Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le Québec se met à l’index

    Cela fait 20 ans qu’on en rêve : la Francophonie créera son système d’indexation des articles scientifiques francophones — enfin ! Mieux : ce projet, financé par l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), sera québécois. Il s’agit d’un partenariat avec Érudit, la plateforme québécoise de revues scientifiques en ligne, et l’Observatoire des sciences et des technologies (OST) de l’UQAM, spécialisé dans la bibliométrie.

     

    L’indexation scientifique, cela consiste à décrire qui cite qui, quoi, comment et combien de fois. Cette pratique est devenue LE critère pour établir le salaire des professeurs, des chercheurs, les budgets des centres de recherche et des universités.

     

    Selon Vincent Larivière, directeur scientifique chez Érudit et directeur scientifique adjoint à l’OST, les bibliothèques universitaires paient jusqu’à 100 000 dollars par an pour s’abonner à un service d’indexation comme Web of Science, propriété du groupe Thomson Reuters. Pour le « Classement de Shanghai », qui évalue plus de 500 universités dans le monde, 20 % de la note est attribuée au nombre d’articles publiés dans Science ou Nature.

     

    L’indexation provient du droit coutumier anglais, qui est fondé sur la jurisprudence. Dès le XIXe siècle, juges et avocats se sont organisés pour savoir exactement qui était cité par qui, et combien de fois. En 1945, l’ingénieur Vannevar Bush, un des pionniers d’Internet, s’en inspire pour formuler le concept de « mémoire scientifique collective ». L’idée frappe un jeune linguiste, Eugene Garfield. Il créera, dès 1955, l’Institution pour l’information scientifique avant de lancer, en 1964, l’Index des citations en science couvrant 6500 publications. Garfield se révèle un brillant homme d’affaires et l’indexation devient vite une poule aux oeufs d’or.

     

    Fait peu connu : ce système se voulait multilingue, au départ, mais il a été rapidement dominé par l’anglais. Il existe d’autres systèmes rivaux. Le Néerlandais Scopus couvre 21 000 publications scientifiques ! SciELO balaie l’ensemble de la sphère luso-hispanique. Les Russes ont monté leur propre système. Les Chinois en ont plusieurs.

     

    Les francophones sont les grands absents de cette sphère bibliométrique. Normalement, les Français auraient dû y parvenir, mais les guéguerres de clocher et les chasses gardées ont miné leurs tentatives.

     

    Les Québécois à la tâche

     

    « Au Québec, toutes les conditions étaient réunies », explique Stéphane Grivelet, coordonnateur pôle francophonie universitaire et langue française à l’AUF. « Depuis 20 ans, Érudit rassemble presque toutes les publications scientifiques. Et l’OST a la maîtrise technique. Il n’en coûtera que 100 000 dollars et un an de travail pour monter le prototype. »

     

    « Actuellement, la meilleure indexation en français vient de Google Scholar, mais les résultats sont loin d’être bons », dit Vincent Larivière, qui cite le cas de son propre mémoire de maîtrise dont les auteurs seraient, selon Google Scholar, « Vincent Larivière », « exigence partielle », et « de la matière en histoire » !

     

    Cet exemple par l’absurde résume les pièges d’une mauvaise indexation. Alors que le robot de Google Scholar y va à la louche, le bon algorithme devrait tenir compte des formats de citation de chaque publication. Certains vont nommer le titre, avant les auteurs ; d’autres, le contraire. Dans certaines, l’auteur principal d’un texte apparaît en premier ; ailleurs, il vient en dernier.

     

    « Après le développement du prototype québécois, le vrai défi sera d’étendre son adoption internationalement », dit Tanja Niemann, directrice générale d’Érudit. « Le fait d’être passés par l’AUF va nous aider à fédérer ce qui existe déjà. »

     

    Cette tentative francophone n’arrive-t-elle pas 25 ans trop tard ? Les autres espaces linguistiques ont mis du temps à s’organiser — et même à comprendre quelle partie se jouait — tandis que les anglophones installaient une indécrochable aura de prestige autour de leur langue.

     

    Vincent Larivière a mesuré des reculs sidérants dans l’usage du français dans la recherche, même en sciences humaines où la langue est pourtant quasi indissociable du sujet. En France, il y a 35 ans, 70 % des articles scientifiques étaient écrits en français ; c’est tombé à 20 %. (L’allemand connaît exactement la même courbe.) Au Québec, le recul est moins brutal, parce qu’on partait de plus loin. L’anglais comptait pour 70 % des articles scientifiques en 1980 ; c’est maintenant 90 %.

     

    Cela dit, il serait fou de ne pas essayer. Les Brésiliens, les Russes, les Chinois ont mis au point des systèmes qui fonctionnent et qui alimentent désormais les banques anglophones en contenu non anglophone.

     

    Et puis, la francophonie scientifique a encore des forces vives : publier n’est que l’aspect le plus visible de la science, qui comprend aussi la recherche proprement dite, la vulgarisation, l’enseignement, les services rendus — des secteurs beaucoup plus fondamentaux où la langue française continue de peser.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.