Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Étude

    Un adolescent sur cinq a songé au suicide dans la dernière année

    Le rapport révèle aussi que les adolescents qui ont des pensées suicidaires éprouvent souvent simultanément plus d’un problème. 
    Photo: Annik MH de Carufel Archives Le Devoir Le rapport révèle aussi que les adolescents qui ont des pensées suicidaires éprouvent souvent simultanément plus d’un problème. 

    Plus d’un adolescent sur cinq au Canada a sérieusement songé au suicide au cours des 12 derniers mois.

     

    Cette affirmation est contenue dans un rapport que publie jeudi l’organisme Jeunesse, J’écoute. Elle se fonde sur les résultats d’une enquête menée à travers le Canada auprès de 1319 adolescents âgés de 13 à 18 ans.

     

    Les adolescents qui ont sérieusement pensé au suicide au cours des 12 derniers mois étaient deux fois plus susceptibles d’être des filles que des garçons.

     

    Les intentions suicidaires de 22 % des jeunes Canadiens interrogés inquiètent Alisa Simon, vice-présidente chez Jeunesse, J’écoute. À son avis, il est essentiel que partout au Canada, un dialogue ouvert à propos du suicide et des pensées suicidaires soit établi.

     

    Elle croit qu’il faut offrir aux jeunes des structures de soutien qui sont là au moment où ils en ont le plus besoin.

     

    Le rapport constate qu’un des principaux facteurs permettant de prédire qu’un adolescent éprouve un problème est le fait qu’il ait effectué des recherches sur le Web ou sur les réseaux sociaux sur le sujet.

     

    De plus, 47 % des jeunes qui avaient pensé au suicide n’en avaient parlé à personne. Alisa Simon affirme que le plus grand obstacle qui empêche d’aider un jeune à combattre ses idées suicidaires consiste à ne pas savoir qu’il est en difficultés.

     

    Le rapport révèle aussi que les adolescents qui ont des pensées suicidaires éprouvent souvent simultanément plus d’un problème. Les plus fréquents sont la violence à la maison ou à l’école, les problèmes d’image corporelle ou d’image de soi et la dépendance aux drogues et à l’alcool.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.