Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Institut d’études canadiennes

    Andrew Potter n’aurait pas eu d’autre choix que de démissionner

    Les contrecoups ont été tels au sein de la communauté universitaire que Andrew Potter n’avait d’autre choix que de démissionner, avance le magazine «Maclean’s».
    Photo: Bell Eapen Flickr Les contrecoups ont été tels au sein de la communauté universitaire que Andrew Potter n’avait d’autre choix que de démissionner, avance le magazine «Maclean’s».

    Le « lieu de débats et de controverses » qu’est censé être l’Institut d’études canadiennes de l’Université McGill n’aura pas toléré d’être soudainement projeté sous les feux de la rampe. L’organisme universitaire a accepté jeudi la démission de son directeur, le journaliste Andrew Potter, trois jours après la publication dans le magazine Maclean’s d’un texte sur le « malaise » québécois.

     

    L’ex-rédacteur en chef de l’Ottawa Citizen avait déjà fait son mea culpa, la veille. Mais cela n’a pas suffi. Citant la « réaction négative qui perdure, au sein de la communauté universitaire et au sein du grand public »,M. Potter a rendu son tablier dans une lettre acheminée mercredi soir au conseil d’administration de l’Institut, un peu moins de huit mois après son entrée en poste. Il demeurera toutefois professeur agrégé de l’Université McGill.

     

    Les contrecoups ont été tels au sein de la communauté universitaire que M. Potter n’avait d’autre choix que de démissionner, avance le magazine Maclean’s, citant des sources au fait du dossier. Un refus d’obtempérer aurait mené à son renvoi pur et simple. Le principal intéressé a refusé les demandes d’entrevue du Devoir. « Je ne dirai rien d’autre que ce que j’ai déjà déclaré publiquement », a-t-il répondu par courriel.

     

    La mission de l’Institut d’études canadiennes de l’Université McGill est de promouvoir « une meilleure compréhension du Canada par l’étude de notre héritage », a souligné dans une lettre à la communauté universitaire Suzanne Fortier, la rectrice de McGill. « Le professeur Potter a reconnu qu’il a failli à cette mission et que sa “démission était préférable pour conserver la crédibilité de l’Institut” », a-t-elle ajouté, citant M. Potter.

     

    Déjà la veille, la réaction de la maison d’enseignement avait été cinglante : dans un message publié sur Twitter, elle avait affirmé n’appuyer « d’aucune façon les propos tenus par Andrew Potter », une prise de position plutôt étonnante de la part d’une université, lieu où la « liberté intellectuelle »est censée être complète, du moins en théorie.

     

    Et la liberté intellectuelle ?

     

    L’énoncé sur la liberté universitaire de McGill prévoit d’ailleurs la liberté de mener des travaux de recherche, d’en communiquer les résultats et de créer des oeuvres artistiques « sans être soumis aux contraintes de la rectitude politique ou assujettis à des mesures disciplinaires ou punitives ».

     

    « Si c’est bel et bien vrai que l’administration de McGill a cédé aux pressions extérieures et obligé le professeur Potter à démissionner, il s’agirait d’un des cas les plus flagrants et sérieux de violation de la liberté intellectuelle des plus récentes années », a estimé le directeur général de l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université, David Robinson. L’ACPPU demande à l’administration de McGill de clarifier les circonstances entourant les événements ayant mené à la démission du professeur Potter.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.