Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    L’argumentation en démocratie

    Ère post-factuelle?

    La montée de Donald Trump aux États-Unis et le « oui » au Brexit au Royaume-Uni prouveraient que nous sommes bel et bien entrés, avec les médias sociaux, dans une ère « post-factuelle ». Dans les débats publics de nos démocraties, le consensus sur les faits ne serait plus vraiment important pour les acteurs politiques de même que pour les électeurs. La thèse a de quoi inquiéter. Doit-on en faire une vérité ?


    Plusieurs signes semblent indiquer que nos sociétés sont entrées dans l’ère « post-vérité » ou « post-factuelle ». Il est stupéfiant d’entendre par exemple le candidat républicain à la présidentielle, Donald Trump, marteler que le taux de chômage aux États-Unis est de 42 %. Les experts disent qu’il se trompe ? « Ne les croyez pas », tonna-t-il. Les tenants du Brexit auraient délibérément opté pour une argumentation fondée sur le même type de mépris des faits, soutient Katharine Viner, rédactrice en chef du Guardian. Dans un riche essai publié mardi, elle mentionne qu’un des principaux bâilleurs de fonds du parti Ukip, Arron Banks, a déclaré qu’au début de la campagne référendaire, les leaders du Leave (pro-Brexit) ont conclu que les « faits, ça ne fonctionne pas ». La campagne du « Remain » (anti-Brexit) mettait en relief « que des faits, des faits, des faits. Ça ne fonctionne pas, c’est tout ! C’est par les émotions que vous devez toucher les gens. De là vient le succès de Trump ».

     

    Difficile toutefois de départager, dans ces événements, la part de nouveauté et ce qui relève de traits humains éternels. L’envie de dire « rien de nouveau sous le soleil » est forte. La sophistique n’a pas été inventée par des contemporains. Elle fut exposée et sophistiquée par de célèbres Grecs… Les procédés de rhétorique, que l’éducation classique enseignait — en partie pour mieux apprendre aux futurs citoyens à s’en méfier —, n’ont pas été inventés par Trump ou Farage. Notons aussi que les argumentaires mensongers peuvent être le fait de tous les camps, droite comme gauche. Si l’on n’y prend garde, le « post-factuel » pourrait rapidement devenir un argument rhétorique passe-partout pour démoniser l’adversaire. (Exemple : Pierre-Marc Johnson a comparé la semaine dernière les opposants au libre-échange aux climatosceptiques et à ceux qui niaient pendant des années les risques de la cigarette.)

     

    Il y a cependant un peu de nouveau sous le soleil. Cette réalité découlerait, selon Katharine Viner, des médias sociaux. Ceux-ci carburent aux hameçons à clics faciles. (Paradoxe : au bas d’un article du Monde exposant la thèse de Viner, on trouvait au moins huit de ces liens « sponsorisés » ! « Il creuse un trou dans son arrière-cour, ce qu’il découvre ensuite est inimaginable ! »)

     

    Avant les médias sociaux, avant Internet, il y avait bien des publications imprimées qui faisaient fonds sur des titres accrocheurs. Aujourd’hui, le phénomène est décuplé et les médias traditionnels — dont la tradition est de vérifier les faits — ont peine à les concurrencer. Jadis, la course aux « cotes d’écoute » se faisait entre les médias ; aujourd’hui, chaque titre (d’article, de vidéo) se bat pour obtenir le meilleur « audimat », peu importe la véracité de l’histoire exposée. Vidéos falsifiées et canulars, présentés comme des informations, cartonnent sur YouTube et se trouvent parfois relayés par de grands médias. À l’ère des médias sociaux, tout militant a tendance à s’enfermer dans une niche qui lui renverra toujours des « faits » confortant sa vision du monde. En plus, notre époque est marquée par une montée du relativisme propre au « baratin » (cette « bullshit » décryptée par le philosophe Harry Frankfurt). Le menteur sait qu’il trahit une vérité puisqu’il estime qu’elle existe ou qu’on peut tendre vers elle. Le « baratineur » ne croit pas à la vérité et n’a donc aucun scrupule à utiliser n’importe quel argument pour faire avancer ses intérêts.

     

    L’ère des médias de masse — engendrée d’abord par l’invention de l’imprimerie — avait bien des défauts, mais créait de l’unité. Les médias Internet ont accru la rapidité, l’interactivité, donné rapidement accès à des documents et à une foule de bases de données, etc. Mais cette « ère de l’information » tant vantée depuis l’irruption de l’Internet public en 1995 demeure humaine, donc imparfaite. Entre autres, elle fragmente. Comme nous nous le demandions il y a six ans déjà, le déclin des médias de masse conduirait-il à une fin des nations (Le Devoir, 27 juin 2009) et à l’épuisement de ces conversations si essentielles à la démocratie ? Poser ces questions, c’est, en définitive, rappeler la nécessité d’un débat sur l’aide publique à ces médias attachés au travail rigoureux sur les faits.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.