Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Idées

    Censure, idéologie et vérité

    8 avril 2017 | Patrick Moreau - Rédacteur en chef de la revue «Argument» | Actualités en société
    «Si l’on veut réellement servir la vérité [...] mieux vaut y laisser s’exprimer toutes les théories, toutes les opinions informées, tous les arguments», estime Patrick Moreau.
    Photo: iStock «Si l’on veut réellement servir la vérité [...] mieux vaut y laisser s’exprimer toutes les théories, toutes les opinions informées, tous les arguments», estime Patrick Moreau.

    Dans Le Devoir de jeudi dernier, Thomas Davignon justifie la censure dont font les frais certains intellectuels dans les universités au motif que celles-ci ne sont pas un « espace de débat idéologique », mais des lieux de savoir consacrés au « progrès de la connaissance objective ». Il en conclut qu’il est donc parfaitement justifié que n’y aient « droit de cité » ni « la rhétorique populiste » ni « le pseudo-intellectualisme pamphlétaire », pas plus que « les idéologues prosélytes ».

     

    Saute malheureusement aux yeux, à la lecture de ce texte, la suffisance remarquable de son auteur, qui sépare doctement le bon grain de l’ivraie, mais sans jamais prendre la peine de définir les termes au nom desquels il opère cette série de distinctions, termes qui sont pourtant hautement problématiques : qu’est-ce en effet que ce « pseudo-intellectualisme » qu’il condamne et en quoi se distingue-t-il du vrai ? Qu’est-ce qui fait qu’un débat est « idéologique » (j’aurais pour ma part plutôt tendance à croire que le « débat » lui-même ne saurait l’être, contrairement aux positions adoptées par les uns et les autres dans un tel débat) ? Qu’est-ce que la « connaissance objective » et les « faits » dans le domaine des sciences humaines, de la réflexion politique, des choix de société, etc. (puisqu’il s’agissait à la base d’exclure un indésirable d’un débat sur le cours Éthique et culture religieuse) ?

     

    Je me permettrai donc de reprendre ici succinctement ces trois points à nouveaux frais.

     

    Parole frappée d’illégitimité

     

    Tout d’abord, le sociologue Mathieu Bock-Côté — puisque c’est bien lui qu’il s’agissait de censurer et que Davignon vise sans le nommer — est-il ce que ce dernier appelle un « idéologue » dont la parole serait frappée d’illégitimité dans l’enceinte de l’université ? Il suffit de s’appuyer sur quelques « faits » pour répondre à cette question et calmer ainsi de telles inquiétudes. Docteur en sociologie, chargé de cours dans différentes universités, auteur ou coauteur de sept ou huit livres publiés au Québec et en France chez des éditeurs reconnus, ainsi que de nombreux articles de revues, il a non seulement le statut, mais indéniablement aussi la stature d’un véritable intellectuel. Dans ces circonstances, l’accuser de n’être qu’un pseudo-intellectuel relève à l’évidence de la mauvaise foi. Sauf à considérer, bien sûr, que n’est qu’un « idéologue » tout penseur avec les thèses duquel on n’est pas d’accord ! Ce point est important, car à travers ces accusations de populisme et de pseudo-intellectualisme, c’est bien une volonté de faire taire tous les points de vue divergents qui est mise en avant, et aussi — et c’est encore plus grave à mes yeux — une velléité manifeste de jeter l’interdit sur certains débats, sur certaines questions, qu’il serait malséant de seulement soulever.

     

    Des questions et des concepts discutables

     

    En effet, il appert de plus en plus clairement ces derniers temps que certaines questions n’ont, en certains milieux (dont l’université), même plus le droit, apparemment, d’être débattues. La question nationale, l’identité nationale, la laïcité suscitent des anathèmes, mais à peu près plus de discussions argumentées. Parallèlement, il devient suspect de simplement soulever quelques doutes à l’égard de concepts tels que la « culture du viol », la notion de « genre », l’« islamophobie » ou le « racisme systémique », comme si la réflexion sur ces sujets devait être enserrée dans toute une série de nouveaux tabous. Or, ces questions et ces concepts sont, par définition, éminemment discutables, car précisément, ils ne relèvent pas d’une « connaissance objective » qu’il suffirait de montrer de façon à ce que seuls les fous ou les aveugles ne soient pas aussitôt convaincus.

     

    Rappelons-le, même si cela relève de l’évidence, la vérité dans le domaine des sciences humaines n’est jamais absolument objective, même si elle s’appuie partiellement sur des faits. Il n’y a pas de vérité « scientifique » dans le domaine de l’économie, de la sociologie, de la psychologie, ni bien sûr dans celui de la politique. Il n’y a et il ne peut y avoir que des théories qui s’y affrontent et qui vont apparaître plus ou moins fondées, plus ou moins productives, etc. Penser autrement, ce serait revenir au beau temps de l’URSS, où le diamat (la doctrine marxiste du matérialisme dialectique) se vit érigé au sein de l’Empire soviétique en orthodoxie politico-philosophique, et cela reviendrait, justement, à céder de nouveau aux sirènes de l’idéologie.

     

    Si l’on veut réellement servir la vérité (ce qui me semble effectivement être le rôle de l’université), mieux vaut y laisser s’exprimer toutes les théories, toutes les opinions informées, tous les arguments. Après tout, ainsi que l’écrivait Friedrich Dürrenmatt : « Il n’existe de vérité que dans la mesure où nous la laissons tranquille. » Donnons-lui libre cours, et parions que le bon grain se séparera de lui-même de l’ivraie…













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.