Rimouski sur le pont de la rivière Rimouski, à Gaspé sur le pont de la rivière des Atocas.

    De plus, le ministère des Transports rapporte une fermeture de la route 132 entre le chemin de Saint-Edgar et le chemin Pardiac à New Richmond et une fermeture de la même route à hauteur de rivière Cascapédia-Saint-Jules pour « bris de la route ».
     

    En Outaouais, l’autoroute 50 est fermée partiellement ou complètement à divers endroits. Par conséquent, la Société de transports de l’Outaouais annonçait lundi que les déplacements en transports adaptés ou ordinaires étaient gratuits jusqu’à nouvel ordre.

     

    Certains chemins secondaires sont également fermés à la circulation à cause des inondations à Montréal, à Laval, en Montérégie, en Gaspésie, en Outaouais ou dans le Centre-du-Québec.

    L’Agence métropolitaine de transport annonce également que le départ ajouté lundi sur la ligne de train de banlieue Vaudreuil-Hudson est maintenu pour la journée de mardi. Le service reste gratuit sur cette ligne, ainsi que sur la ligne de train Deux-Montagnes pour toute la journée de mardi.

     

    Les écoles sont-elles fermées?

     

    Plusieurs établissements scolaires situés dans les zones sinistrées seront fermés dans la journée de mardi en raison des inondations qui perdurent. 

    Consultez la liste des établissements

     

    Qu’en est-il des pannes de courant?

     

    Dans plusieurs municipalités affectées, le service d’électricité a dû être coupé.

     

    Sébastien Doré, de la sécurité civile pour le Centre-du-Québec, a fait état de 63 glissements de terrain et de « craintes » pour les systèmes d’aqueduc à Saint-Tite.

     

    Un pylône a été endommagé à Sainte-Anne-de-la-Pérade. Le porte-parole d’Hydro-Québec, Louis-Olivier Batty, s’est toutefois voulu rassurant lors d’une entrevue à La Presse canadienne dimanche après-midi. « On a pu sécuriser le pylône. Il tient encore sur trois de ses quatre pattes. Il n’y a pas de problème. On a placé des haubans. On est en train de faire un remblai avec des roches pour solidifier le terrain. On ne craint pas d’effondrement. »

     

    M. Batty a indiqué que les clients d’Hydro-Québec n’ont pas été affectés par ces travaux. « Il n’y a pas eu d’interruption de service pour les gens du secteur de Sainte-Anne-de-la-Pérade », a-t-il dit.

     

     

    Quelle aide pour les sinistrés?

     

    Des bénévoles de la Croix-Rouge canadienne se chargent de recevoir les sinistrés dans une dizaine de centres d’accueil et d’information (CAI) ayant été mis en place au Québec.

     

    Selon la porte-parole de l’organisme dans la province, Geneviève Déry, ces âmes charitables s’efforcent de leur offrir un soutien logistique doublé d’un appui moral.

     

    « Quand les gens se présentent dans les centres, on procède à l’évaluation de leurs besoins... Habituellement, ils viennent y chercher de l’aide parce qu’ils n’ont plus accès à leur maison. Alors, on les oriente vers des hôtels. On s’assure qu’ils ont des vêtements et de la nourriture », a-t-elle mentionné.

     

    « Quand les gens partent de chez eux, ils ignorent dans quel état ils vont retrouver leur domicile. Dans ce contexte difficile, ils ont besoin de savoir qu’ils peuvent être écoutés », a-t-elle ajouté.

     

    Mme Déry a souligné qu’à terme d’autres CAI pourraient être ouverts.

      

    Appelée en renfort, l’armée canadienne a annoncé dimanche qu’elle allait tripler ses effectifs pour venir en aide aux sinistrés. Ils sont maintenant près de 1200 au Québec.

     

    Le lieutenant-colonel Pascal Larose a indiqué qu’environ 400 militaires sont déployés entre les secteurs de Gatineau et de Rigaud, 550 dans la grande région de Montréal-Laval, 75 dans la région de Trois-Rivières et de Nicolet et 200 sur la Rive-Sud. L’armée a aussi envoyé 15 bateaux et des ensacheuses pour mettre du sable dans les sacs.

     

    À ce total, s’ajoutent quelque 200 policiers de la Sûreté du Québec, dont la tâche est de tenter de convaincre les personnes affectées de quitter leur domicile et de protéger les lieux 24 heures sur 24.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.