Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Semer pour demain

    L’anti-Monsanto prend racine grâce à Power Corporation

    Le maraîcher Jean-Martin Fortier arpente La Ferme des Quatre-Temps, un modèle éducatif bio qui vise à revoir notre modèle agricole, tout en essaimant, grâce à l’investissement de l’homme d’affaires André Desmarais.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le maraîcher Jean-Martin Fortier arpente La Ferme des Quatre-Temps, un modèle éducatif bio qui vise à revoir notre modèle agricole, tout en essaimant, grâce à l’investissement de l’homme d’affaires André Desmarais.

    Dans ce pré bucolique et hyperactif, tout droit surgi d’un film de Yann-Arthus Bertrand ou de Greenpeace, les abeilles butinent non loin de leur ruche, les veaux tètent le pis maternel — un croisement entre la galloway ceinturée et la wagyu — sur une litière propre dans l’enclos extérieur, les porcs grouinent dans la forêt, les crapauds coassent aux abords de leur étang et les bulbes de fenouil, les courgettes jaunes et les radis blancs pactisent pacifiquement avec le compost, les engrais verts et le fumier. On a même installé des Airbnb d’insectes et une quarantaine de niches d’oiseaux pour favoriser la mixité sociale, celle-là même qui fait sauter les vitrines dans Saint-Henri.

    On nous dit qu’il est possible de «voter» jusqu’à trois fois par jour pour le type d’agriculture que nous souhaitons privilégier en achetant les aliments de notre choix. Mais comment voter pour des aliments qui ne parviennent même pas aux tablettes des épiceries… ?
    Dominic Lamontagne, «La ferme impossible»

    Pour ajouter à cette vision idyllique dysnéenne, les poules caquettent autour de poulaillers mobiles, déplacés régulièrement pour fertiliser le champ. La Ferme des Quatre-Temps incarne un modèle dit « impossible » par les tenants du productivisme, un écosystème naturel au service de la polyculture issue de la sagesse du passé.

     

    Dans ce décor trop léché pour être au-dessus de tout soupçon, on se demande comment la ferme « d’antan » a pu refaire surface devant les géants qui dominent et réglementent désormais le marché agro-industriel.

     

    Depuis l’automne dernier, la star québécoise de la permaculture — sans mécanisation — et du bio local, Jean-Martin Fortier, également auteur du best-seller Le jardinier-maraîcher, mène ce chantier discret de quatre acres sur une terre qui en compte 167, dans la région d’Hemmingford. Le copropriétaire de la fermette La Grelinette, à Saint-Armand, a été contacté par le cochef de Power Corporation à Montréal. 125 000 $ de chiffre d’affaires rencontrent 38 milliards, le têtard et le boeuf.

     

    Jean-Martin Fortier a d’abord refusé de pactiser avec le diable par crainte de nourrir « les riches ». Puis, voyant qu’André Desmarais, fils et frère de Paul et Paul fils, avait en tête de révolutionner le monde agricole québécois sans passer par l’UPA, il s’est ravisé : « M. Desmarais veut une ferme holistique, mais que ce soit rentable. J’ai cinq ans pour faire la démonstration que ça fonctionne ! » Jean-Martin a mis de côté ses réticences judéochrétiennes pour élargir les horizons du bio au Québec, créer un nouveau marché : « L’argent est un frein pour la plupart, mais ce n’est pas le seul. Il y a aussi les compétences et l’imagination. Et ça, peu de gens en ont. »

    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le maraîcher Jean-Martin Fortier arpente La Ferme des Quatre-Temps, un modèle éducatif bio qui vise à revoir notre modèle agricole, tout en essaimant, grâce à l’investissement de l’homme d’affaires André Desmarais.
     

    «Put your money where your mouth is»

     

    Qu’il soit perçu comme un mécène de la paysannerie, un philanthrope rural ou un gentleman farmer, André Desmarais demeure un homme d’affaires qui sait compter les cennes mais qui a choisi d’investir dans sa gamelle et sa passion. Sa ferme fait partie d’un projet éducatif beaucoup plus large, voire mondial, soyons fous. « Je veux attirer les jeunes dans le métier pour pouvoir nourrir les gens avec des produits plus sains », m’explique le nouveau fermier, très ferré en chimie du sol et fiente de poulets tout en cultivant l’humilité du débutant.

