Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Des parents modèles, les Québécois 

    Ils excelleraient dans l’art complexe d’élever leurs adolescents par rapport aux parents d’autres pays, selon une étude

    Les jeunes québécois sont dans la moyenne sur le plan des comportements déviants, entre les Américains, qui sont les plus délinquants, et les Mexicains, les plus obéissants aux règles.
    Photo: iStock Les jeunes québécois sont dans la moyenne sur le plan des comportements déviants, entre les Américains, qui sont les plus délinquants, et les Mexicains, les plus obéissants aux règles.

    Les parents québécois ont-ils la touche magique pour élever leurs adolescents ? Ils ont la réputation d’être « mous », mais ils sont simplement « modernes », conclut une étude menée dans cinq pays. Autoritaires, mais sans créer de conflits insurmontables avec leurs adolescents, les parents du Québec excellent dans l’art complexe d’élever leurs enfants de 12 à 15 ans.

     

    En tout cas, les adolescents québécois disent être plus heureux que ceux de quatre autres pays, même s’ils consomment plus d’alcool et de marijuana, conclut une étude du professeur honoraire Michel Claes, du Département de psychologie de l’Université de Montréal.

     

    L’étude révèle que les parents québécois agissent comme ceux des États-Unis : ils sont plus permissifs que ceux d’autres pays et ont tendance à négocier avec leurs adolescents en cas de non-respect des règles. Résultat : un climat familial plus propice au dialogue et des enfants heureux (ou moins déprimés qu’ailleurs).

     

    « J’entends souvent dire que les parents québécois sont mous, qu’ils n’ont pas d’autorité. Ce n’est pas vrai qu’ils sont mous. Ils incarnent un modèle moderne du rôle de parents. On évolue. On s’en va de plus en plus vers quelque chose comme ça », affirme Michel Claes, joint au téléphone. Le professeur Éric Lacourse, du Département de sociologie de l’Université de Montréal, a également contribué à la recherche.

    Le fait d’énoncer des règles de conduite n’est pas une source de conflit, c’est généralement le style parental qui cause des conflits
    Michel Claes, professeur honoraire au Département de psychologie de l’Université de Montréal


    L’étude, présentée au dernier congrès de l’ACFAS, a été soumise à la revue International Journal of Youth and Adolescence. Les professeurs ont interrogé 1751 élèves du secondaire, âgés de 12 à 15 ans, de quatre pays en plus du Québec : États-Unis, Mexique, France et Italie (des universitaires de ces quatre pays ont collaboré à l’étude québécoise). Leurs parents ont aussi rempli le questionnaire : les chercheurs voulaient vérifier si parents et adolescents disent la même chose.
     

    Une question d’équilibre

     

    M. Claes a partagé avec Le Devoir des données inédites, qui feront l’objet d’une autre publication, et qui mesurent l’impact de l’attitude des parents envers leurs adolescents. Les jeunes québécois, qui ont les parents les plus cool (tout comme les Américains), sont ainsi les moins déprimés parmi les cinq pays étudiés. À l’autre bout du spectre, les Mexicains — dont le taux de conflits parents-adolescents est le plus élevé — « ont des indices de dépression significativement supérieurs aux autres pays ».

     

    Tous les parents qui ont élevé des adolescents, dont le chercheur Michel Claes, peuvent en témoigner : le défi est de trouver un équilibre entre la discipline et l’harmonie familiale. Les jeunes ont besoin d’encadrement pour se sentir en sécurité — et pour éviter de faire des bêtises —, explique le professeur. En même temps, des conséquences trop draconiennes en cas de non-respect des règles entraînent des conflits. Et trop de conflits, cela peut nuire à la relation entre les parents et l’adolescent.

     

    Ainsi, c’est au Mexique, où les règles de discipline sont les plus sévères, que les conflits sont les plus nombreux. C’est là aussi que les adolescents adoptent le moins de « comportements déviants » (vol, violence, taxage, vandalisme, etc.) On résume : les jeunes Mexicains obéissent à leurs parents, sinon ils savent qu’ils se feront réprimander ou même frapper. La contrepartie, c’est un taux de dépression des adolescents plus élevé qu’ailleurs.

    Dans une famille, c’est sûr qu’il faut des règles, des limites. La question, c’est : qu’est-ce qui se passe quand les règles ne sont pas suivies ? Il faut trouver un juste milieu. Faire la discipline en gardant un bon climat familial.
    Michel Claes
     

    Les jeunes Québécois, eux, sont dans la moyenne sur le plan des comportements déviants (avec les Français et les Italiens), entre les Américains, qui sont les plus délinquants, et les Mexicains, les plus obéissants aux règles.

     

    La surprise de l’étude, c’est que la France a les mêmes réflexes conservateurs que le Mexique, selon Michel Claes. « J’ai trouvé peu de différences entre les Français et les Mexicains. Ce sont deux sociétés traditionalistes. Les parents sont coercitifs et n’hésitent pas à recourir à la gifle ou à la bousculade, même si ces pratiques sont relativement rares. Mais les châtiments corporels ne sont pas tolérés au Québec et aux États-Unis », dit le chercheur.

     

    La mère, plus présente

     

    Cette recherche se base sur les affirmations des adolescents et de leurs parents. Heures de sortie, couvre-feu, participation aux tâches domestiques, choix des vêtements ou des activités parascolaires, règles d’utilisation des ordinateurs et des téléphones intelligents, et ainsi de suite : les répondants ont été questionnés sur une série de détails du quotidien.

     

    Michel Claes a découvert quelques règles universelles : les parents de tous les pays se sentent toujours plus proches de leurs enfants que les enfants le déclarent eux-mêmes. De plus, les parents affirment être plus exigeants (règles, autorisations, couvre-feu) que les enfants ne l’admettent. Et les parents déclarent se montrer plus sévères que leurs enfants le disent en cas de non-respect des règles.

     

    Autre constante : « Par rapport au père, la mère est toujours considérée comme plus proche sur le plan affectif. C’est également la mère qui est considérée comme plus exigeante que le père, et les conflits sont plus fréquents avec la mère. »













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.