Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Autochtones: Couillard évoque une commission d’enquête publique

    Quelques centaines de personnes, dont la militante Maïtée Labrecque-Saganash, se sont déplacées pour soutenir les femmes autochtones mardi soir lors d’une vigile organisée à la Place des Arts de Montréal.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Quelques centaines de personnes, dont la militante Maïtée Labrecque-Saganash, se sont déplacées pour soutenir les femmes autochtones mardi soir lors d’une vigile organisée à la Place des Arts de Montréal.

    Après avoir pris acte du « sentiment de frustration [et] de désespoir » animant les communautés autochtones, le premier ministre Philippe Couillard a évoqué pour la première fois mardi la possibilité de déclencher une commission d’enquête publique sur le possible racisme systémique envers les Premières Nations.

     

    Le chef du gouvernement a dit être « conscient du traumatisme énorme » provoqué par l’annonce du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) de ne pas déposer d’accusations contre les policiers visés par des allégations d’agressions à l’égard de femmes autochtones à Val-d’Or. « Il faut prendre acte de ça. Ça ne veut pas dire qu’on doit enterrer le sujet [qualifié] par M. Picard et d’autres chefs autochtones [de] racisme systémique” qui pourrait exister chez nous », a déclaré M. Couillard, en faisant référence au chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), Ghislain Picard.

     

    Le gouvernement libéral ne « ferme [pas] la porte à quoi que ce soit », y compris à une commission d’enquête indépendante, a-t-il insisté. M. Couillard s’est engagé auprès du chef Picard à garder l’« esprit ouvert » et à trouver une voie de passage avec lui et d’autres leaders autochtones dès son retour du XVIe Sommet de la Francophonie, à la fin novembre.

     

    Vigie à Montréal

     

    Pendant une vigie organisée à la Place des Arts de Montréal, la militante mohawk Ellen Gabriel s’est adressée aux quelques centaines de personnes qui s’étaient déplacées pour soutenir les femmes autochtones qui ont dénoncé des policiers. « Un “peut-être”, ce n’est pas suffisant. Une enquête indépendante est nécessaire », a-t-elle lancé.

     

    De son côté, le ministre Geoffrey Kelley a réitéré ses réserves sur une commission d’enquête. « [Le] message que j’ai entendu clairement, c’est l’urgence d’agir. Une commission d’enquête, avec tout respect, ce n’est pas l’outil le plus rapide pour trouver des solutions », a-t-il dit en Chambre. Il a cependant dit regretter de voir les femmes autochtones se trouver aujourd’hui « devant les limites, si vous voulez, de notre système de justice criminelle ».

     

    Malgré les demandes répétées des partis d’opposition, le gouvernement Couillard s’est jusqu’ici limité à proposer une table de concertation. Une option que les groupes et chefs autochtones ont refusée, la comparant à un pansement appliqué sur une blessure profonde.

      

    Le syndicat des policiers prêt à discuter

     

    Dans une lettre aux ministres Geoffrey Kelley et Martin Coiteux et dont Le Devoir a obtenu copie, le syndicat des policiers de la SQ, l’Association des policiers provinciaux du Québec (APPQ), s’est quant à lui dit prêt, mardi, à participer à une table de travail sur les relations entre les policiers et les autochtones. « Nous croyons sincèrement que le rétablissement de la confiance entre les communautés autochtones et les forces policières sera beaucoup mieux servi ainsi », a-t-il écrit.

     

    L’APPQ a par ailleurs réitéré son opposition à la tenue d’une enquête publique québécoise sur la question puisqu’à son avis, celle-ci « ne ferait qu’exacerber les tensions déjà existantes » entre les policiers et les autochtones.

     

    Entrevue

     

    Dans une première entrevue depuis le début de cette affaire, il y a un an, deux policiers de Val-d’Or qui ont été suspendus pour la durée de l’enquête ont pris la parole. Dans une entrevue à TVA, ils ont en outre réfuté l’existence des « cures géographiques », une pratique pourtant documentée par le DPCP et qui consiste à conduire des autochtones ivres à la périphérie de la ville pour les laisser revenir à pied. Les policiers, qui estiment avoir été « sacrifiés pour une game politique », ont assuré avoir agi professionnellement en tout temps et juré n’avoir jamais protégé de collègues qui auraient mal agi.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.