Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Pas de quartier pour les pauvres

    Le côté sombre de l’embourgeoisement

    Christian Dinelle et sa conjointe Corinne vivent un véritable calvaire dans leur logement du quartier Rosemont.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Christian Dinelle et sa conjointe Corinne vivent un véritable calvaire dans leur logement du quartier Rosemont.

    Christian Dinelle a vécu toute sa vie dans Rosemont. Il adore le quartier mais n’a plus les moyens d’y habiter tellement les logements sont rendus chers. Avec sa conjointe et leur fils, ils ont trouvé un petit quatre et demie dans un demi-sous-sol, en face de l’école de leur garçon.

     

    C’est le seul endroit qu’ils peuvent se payer dans Rosemont ; 500 $ par mois, non chauffé ni éclairé. Le plafond est bas. Les pièces, sombres. Le logement avait l’air « correct » quand ils ont signé le bail il y a trois ans, mais ils ont vite réalisé qu’il s’agit d’un taudis insalubre qui avait été maquillé. Le couple a beau faire le ménage, le logement est trop « magané » pour rester propre.

     

    L’eau s’infiltre par les murs, par les fenêtres, par le plancher. Il y a des moisissures partout. La toilette, installée de façon non conforme au Code du bâtiment, fonctionne mal, ou pas du tout. Des refoulements d’égouts surviennent régulièrement. L’endroit est infesté de punaises de lit. Des rats rendent visite à la famille.

     

    « J’en ai vu un gros comme ça l’autre jour. Mon chien a eu peur », raconte Christian Dinelle, attablé dans sa cuisine.

     

    C’est long, obtenir justice

     

    Le couple a porté plainte à la Ville et à la Régie du logement. Le dossier traîne. C’est long, obtenir justice. De toute évidence, la propriétaire se fout de laisser ses locataires dans un taudis. Ou est incapable de remettre l’endroit en bon état tant il y a de travaux à faire.

     

    La famille vit de l’aide sociale. Corinne, la conjointe de Christian Dinelle, est schizophrène. Sa facture de médicaments s’élève à 1400 $ par mois. M. Dinelle reste à la maison pour s’occuper de Loïc, six ans, parce que sa femme peut difficilement prendre soin seule d’un enfant à cause de sa maladie.

     

    « C’est pratique ici, dit la mère de 35 ans. On est en face de l’école. Il y a une bibliothèque, un aréna, une piscine et deux épiceries à distance de marche. Loïc joue au hockey dans la ruelle verte. On connaît les voisins. C’est notre communauté ici. »

     

    « Je suis né dans Rosemont. Je suis attaché à mon quartier », ajoute l’homme de 44 ans.

     

    Il a toujours réussi à se loger convenablement même s’il ne roule pas sur l’or. Plus maintenant. Christian Dinelle cherche désespérément un autre logement. Mais n’en trouve pas. Il poireaute depuis… 12 ans sur une liste d’attente pour un HLM.

     

    En mutation

     

    Quelque 6500 familles attendent une place en HLM dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, indique Martin Blanchard, coordonnateur du Comité logement de La Petite-Patrie. Les pauvres — souvent des « pauvres » de la classe moyenne qui ont un emploi — ont de plus en plus de difficulté à se loger dans ce quartier qui s’embourgeoise à grande vitesse.

     

    Comme Christian Dinelle et sa famille, les gens à faible revenu ont souvent le choix : louer un logement trop petit ou insalubre dans le quartier ou déménager en périphérie. Souvent dans l’est de Montréal, là où le métro ne se rend pas. Ou en région. À Trois-Rivières, à Saint-Jérôme. Ils doivent s’endetter pour acheter une auto et payer le déménagement.

     

    Pas moins de 20 % du parc locatif du quartier ont été convertis en condos depuis 1991, a calculé le Comité logement avec l’aide d’une équipe de l’Université Concordia. Moins de logements, davantage de condos : l’équation est dramatique pour les gens démunis.

     

    Martin Blanchard est calme en général. Mais il se fâche en décrivant la mécanique implacable du marché qui chasse les gens de chez eux.

     

    « C’est la loi du plus fort contre des personnes vulnérables et faibles. Les promoteurs font de l’argent sur le dos des pauvres », dit-il.

     

    Les vieux payent la facture

     

    Voici ce qui se passe dans La Petite-Patrie, selon lui. Il n’y a pas si longtemps, c’était un quartier populaire. Un quartier de vieux, entre autres. Les rues Beaubien et Bélanger, entre le boulevard Saint-Laurent et la rue D’Iberville, hébergeaient deux clubs de l’âge d’or, une série de restaurants à patates frites, un bingo. Tout cela a disparu. Les vieux sont partis. Les 65 ans et plus formaient jadis jusqu’à 18 % de la population du quartier. Ils sont maintenant moins de 8 %.

     

    Pourquoi sont-ils partis ? Ils habitaient depuis longtemps de petits logements pas trop chers. La hausse des prix des loyers est réglementée pour les locataires qui restent au même endroit. Faibles loyers, logements peu rénovés : les immeubles qui abritaient ces petits vieux ne valaient pas cher. Les promoteurs ont flairé l’affaire. Ils ont acheté ces immeubles à bas prix. Puis ont chassé les petits vieux de chez eux. Et continuent de le faire. Comment ? Par des hausses de loyer inacceptables. Par des menaces. Par du harcèlement. Par des offres soi-disant difficiles à refuser, comme trois mois de loyer gratuit et un déménagement payé.

     

    Les petits vieux s’en vont. Ils s’en vont mourir ailleurs, loin de chez eux, dans un autre quartier, dans un centre d’hébergement. Et leurs logements deviennent des condos vendus une fortune à des gens de la classe moyenne qui ont le droit de se loger convenablement.

     

    « C’est comme ça que ça fonctionne, la gentrification, dit Martin Blanchard. Les vieux, les personnes les plus fragiles et les plus vulnérables, ont été chassés du quartier. Ç’a été un ravage et on s’en est rendu compte trop tard. C’est tragique. La personne perd ses racines, son réseau, ses amis. Elle meurt deux ans plus tard. »

     

    Québec solidaire, le parti de Françoise David, d’Amir Khadir et de Manon Massé, a déposé un projet de loi pour protéger les locataires âgés. La loi forcerait les propriétaires qui évincent un vieux à lui trouver un logement comparable à moins de cinq kilomètres de chez lui. Un pas dans la bonne direction, selon Martin Blanchard. Mais qui arrive peut-être trop tard.

    Christian Dinelle et sa conjointe Corinne vivent un véritable calvaire dans leur logement du quartier Rosemont. Un autre casse-tête pour Christian Dinelle:refoulement d’égout dans la salle de bain...












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.