     

    La Ferme des Quatre-Temps épouse une mission d’enseignement et de ferme-école, s’offre les plus grands experts, forme de futurs fermiers, mais son propriétaire est d’abord motivé par la santé : « Je me suis intéressé à la santé après ma quarantaine et j’ai réalisé que nos aliments n’ont plus les mêmes qualités nutritionnelles qu’autrefois. »

    En somme, la petite ferme pluriproductrice où l’on irait chercher du lait et de la crème fraîche, du poulet élevé et abattu au pâturage ainsi que des œufs bigarrés aux jaunes orange n’existe plus. Elle est devenue impossible.
    Dominic Lamontagne, «La ferme impossible»
     

    Plusieurs éléments expliquent cette dérive des nutriments, notamment la pauvreté des sols, affaiblis par des monocultures intensives et l’utilisation d’engrais chimiques. Une tomate n’a plus de tomate que la couleur, avivée par les 50 pesticides qu’elle abrite. « Je voudrais mieux alimenter les gens, qu’ils comprennent l’incidence du choix des aliments sur leur santé », m’explique André Desmarais. Il n’a pas besoin de me convaincre, j’ai deux-trois cancers à mon actif. Réduire les coûts de santé en amont est une idée que nos gouvernements devraient financer lourdement dans un système agricole gavé aux intrants chimiques.

     

    « On pourrait faire passer le bio de 2 % à 15 % dans 10 ou 15 ans, à Montréal. Pourquoi pas ? poursuit-il. Même si ça prend cinq ans pour parvenir à la rentabilité, on va essayer de réussir. L’objectif n’est pas de créer une dizaine de fermes au Québec seulement. On peut aussi aller en Ontario, aux États-Unis, en Europe. On vise beaucoup plus global. Et pour ça, il faut réduire le capital à investir pour que les jeunes ne soient pas endettés au départ. On ne sauvera pas la planète, mais la formule est intéressante. »

     

    L’entrepreneur a même annexé un labo culinaire au projet, piloté par un chef qu’il a envoyé en immersion durant trois mois à Seattle, chez Maxime Bilet, le gourou de la cuisine moderniste. Ici, on développera des sous-produits, des pickles de radis ou du ketchup de betteraves qui finiraient au compost, afin de viser le zéro gaspillage. « On pourrait penser à un centre de transformation où les fermiers achemineraient leurs carottes croches, invendables sur le marché, dit l’homme d’affaires. Une autre façon d’augmenter leurs revenus et de créer des débouchés pour des produits de qualité. »

    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Élevées en semi-liberté avec leurs veaux, un croisement entre la galloway ceinturée et la wagyu, les vaches « à viande » font partie de l’écosystème dans la polyculture-élevage.
     

    «Toute» est dans «toute»

     

    Même si le projet d’André Desmarais vient déstabiliser un marché où les acteurs se battent pour trouver ces débouchés, Benoit Girouard, président de l’Union paysanne, croit que ce nouveau modèle est non seulement possible, mais souhaitable : « Nous sommes dans un des endroits les plus encarcanés de la planète en agriculture. C’est certain qu’il débarque en Mercedes parmi des gens qui roulent en Lada. S’il n’y avait pas de vision éducative associée au projet, j’aurais eu les mêmes réticences que Jean-Martin à embarquer. »

     

    Pour Benoit Girouard, la Ferme des Quatre-Temps tient la route parce que c’est d’abord une vitrine et une ferme modèle à visées plus larges. « C’est certain que quelqu’un comme Desmarais peut faire bouger les choses ; il connaît du monde, son beau-père s’appelle Jean Chrétien. La monoculture est un modèle voué à l’échec en agro-écologie. La Californie en est un bel exemple, avec le manque d’eau actuellement. Il faut penser pour demain. Et l’UPA ne protège que les gros. Ce n’est pas un virage qui va se faire en cinq ans ; ça va prendre vingt ans. »

     

    J’ai osé demander à M. Power Corporation s’il est plus utopique de cultiver une ferme holistique ou de « publier » un journal tablette en 2016. « La Presse + est très rentable ! », a-t-il rétorqué sur un ton amusé.

     

    Tous les espoirs sont donc permis pour l’holisme. Quittons-nous sur une note optimiste.

     

    – Bonne chance avec votre cancer ! m’a lancé le sympathique gentleman farmer.

     

    – Bonne chance avec… La Presse + !

    Le maraîcher Jean-Martin Fortier arpente La Ferme des Quatre-Temps, un modèle éducatif bio qui vise à revoir notre modèle agricole, tout en essaimant, grâce à l’investissement de l’homme d’affaires André Desmarais.
Élevées en semi-liberté avec leurs veaux, un croisement entre la galloway ceinturée et la wagyu, les vaches « à viande » font partie de l’écosystème dans la polyculture-élevage.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.