Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Des réfugiés peinent à passer le permis de conduire

    Des intervenants jugent que le nombre d’échecs élevé nuit à l’intégration en région et réclament de l’aide

    10 août 2016 | Isabelle Porter à Québec | Actualités en société
    Plusieurs réfugiés et immigrants subissent actuellement des échecs répétés à l’étape de l'examen théorique de conduite.
    Photo: iStock Plusieurs réfugiés et immigrants subissent actuellement des échecs répétés à l’étape de l'examen théorique de conduite.

    Devant les problèmes persistants vécus par des réfugiés installés en région, des voix s’élèvent pour que le permis de conduire devienne un élément pilier des politiques d’intégration. Des intervenants réclament un meilleur accompagnement pour réduire le nombre élevé d’échecs aux examens théoriques.

     

    « Je pense que c’est la principale embûche à leur intégration en région », affirme Céline Auger, professeure de francisation, qui essaie actuellement de recruter des réfugiés désireux de travailler dans des fermes dans la MRC de Bécancour. La plupart des candidats qu’elle trouve n’ont pas leur permis. « J’ai rencontré des personnes immigrantes qui avaient échoué quatre ou cinq fois et se décourageaient. C’était leur principale barrière. »

     

    La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) permet aux réfugiés et immigrants qui avaient un permis valide chez eux de conduire sans permis québécois pendant six mois, période de grâce après laquelle ils doivent passer les examens de conduite. Or, plusieurs d’entre eux subissent des échecs répétés à l’étape théorique.

     

    Marwan Al-Oufan, un réfugié syrien résidant à Lévis, vient d’échouer à son examen pour la cinquième fois. Cela veut dire qu’à partir du 19 août, il ne pourra plus faire l’épicerie pour ses quatre enfants sans demander l’aide de quelqu’un. Sans parler des cours de francisation de l’autre côté du pont, et des rendez-vous à l’hôpital. Louis-Marie Asselin, le résidant de Lévis qui parraine sa famille, est découragé. « C’est un coup dur. Pour eux, c’était une grande libération de ne pas devoir nous appeler tout le temps. »

     

    Des interprètes… à Montréal

     

    En octobre, Le Devoir rapportait que des dizaines de familles réfugiées originaires du Népal quittaient la ville de Québec pour l’Ontario, notamment parce qu’elles n’arrivaient pas à passer leur permis de conduire ici. Pierre Grandchamp a constaté le même genre de problème des dizaines de fois à Joliette. « En 2007, j’ai déposé un rapport à [la Commission Bouchard-Taylor] traitant de cette problématique et en 2010, j’ai déposé un rapport à la Commission parlementaire des Transports. Nous sommes en 2016 et rien n’a changé. »

     

    Il affirme avoir connu une dame qui avait échoué à l’examen théorique pas moins de vingt fois. Souvent, les réfugiés continuaient à conduire dans l’illégalité, collectionnant les amendes.

     

    La SAAQ dit pourtant offrir déjà beaucoup de services à ces populations. Les réfugiés peuvent notamment passer l’examen dans leur langue. M. Al-Oufan, par exemple, a passé l’examen en arabe. Il affirme cependant que l’arabe de l’examen est traduit maladroitement et est incompréhensible. Le Devoir a voulu vérifier si c’était le cas en le faisant examiner par un tiers, mais la SAAQ a refusé de fournir le questionnaire.

     

    En plus d’offrir des examens théoriques dans d’autres langues, la SAAQ permet aux candidats de recourir à une banque d’interprètes dans 32 langues. Or ce service est seulement offert à Montréal. « La demande est toujours beaucoup plus importante à Montréal », explique le porte-parole de la SAAQ Mario Vaillancourt. Il ajoute que seul Montréal a les installations adéquates pour passer l’examen avec un interprète.

     

    M. Vaillancourt ajoute que plusieurs bureaux régionaux offrent des « services aux nouveaux résidants » (Québec, Saguenay, Rouyn-Noranda, Rimouski, Gatineau et Sherbrooke). Mais il semble que beaucoup de ressources manquent malgré tout en région. À Joliette, Pierre Grandchamp, qui a parrainé plusieurs réfugiés colombiens, a par exemple fait des pieds et des mains pour dénicher des ouvrages leur permettant d’étudier l’examen dans leur langue. M. Asselin, lui, n’en a pas trouvé à Lévis.

     

    Pour Louis-Marie Asselin, le nombre élevé d’échecs est un « mystère ». « Chose certaine, ce ne sont pas des examens faciles », dit-il à propos des examens théoriques. Quant à savoir si M. Al-Oufan est un bon conducteur, il affirme qu’il « conduit très bien et se stationne mieux que [lui] ».

     

    Trop peu de temps

     

    Par ailleurs, les allophones ont jusqu’à trois ans pour se prévaloir du droit de passer l’examen dans leur langue. Dans le cas du groupe de Népalais qui ont quitté Québec au printemps, il semble que plusieurs l’ignoraient et ont voulu passer l’examen trop tard. Aussi, les intervenants jugent que le délai de six mois de grâce est insuffisant pour préparer l’examen. « Ce n’est pas beaucoup de temps pour maîtriser tout ça », soupire M. Asselin. Un avis que partage Céline Auger, qui se demande si le permis de conduire ne devrait pas être intégré au programme de francisation. M. Grandchamp, lui, pense que ça devrait « faire partie du mandat des organismes d’accueil », surtout en région.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.