Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Ne vous en déplaise

    Que puis-je devant tous les DSK, les Aubut, les Ghomeshi, les Cosby et tutti quanti ? Que des salauds, petits et gros, se manifestent encore et toujours, en quoi cela constitue-t-il une surprise, surtout dans un monde médiatique qui fait son miel du sensationnel ?

     

    Je m’installe à ma table pour écrire. Bêtement, je me convaincs tant bien que mal qu’il vaut mieux parler d’autre chose que de cela. Parler de Bombardier par exemple, cet éternel assisté social à qui notre société vient d’offrir la bagatelle de 3,3 milliards de dollars pour lui permettre de continuer de planer en rase-mottes. Une bagatelle pour un massacre : 17 250 ouvriers remerciés d’ici 2018, le quart environ au Québec. Une honte qui nous rappelle que le commerce se livre maintenant au mépris des États autant que de ceux qui les constituent.

     

    Penché ainsi à ma table, je me dis que je pourrais aussi parler des dernières convulsions de l’AECG, l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne. Un accord bancal, qui penche en faveur des seules multinationales, soutenu malgré tout par des élus qui semblent croire que l’ordre marchand est une fatalité. Quand avez-vous entendu le premier ministre Trudeau offrir à la population la possibilité de débattre de cette entente ?

     

    Mais ces sujets, pour importants qu’ils soient, me servent tout au plus cette semaine à me refermer, à m’éviter de sonder ma position de poltron qui, allez savoir pourquoi, souhaitait s’épargner de parler pour une fois des rapports sociaux entre hommes et femmes.

     

    Au fond, je me suis dit toute la semaine dernière, comme nombre de gars, que je ne tenais pas à parler de la conduite de voyous. Je me ferme ainsi les yeux afin de refuser ce qui me dérange : considérer que je participe bel et bien, même malgré moi, à une société où la violence envers les femmes ne relève pas de comportements strictement marginaux, mais bien de manifestations révélatrices d’un fait culturel : l’homme vu comme le dominant, la femme vue comme la dominée, la sexualité du premier s’épanouissant volontiers aux dépens de la seconde.

     

    Une confidente vient de me raconter une scène qui lui est arrivée sur le quai d’une station de métro de la ligne orange. La vie de tous les jours pour bien des femmes. Rien pour autant de banal.

     

    Un homme dans la trentaine se plante devant cette amie. Il veut l’inviter à prendre un café sur-le-champ. Oh, il est sympathique, poli, bien mis. Rien de l’homme de Cro-Magnon.

     

    Elle lui répond : « non ». Mais devant un refus exprimé bien net, le vieux fond de Cro-Magnon reprend soudain du galon. Cro-Magnon la suit sur le quai et ne la lâche pas d’un pied. Il monte dans le même wagon. Après deux stations, il débarque avec elle et s’attache à ses pas. Tout du long, il se fait de plus en plus pressant, insistant :

     

    « On doit te le dire souvent que t’es belle, hein ? »

     

    « C’est juste pour prendre un café, voyons ! »

     

    « Sois pas farouche »

     

    « C’est quoi, ton problème ? »

     

    « Fais pas ta gênée, ma belle. »

     

    Banal tellement c’est courant, me confirment plusieurs femmes. Justement, je ne trouve pas que cela l’est. Je trouve même cela fort révélateur.

     

    En vertu de quoi des types sentent-ils que les débordements de leur sexualité sont autorisés ? Il y a certainement une réflexion à avoir sur les rapports de pouvoir.

     

    Peut-être ces comportements sont-ils le produit d’une culture de « chambre de joueurs », de ferments d’une masculinité qui gagnerait à s’aérer les idées. On le dit en tout cas ces jours-ci. Mais comme je me méfie des clubs, surtout de ceux qui m’accepteraient pour membre, je ne suis sans doute pas la bonne référence pour parler des « boys’ club ». Reste que, de manière générale, à moins de se mettre la tête dans le sable, il est patent que les représentations de la sexualité dans notre société posent encore le consentement comme une chose triviale. Le mâle se sent volontiers le droit de foncer tête baissée, bref de faire l’âne tout en se prenant pour un taureau.

     

    Bien sûr, je n’ai pas à me sentir coupable comme individu devant les dérapages de certains de mes congénères. Reste que c’est bien cette condition de dominant que je partage avec eux qui me permet d’éviter, un bon matin, selon mon bon plaisir, de parler des conséquences de leurs dérapages… Les femmes, elles, n’ont pas ce choix : elles ploient collectivement sous la charge que leur fait porter la société, sans jamais pouvoir y échapper.

     

    Une société où persistent le dénigrement, le harcèlement, les violences et les inégalités de traitement n’est pas tolérable. Pourquoi alors cela se poursuit-il ? Peut-être à cause d’une peur d’envisager les bienfaits du féminisme tandis qu’on trouve toujours des raisons de laisser courir l’irrationnel ?

     

    À moins pourtant d’affirmer soudain qu’il faut tourner le dos au progrès social, une société ne devrait pas avoir peur de se dire féministe. N’en déplaise à la vice-première ministre.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.