Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Francolab

    Un outil pour faire rayonner la langue et la culture

    12 mars 2016 | Marie Fradette - Collaboratrice | Actualités en société
    Depuis l’automne 2015, l’application Francomobile a été créée afin de rejoindre spécialement les plus jeunes, notamment les enfants âgés de 7 à 12 ans qui font leurs premiers pas dans l’apprentissage du français . Il s’agit du volet junior du Francolab.
    Photo: Getty images Depuis l’automne 2015, l’application Francomobile a été créée afin de rejoindre spécialement les plus jeunes, notamment les enfants âgés de 7 à 12 ans qui font leurs premiers pas dans l’apprentissage du français . Il s’agit du volet junior du Francolab.
    Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

    Mars, mois de redoux et autres douceurs qui annoncent le printemps, est aussi celui de la francophonie, celui pendant lequel on célèbre le fait francophone en Amérique. Mais, si on festoie pendant ce mois, que l’on exprime notre fierté d’être francophones, le fait se vit bien sûr à longueur d’année. Alors, pour venir en aide aux gens qui veulent découvrir notre univers, pour leur ouvrir la porte à notre culture tout en les invitant à apprendre notre langue, Francolab est un site interactif ouvert sur la diversité culturelle d’ici et a ce qu’il faut pour répondre aux besoins des nouveaux arrivants, aux apprenants comme aux enseignants de français langue seconde.

     

    Des outils reliés à la réalité

     

    Créée par TV5 Québec Canada en 2012 dans le but de faire rayonner la langue française au Canada, cette plateforme, comme le mentionne Aurélie Garnier, agente de projets, « offre des contenus audiovisuels et pédagogiques liés à la réalité socioculturelle des Canadiens ».

     

    Les projets en cours sont invitants et couvrent plusieurs aspects de la culture. Il faut voir, notamment, l’intitulé « Dans l’air du temps », un projet qui permet aux lecteurs de découvrir la musique d’ici par des jeux-questionnaires, l’écoute de chansons et le visionnement de vidéoclips. On en apprend notamment sur les textes de Gilles Vigneault, Marie-Pierre Arthur, Karim Ouellet, mais aussi Anique Granger ou encore Le trio lyrique, groupe fondé en 1954.

     

    En plus de la musique, les lecteurs ont accès à un onglet littérature intitulé « Écoute cette histoire » leur permettant de mieux connaître les auteurs canadiens. Depuis des classiques comme Kamouraska d’Anne Hébert jusqu’à Nikolski de Nicolas Dickner en passant par L’écureuil noir du Franco-Ontarien Daniel Poliquin, on découvre des extraits audio narrés par des comédiens, le tout appuyé par du visuel, le plus souvent des dessins animés. S’ajoutent pour certains de ces livres des fiches pédagogiques utiles pour les enseignants et les apprenants.

     

    En tout, sept projets sont offerts sur la plateforme : « J’aime les proverbes », une initiation au sens de quelques maximes ; « Les maudits Français » nous invite à suivre deux Français depuis leur désir d’immigrer au Québec jusqu’à la fin de leur première année de vie ici ; « Ça bouge au Canada », premier volet à avoir vu le jour — né d’un besoin des enseignants qui avaient alors peu accès à de l’audiovisuel traitant des aspects socioculturels d’ici —, nous dévoile les attraits de quelques-unes des villes les plus fréquentées au Canada ; « Les légendes de chez nous » est, pour sa part, une façon de découvrir les célèbres légendes que sont, par exemple, La dame blanche, Rose Latulipe ou encore la légende amérindienne Sedna ; et le dernier volet, « Les expressions imagées d’Archibald », donne accès à l’origine de certaines expressions utilisées ici, par exemple « se tirer une bûche ».

     

    Enfin, il faut ajouter à cela le visuel du site qui en facilite l’abord. Une présentation épurée et différents onglets clairement et simplement identifiés nous permettent de naviguer sans souci.

     

    Depuis l’automne 2015, une autre corde a été ajoutée à cet arc afin de rejoindre spécialement les plus jeunes. Aurélie Garnier explique que la Francomobile est une nouvelle « application iPad destinée aux enfants de 7 à 12 ans qui font leurs premiers pas dans l’apprentissage du français ». Il s’agit ainsi du volet junior de la plateforme Francolab, qui elle, précisons-le, rejoint davantage les 15 ans et plus. Les premiers pas faits sur la toute récente application mènent les enfants à créer d’abord leur profil, à se choisir un avatar, ce qui personnalise l’entrée en matière. Puis, comme la Francomobile est un outil pédagogique et ludique, on y retrouve plusieurs activités conçues et pensées par la pédagogue Johanne Proulx selon deux niveaux de difficulté ou niveaux de compétence, que sont A1 et A2, provenant du CECRL (Cadre européen commun de référence pour les langues). « On propose 40 capsules vidéo dans lesquelles on met en scène une famille, la famille Cooper. Si les parents sont à peu près absents des vidéos, on suit Nanette, 9 ans, et son frère Thomas, facilement identifiables par les jeunes », raconte l’agente de projets. La famille part en voyage dans une fourgonnette et, pendant le périple, Nanette, personnage principal des capsules, tient un journal virtuel ou plus précisément un vidéoblogue, qui lui sert de prétexte à parler de différents sujets allant de la famille aux animaux en passant par les sentiments, les vêtements et les sports. Ces 40 capsules sont divisées en 8 modules contenant chacun 5 vidéos dans lesquelles se trouvent plusieurs activités interactives, notamment répondre à des vrais ou faux à la suite du visionnement d’une capsule, savoir disposer des phrases dans un ordre logique, etc. Comme l’expérience pédagogique est présentée de cette façon, avec mises en scène, scénarios dans un contexte familial, l’apprentissage se fait dans un cadre moins rigide et ainsi plus convivial. Aussi, afin que les parents soient impliqués dans cette traversée, une section leur est spécialement réservée dans laquelle ils peuvent accéder au contenu en français et en anglais et surtout suivre le cheminement de leur enfant. Au bout du voyage, la Francomobile permet aux enfants d’avoir vu et peut-être acquis 200 mots de vocabulaire et des structures langagières inspirées de situations de la vie courante. La Francomobile offre un contenu simple et accessible, bien adapté aux enfants. Mais plus encore, cette application, tout comme le Francolab en général, a ceci de particulier qu’elle cible la francophonie canadienne et ouvre ainsi une fenêtre sur notre langue, notre culture, notre façon de dire et de voir le quotidien.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.