Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Les petits de l’économie collaborative s’organisent

    Devant les «prédateurs» Uber et Airbnb, un «think tank» s’installe à Montréal pour multiplier l’influence de 150 organismes à l’échelle du Québec

    De petites entreprises collaboratives essaiment au Québec, allant du partage d’outils à la manière de La Remise (notre photo) au « Wikipédia humain » d’E-180.
    Photo: La Remise / Facebook De petites entreprises collaboratives essaiment au Québec, allant du partage d’outils à la manière de La Remise (notre photo) au « Wikipédia humain » d’E-180.

    Partager sa voiture, échanger sa maison, lancer un atelier d’outils communautaires : l’économie collaborative a le vent en poupe au Québec, mais le nouveau think tank OuiShare Montréal entend pousser beaucoup plus loin ce pied de nez au capitalisme ambiant, en multipliant son influence dans toutes les sphères de la collectivité.

     

    Ils n’étaient au début qu’une poignée de collaborateurs à un blogue. Ils sont maintenant les fédérateurs de toute une communauté réunie derrière OuiShare Montréal, un organisme satellite de la communauté mondiale OuiShare, créée en France en 2012 pour favoriser l’accélération des idées, de la formation et de la production liées à l’économie du partage. Aujourd’hui répandue dans une vingtaine de pays d’Europe, d’Amérique et d’Afrique du Nord l’organisation, encore naissante au Québec, compte plusieurs milliers de membres dans le monde.

     

    « OuiShare Montréal, c’est un think tank, mais surtout un “Do-Tank” pour faire avancer des projets. Ça rassemble des autoentrepreneurs, des mouvements citoyens, des gens qui utilisent l’open source [code informatique ouvert et libre de droits]. On donne des conférences et de la formation en entreprise pour ceux qui veulent intégrer les processus collaboratifs, mais notre but ultime, c’est de briser l’image du geek, d’impliquer les Québécois de tous milieux en faisant la démonstration que l’open source peut servir la communauté et être utile à tout le monde », affirme Alexandre Bigot, « connecteur » de OuiShare à Montréal.

     

    Où en est l’économie collaborative au Québec ? Une multitude d’initiatives isolées existent sur diverses plateformes et dans diverses collectivités, mais peu travaillent en réseau. Mais plus pour longtemps. De pair avec l’Observatoire de la consommation responsable (OCR) de l’UQAM, OuiShare Montréal publiera en avril un livre blanc de l’économie collaborative au Québec, une cartographie locale de tout ce qui se fait dans le domaine. « Il faut rassembler ces communautés pour rendre disponibles leurs solutions au plus grand nombre de gens », estime M. Bigot.

     

    L’autre économie

     

    L’organisme a répertorié pas moins de 150 expériences collaboratives au Québec. Quel visage a donc cette nouvelle économie souterraine aux contours flous ? Outre les Airbnb de ce monde et autres Uber mondialisés, perçus comme des « prédateurs capitalistes » par le mouvement collaboratif, on note une pléthore d’organismes locaux visant notamment le partage ou l’échange de biens et de services, avec ou sans frais, comme les cuisines et jardins collectifs, ou les « bibliothèques » d’outils et d’autres objets utilitaires. Parmi eux, Esplanade, La Gare ou Ecto, autant d’espaces de coworking partagés par des travailleurs autonomes, ou Sharing kit et La Remise, des entreprises de prêts et de partage d’outils pour bricoleurs de tout acabit.

     

    Des ateliers communautaires, ou « Fab Labs », émergent aussi ça et là, comme Sensorica, où sont conçus à bas coûts des prototypes d’objets à partir d’imprimantes 3D, de découpeuses au laser et de logiciels libres. Tremplin pour les jeunes entrepreneurs, ces ateliers locaux permettent d’abaisser les coûts de production, en donnant accès à des équipements coûteux, en limitant les frais de transport et d’énergie. « À Barcelone, les Fab Labs émergent partout, financés en partie par les gouvernements ou d’autres organisations », explique M. Bigot.

     

    Entre les murs d’E-180, créé il y a trois ans, on vise non pas le partage des biens, mais de connaissances. Sorte de « Wikipédia humain », l’organisme montréalais a développé une plateforme qui favorise le « brain dating », explique Alina Meizel sur la page Facebook de l’organisme. « Au lieu de taper dans Google, on rencontre un être humain pour élargir son potentiel de connaissances en ne laissant pas cette rencontre au hasard. »

     

    Bref, le milieu est en pleine ébullition, mais toutes ces initiatives bénéficient de peu de reconnaissance publique ou légale.

     

    « À l’heure actuelle, un flou juridique entoure ce mouvement qui bouleverse toutes les conceptions traditionnelles du revenu et de la propriété. L’action collaborative doit être intégrée et prise en compte par les lois », affirme le porte-parole de OuiShare, connexion Québec.

     

    En France, la nouvelle ministre de la Culture, Fleur Pellerin, a changé la loi pour que l’État puisse lancer des appels à projets auprès de divers Fab Labs. Des géants ont recruté ces nouveaux joueurs de l’économie, comme la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) pour revoir ses façons de faire et redonner vie à ses gares désaffectées. OuiShare a aussi été appelé à repenser certains produits de La Mutuelle, une imposante coopérative d’assurances, et a fait converger 50 idéateurs de divers pays à Paris lors de la COP21 pour créer des prototypes d’objets innovants, favorisant le développement durable.

     

    Dopée par l’arrivée d’Internet, des réseaux sociaux, puis la crise économique, l’économie collaborative s’est présentée comme une réponse à la crise des revenus et au cul-de-sac environnemental. Même plusieurs de ceux qui y adhèrent sont d’abord motivés par le souci de réduire leurs dépenses. « Il y a aussi un besoin de reprendre le pouvoir et de se brancher à des communautés. Aujourd’hui, on arrive à des dérives qui sont justifiées seulement par le rendement », insiste Alexandre Bigot.

     

    Doucement subversive, l’économie du partage ? Bien que décrié par les entreprises qui paient taxes et impôts, ce nouvel acteur qui carbure à l’idéal communautaire n’en reste pas moins pragmatique, défend le connecteur de OuiShare. « On n’est pas des hippies, mais des pragmatiques qui réfléchissent à de nouveaux outils de développement et font confiance aux collectivités. Ce n’est pas du militantisme de gauche, mais une manière d’arriver à une société plus résiliente. On est tous un peu entrepreneurs, il faut s’organiser ! »













    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel