Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Publicité

    Tourisme Montréal s’excuse pour sa campagne unilingue

    Les festivités du 375e tournent le dos aux francophones du reste du pays

    Les enveloppes portant un message unilingue anglophone contiennent des bouchons pour les oreilles.
    Photomontage: Olivier Zuida Les enveloppes portant un message unilingue anglophone contiennent des bouchons pour les oreilles.

    Les festivités du 375e de Montréal se confondent en excuses en raison d’une nouvelle gaffe linguistique. Huit mois après avoir été blâmées unanimement à l’Assemblée nationale pour avoir donné préséance à l’anglais dans certains affichages, c’est dans cette langue uniquement qu’elles se sont offert un coup publicitaire dans les rues d’Ottawa, mercredi.

     

    Trois semaines après avoir reconnu qu’une publicité du 375e qui ne montre que des Blancs était une « erreur », les festivités reconnaissent une fois de plus leurs torts, cette fois pour une campagne publicitaire nommée « Sorry ».

     

    Mercredi matin, dans les rues de la capitale fédérale, des employés de Tourisme Montréal ont distribué quelque 2000 paquets aux couleurs de Montréal. Sur le recto : « Dear Ottawa, sorry ». Au verso : « Come join the party ! ». À l’intérieur de l’enveloppe, des bouchons pour les oreilles. Les fêtes du 375e s’annoncent bruyantes, affirme-t-on sur un ton moqueur.

     

    « On s’adresse à un public anglophone, l’Ontario, alors le message était en anglais », a d’abord expliqué Andrée-Anne Pelletier, une porte-parole de l’organisme, dans une entrevue au Devoir. « Quand on s’adresse à un public cible, on s’adresse à lui dans sa langue. C’est sûr que les Chinois, s’ils font de la pub à Montréal, ils vont le faire dans les deux langues ou en français. Nous, on procède comme ça. »

    45%
    Proportion de résidents bilingues de la région métropolitaine de recensement d'Ottawa-Gatineau
     

    Une région bilingue

     

    Or, le tiers des résidents d’Ottawa-Gatineau sont francophones, et 40 % des citoyens d’Ottawa parlent le français, rappelle Alain Dupuis, vice-président de l’Association des communautés francophones d’Ottawa. Il trouve « incompréhensible » que « la métropole francophone d’Amérique du Nord fasse ses publicités uniquement en anglais » pour son 375e anniversaire, de surcroît dans l’une des régions les plus bilingues du pays.

     

    « Ça démontre malheureusement que les francophones et francophiles qui vivent dans les autres provinces n’existent pas dans l’imaginaire des Québécois. » L’organisme souhaite que Tourisme Montréal modifie sa stratégie pour y intégrer le français, à l’avenir.

     

    Le 375e élude une fois de plus le caractère francophone de la métropole, déplore pour sa part le président de la Société Saint-Jean-Baptiste, Maxime Laporte, rappelant que l’article 1 de la Charte de la ville confirme son statut de métropole francophone. « Ces fêtes sont censées mettre en relief le patrimoine francophone. Tourisme Montréal ne joue pas son rôle d’ambassadeur de la francophonie », dit-il.

    33 %
    Proportion de résidents de la région métropolitaine de recensement d'Ottawa-Gatineau ayant le français comme première langue officielle parlée
     

    Projet Montréal dénonce

     

    À l’Hôtel de Ville, la chef de l’opposition officielle, Valérie Plante, a elle aussi tenu à dénoncer cette bourde. « Ce n’est malheureusement pas le premier faux pas pour l’organisation du 375e. Il faudrait qu’elle rende publique rapidement sa politique linguistique, a-t-elle dit. Ai-je besoin de rappeler que la force et le rayonnement de Montréal tiennent notamment au fait que c’est une ville francophone ? »

     

    Denis Coderre n’a pas répondu à la demande d'entrevue du Devoir, mercredi.

     

    En fin de journée, la direction de Tourisme Montréal a finalement reconnu avoir erré. L’essentiel de la campagne marketing « Sorry » s’adressait à un public anglophone, à Toronto et à New York, explique-t-on. Aucune campagne en français n’est prévue ailleurs au pays. « Le contenu aurait dû être traduit dans les deux langues. […] Nous sommes conscients de cette situation et qu’il y a eu un manque de notre part. Nous nous excusons de cette erreur », a indiqué le vice-président aux relations publiques de Tourisme Montréal, Pierre Bellerose.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.