Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Exportations

    Des PME d'ici braveront le protectionnisme de Trump

    Les bénéficiaires du programme Passeport PME sont très variés et incluent des entreprises de différentes sphères commerciales.
    Photo: iStock Les bénéficiaires du programme Passeport PME sont très variés et incluent des entreprises de différentes sphères commerciales.

    Des PME québécoises, dont l’identité sera dévoilée ce lundi par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) et Québec international (QI), seront parmi les premières à mettre à l’épreuve les visées protectionnistes du président Trump.

     

    La quatrième cohorte du programme Passeport PME, une initiative permettant à une vingtaine d’entreprises de bénéficier d’accompagnement pour faire le saut à l’international, sera très variée. Elle compte notamment Fin Finaud Consultant (informatique), Infynia (mines et énergie), Your Bar Factory (alimentation) ou encore PM SCADA Cybersécurité, indique la liste obtenue par Le Devoir.

     

    Mais à la différence des cohortes précédentes, celle de 2017 devra composer avec un président américain dont le discours protectionniste soulève bien des questions. Parmi les 15 entreprises sélectionnées par la Chambre de commerce, plus de la moitié visent le marché américain.

     

    Incertitude

     

    L’entreprise bblüv Group, qui vend des accessoires pour bébé, fait partie de ces PME qui tenteront de percer le mystère Trump. Son président et cofondateur, Mathieu Tremblay, explique que ses produits sont conçus au Québec, mais fabriqués en Chine, puis importés.

     

    Ils sont distribués aux États-Unis depuis l’an dernier, mais il s’agit d’une présence « embryonnaire » que l’entrepreneur veut accroître rapidement, notamment avec un entrepôt en territoire américain.

     

    « La game va être la même pour tout le monde, dit-il au sujet d’éventuelles mesures protectionnistes de Donald Trump. Mais c’est sûr que si le gouvernement impose des blocages sur l’importation de produits asiatiques, ça va avoir un impact sur nous, comme sur toutes les autres compagnies américaines dans le même domaine. »

     

    Être confiant

     

    Le président et chef de la direction de la CCMM, Michel Leblanc, sait bien que l’arrivée du nouveau président américain peut effrayer des PME qui hésitent à étendre leurs activités au sud de la frontière. Mais il se montre rassurant.

     

    « Il n’y a absolument rien qui a été changé jusqu’à maintenant sur le plancher des vaches », a-t-il souligné, lors d’une entrevue accordée à sa sortie d’une rencontre organisée la semaine dernière à Los Angeles, qui réunissait les plus grandes chambres de commerce d’Amérique du Nord.

     

    « Je sens que mes homologues américains pensent qu’à travers les décisions qui vont être prises, le commerce transfrontalier va être protégé, a-t-il affirmé. Donc pour l’instant, je dis à toute entreprise du Québec d’aller aux États-Unis. Le marché est en santé, l’économie va bien. Soyez confiants. »

     

    Le programme Passeport PME est soutenu par la Banque Nationale, la Caisse de dépôt et placement du Québec et le gouvernement du Québec, par l’entremise de la stratégie québécoise de l’exportation lancée récemment.

     

    Les entreprises participantes reçoivent des services d’une valeur de 25 000 $, mais elles doivent en contrepartie s’engager à investir 5000 $.

     

    « Le programme va nous aider à aller chercher de l’expertise et à éviter les pièges », espère Mathieu Tremblay.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.