Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Conférence mondiale

    La déradicalisation doit passer par Internet

    31 octobre 2016 | Jocelyne Richer - La Presse canadienne à Québec | Actualités en société
    Les ministres Lise Thériault et Christine St-Pierre ont répondu aux questions des journalistes, dimanche, à la veille d’une annonce sur de nouvelles mesures visant à combattre la radicalisation.
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Les ministres Lise Thériault et Christine St-Pierre ont répondu aux questions des journalistes, dimanche, à la veille d’une annonce sur de nouvelles mesures visant à combattre la radicalisation.

    Si la radicalisation des jeunes passe par Internet et les réseaux sociaux, la prévention de ce phénomène devra elle aussi passer par les mêmes canaux, selon le gouvernement Couillard.

     

    Québec annoncera lundi matin des mesures destinées à prévenir la radicalisation des jeunes, en utilisant les mêmes outils que ceux dont se servent les groupes extrémistes et terroristes pour endoctriner ces jeunes et les convaincre d’adhérer à leur cause.

     

    L’annonce sera faite dans le cadre de la Conférence internationale sur la lutte contre la radicalisation des jeunes par Internet, un événement organisé par le Québec et parrainé par l’UNESCO, qui se tient à Québec jusqu’à mardi.

     

    « Internet est vraiment le canal par lequel passent les jeunes qui se radicalisent, dans la grande majorité des cas », a dit la ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, à l’occasion d’une mêlée de presse, dimanche.

     

    Le feu par le feu

     

    L’idée consiste donc à utiliser « les mêmes outils que les djihadistes », a renchéri la ministre de la Condition féminine, Lise Thériault. Cette stratégie mise sur les « contre-messages » à transmettre aux jeunes, qui ont accès facilement à quantité de sites Web conçus par des groupes extrémistes cherchant à les attirer dans leurs filets.

     

    Les États doivent s’adapter rapidement aux pratiques, aux méthodes et aux outils souvent « sophistiqués » dont se servent les organisations extrémistes pour enrôler les jeunes, « et non pas être à la remorque » de ces groupes, ajoute Mme St-Pierre.

     

    Au terme de la conférence, la ministre St-Pierre compte lancer un « appel » solennel à tous les pays et à « toutes les sociétés libres et démocratiques ». Son message : « Donnons-nous la main. Trouvons ensemble des façons de contrer la radicalisation menant à la violence ». Cet appel visera à faire en sorte que la conférence ait des suites concrètes partout dans le monde.

     

    Au Québec, une dizaine de cas de jeunes ayant choisi d’adhérer à des organisations radicales et violentes ont été recensés jusqu’à maintenant. Mais le nombre est difficile à évaluer, ce phénomène étant par définition clandestin.

     

    Explorer la question

     

    La conférence réunit plus de 450 participants de 70 pays, dont des experts issus de différents ordres gouvernementaux, d’organisations internationales, du secteur privé, du milieu universitaire, mais aussi de la société civile. Des parents de jeunes ayant frayé avec l’extrémisme, dont la mère d’un ancien suprémaciste blanc, viendront témoigner. Des jeunes touchés de près par ces questions seront aussi invités à prendre la parole.

     

    La conférence, qui se tient au Centre des congrès de Québec, a pour but de partager les meilleures pratiques permettant de prévenir la radicalisation menant à la violence et de cibler des pistes de solution communes.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.