Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Lac-Mégantic

    Le fonds d’indemnisation atteint 345 millions $US

    L’entreprise américaine World Fuel Services Corp. a accepté de verser 110 millions $US au fonds destiné à indemniser les victimes de la tragédie.
    Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir L’entreprise américaine World Fuel Services Corp. a accepté de verser 110 millions $US au fonds destiné à indemniser les victimes de la tragédie.

    Portland — Le fonds d’indemnisation des victimes de Lac-Mégantic atteint maintenant 345 millions $US, avec la participation au règlement de la compagnie propriétaire de la cargaison de pétrole.


    En vertu d’un règlement avec les syndics, l’entreprise américaine World Fuel Services Corp. a accepté de verser 110 millions $US au fonds destiné à indemniser les victimes de la tragédie, qui avait fait 47morts le 6 juillet 2013 en Estrie.


    Le convoi de 72 wagons-citernes de la Montreal, Maine Atlantic (MMA), qui avait été laissé sans surveillance pour la nuit à Nantes, avait dévalé une légère pente sur 13 km puis déraillé en plein centre-ville de Lac-Mégantic, avant d’exploser et de prendre feu.


    Le syndic américain en matière de faillites Robert Keach et son homologue canadien ont indiqué lundi qu’une entente était intervenue avec World Fuel Services Corp. « après des mois de négociations complexes et ardues entre plusieurs intervenants ».


    Le syndic américain a rappelé que parmi les entreprises qui pourraient être visées par une poursuite en responsabilité, seul le Canadien Pacifique, qui avait transporté le pétrole jusqu’à Montréal, a refusé jusqu’ici de contribuer au fonds d’indemnisation. De Montréal, c’est la MMA qui avait pris en charge le convoi pétrolier.


    Un porte-parole du CP a indiqué mardi que les victimes du déraillement méritent d’obtenir une compensation, mais que le transporteur ferroviaire n’est pas responsable de ce qui est arrivé ce jour-là. « La compagnie soutient qu’elle n’est pas un des responsables de l’accident, a indiqué Martin Cej. Le train n’était pas conduit par des employés du CP, il ne roulait pas non plus sur des voies du CP, et les locomotives, les wagons et la cargaison impliqués dans le déraillement n’appartenaient pas au CP. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.