Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Un attentat terroriste dans une mosquée de Québec fait six morts

    Deux hommes ont été arrêtés à la suite de la fusillade.

    Les policiers avaient reçu un premier appel vers 19 h 55, dimanche soir, faisant état de coups de feu entendus au Centre culturel islamique de Québec, qui est également connu sous le nom de grande mosquée de Québec.
    Photo: Renaud Philippe Le Devoir Les policiers avaient reçu un premier appel vers 19 h 55, dimanche soir, faisant état de coups de feu entendus au Centre culturel islamique de Québec, qui est également connu sous le nom de grande mosquée de Québec.

    « Vous êtes chez vous. »

     

    C’est avec ce message aux musulmans du Québec que le premier ministre Philippe Couillard a lancé le point de presse qu’il a donné un peu avant deux heures du matin en compagnie du maire de Québec, Régis Labeaume, et du ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, au sujet de l’attaque terroriste qui a visé une mosquée de Sainte-Foy dimanche soir.

     

    Quelques heures plus tôt, un peu avant 20 h, l’horreur frappait dans le Centre culturel islamique de la ville de Québec. Des forcenés y ont ouvert le feu en pleine prière du soir, faisant six morts et 19 blessés. À 7 h 45 lundi matin, cinq d'entre eux se trouvaient toujours dans un état grave, dont trois qui étaient toujours entre la vie et la mort, selon le Centre hospitalier universitaire de Québec.

     

    « Nous sommes avec vous. Vous êtes chez vous. Vous êtes bienvenus, chez vous. Nous sommes tous des Québécois », a lancé Philippe Couillard aux Québécois de confession musulmane.

     

    Deux hommes ont été interpellés et sont en détention, a également annoncé la Sûreté du Québec (SQ), vers 1 h du matin. « Un suspect a été arrêté ici, à proximité des lieux [de l’attaque]. Un autre suspect a été arrêté sur territoire de la SQ, à proximité de l’île d’Orléans », a annoncé la porte-parole Christine Coulombe. « Rien ne porte à croire qu’il y a d’autres suspects reliés à l’événement », a-t-elle ajouté.

    Ce que l'on sait
    • Le gouvernement du Québec considère la tuerie comme un acte terroriste.
    • Entre 60 et 100 personnes présentes dans la mosquée au moment du drame.
    • Les policiers ont été appelés vers 19 h 55.
    • Au moins six personnes ont perdu la vie.
    • Dix-neuf personnes ont été blessées. À 7 h 45 lundi matin, cinq d'entre elles se trouvaient toujours dans un état grave, dont trois qui étaient toujours entre la vie et la mort
    • Deux hommes ont été appréhendés. Un des deux a été arrêté à plusieurs kilomètres des lieux de la tuerie, à proximité du pont de l'île d'Orléans.
    • L'enquête est menée de concert par le SPVQ, la GRC et la SQ.

     

    Prière du soir

     

    Les événements tragiques ont eu lieu pendant la prière du soir, un événement auquel se rendent surtout des hommes, tous les jours à 19 h 30. Un peu avant 20 h, les policiers du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) ont été appelés à se rendre à la mosquée de Sainte-Foy en raison d’appels concernant des coups de feu.

     

    Sur place, six personnes âgées de 35 à 70 ans ont été abattues. Huit autres ont été blessées, tandis que 39 autres s’en sont sorties indemnes, a confirmé la SQ. C’est ce dernier service de police qui a pris le relais de l’enquête.

    Le Centre culturel islamique de Québec

     
     

    Le Service de police de la Ville de Montréal et la Gendarmerie royale du Canada travaillent aussi avec le SPVQ et la SQ afin d’éclaircir les circonstances de cet attentat, rapidement qualifié de terroriste par le gouvernement.

     

    « À la suite de cet acte terroriste, j’ai demandé à l’Assemblée nationale de mettre en berne notre drapeau du Québec », a ainsi annoncé sur Twitter le premier ministre Philippe Couillard.

       

    « On a l’impression de rêver, Québec est en deuil, cette magnifique ville… Cette magnifique Capitale-Nationale vient de vivre un deuil sans nom », a déclaré le maire de Québec, Régis Labeaume, la voix brisée par l’émotion. « Aucun humain ne devrait payer de sa vie par le fait de sa race, de sa couleur, de son orientation sexuelle ou de sa croyance religieuse. »

     

    Comme Philippe Couillard, il a lancé un message de solidarité, d’amour et d’ouverture. « Je veux exprimer ma révolte devant ce geste crapuleux. Je veux dire aux membres de la communauté musulmane, […] qu’ils peuvent compter sur notre soutien. Et surtout, je veux dire que nous les aimons. »

     

    Coups de feu

     

    Le président de la mosquée, Mohamed Yangui, a indiqué que la prière du soir attire 60 à 100 personnes tous les soirs. « On m’a dit qu’il y avait eu une fusillade et puis que la personne a réussi à recharger son arme trois fois […] », a-t-il déclaré, en citant les informations que lui ont rapportées ses amis. « On m’a dit qu’il était au rez-de-chaussée et qu’il a réussi à monter au premier étage. » Tôt lundi matin, les autorités n’avaient toujours pas confirmé ce scénario.

     

    Mohamed Yangui s’est aussi désolé d’être témoin d’un événement motivé par la haine. « C’est un geste barbare. […] Ce sont des gestes isolés, ça ne reflète pas la société québécoise », a-t-il affirmé.

     

    Le Centre culturel islamique de Québec a été la cible d’un geste haineux au mois de juin dernier, quand une tête de porc y avait été déposée en pleine nuit. La tête de l’animal, dont la viande est interdite de consommation par le Coran, avait été placée dans un emballage cadeau transparent accompagné d’une note sur laquelle il était inscrit « Bonne [sic] appétit ».

     

    La mosquée faisait l’objet de surveillance régulière de la part des policiers du SPVQ. Elle s’était aussi équipée de caméras de surveillance.

     

    Diverses vigies de solidarité, notamment à Montréal, à Québec et à Saguenay, sont organisées pour ce lundi soir. À Montréal, le service de police a prévu une rencontre avec les leaders de groupes musulmans en matinée, lundi. Le maire de Québec et le premier ministre Couillard doivent aussi rencontrer des personnalités musulmanes, notamment pour discuter des moyens à prendre pour aider les familles touchées. La sécurité aux abords des lieux de culte a également été augmentée partout au Québec, a annoncé Philippe Couillard.

    Les policiers avaient reçu un premier appel vers 19 h 55, dimanche soir, faisant état de coups de feu entendus au Centre culturel islamique de Québec, qui est également connu sous le nom de grande mosquée de Québec. Plusieurs morts ont été confirmées dimanche soir par le porte-parole du SPVQ. Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) confirme pour l’instant que ses policiers ont été envoyés au 2900, chemin Sainte-Foy.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.