Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Profilage politique

    Manifs à géométrie variable

    Le traitement imposé par les policiers aux étudiants diffère de celui réservé à d’autres groupes de revendication

    Des centaines de manifestants, dont de nombreux étudiants, se sont opposés à la brutalité policière dans les rues de Montréal, le 15 mars dernier.
    Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Des centaines de manifestants, dont de nombreux étudiants, se sont opposés à la brutalité policière dans les rues de Montréal, le 15 mars dernier.
    Ce texte fait partie de notre section Perspectives.

    Jeudi 2 avril, Montréal. Foule bigarrée dans la rue, rue inondée par le soleil printanier chauffant enfin les joues, joues bariolées de rouge protestation, protestation soudainement arrêtée par le tir de gaz lacrymogènes et la charge des policiers.

     

    Dimanche 29 mars, Montréal. Des femmes prennent la rue sous un temps frisquet et quittent la place Émilie-Gamelin en scandant des slogans visant à rappeler au gouvernement Couillard que personne ne viendra brader l’accès à l’avortement. Quelque 500 personnes déambulent jusqu’aux bureaux du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et en reviennent. Les policiers encadrent le tout mais jamais n’interviennent.

     

    Dans les deux cas, aucun itinéraire n’avait été fourni au corps policier. Aucun incident apparemment « violent » n’a été déploré par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Et pourtant, ces deux manifestations ont connu des dénouements très distincts. Pourquoi ?

     

    « On le voit très clairement avec la dizaine de manifestations qui se sont tenues récemment : lorsqu’elles ne sont pas appelées par des groupes étudiants, par exemple des groupes féministes, elles ne font pas l’objet du même traitement. Il y a vraiment là un traitement différentiel, et c’est du profilage politique. »

     

    La professeure Céline Bellot, de l’École de service social de l’Université de Montréal, s’intéresse très précisément à cette forme de discrimination qui, contrairement aux notions de profilage racial et même social, n’est pas « judiciairement reconnue ». Ce qui n’en fait pas moins une réalité évidente à ses yeux, comme l’étudie l’Observatoire sur les profilages (OSP). « Nous sommes plongés en plein dans cette dérive où, en amont d’un événement, de manière préventive, on va utiliser des stéréotypes, des caricatures et des préjugés pour conclure d’emblée que des populations — ici, les étudiants — ayant des convictions politiques qui sont en résistance au courant néolibéral sont dérangeantes, menaçantes et méritent d’être judiciarisées et réprimées », dit Mme Bellot.

     

    Un traitement différentiel basé sur « ce que sont et ce que pensent les manifestants plutôt que sur ce qu’ils font » viendrait expliquer que cohabitent sans raison apparente la bonne manif et son pendant sombre, la mauvaise.

     

    Que jeunesse se passe !

     

    « Dans cette traque de la non-conformité, un élément m’apparaît central : la question de la jeunesse comme menace à l’ordre établi », écrivait Marco Sylvestro en 2010 dans un bulletin spécial de la Ligue des droits et libertés portant sur le « profilage discriminatoire dans l’espace public ». « Autrefois, on disait qu’il fallait que jeunesse se passe, excusant ainsi la turbulence et l’exubérance. Dans les années 60 et 70, la jeunesse, majoritaire comme groupe d’âge, avait les coudées franches. Aujourd’hui, dans une société vieillissante dirigée par l’ancienne jeunesse du baby-boom, il semblerait que les jeunes n’aient plus d’excuse ni d’influence de par leur nombre : ils et elles doivent s’intégrer à l’ordre moral dominant au plus vite, et les “erreurs de jeunesse” ne sont pratiquement plus permises. »

     

    Et pourtant, conclut l’auteur, ne vivons-nous pas dans une ère de « liberté » ? « Liberté dans la conformité, oui ! Il semblerait que cette diversité et cette liberté ne soient que pour ceux et celles qui sont du bon côté du pouvoir — pouvoir politique, économique et démographique. Pour les autres jeunes, mésintégrés, immigrants ou dissidents, il faut rentrer dans le rang, suivre la règle, marcher au pas sous peine de bastonnade — au propre comme au figuré. »

     

    Les coups de matraque, la valse des boucliers, le chant des bottes sur le bitume : Maxence L. Valade, 23 ans, cet étudiant de l’UQAM devenu tristement célèbre pour sa blessure reçue le 4 mai 2012 en plein visage, qui lui a valu la perte d’un oeil, déplore les tactiques de répression. Mais, plutôt que de lui faire peur, celles-ci le galvanisent. « Pendant la grève de 2012, c’étaient quatre manifs par jour. Tu reviens le soir chez toi et il y a les policiers qui te poursuivent presque jusque dans tes rêves. Tu te couches et tu sens encore le mouvement de la foule, c’est si intense que t’en as presque des palpitations. C’est toujours la même chose. Les cris, les coups de matraque qui viennent, ce sentiment de ne plus pouvoir rien ignorer. T’as pas peur. Tu te sens fort. Tu te retrouves en commun et tu vois qu’on est capables de gagner en puissance ensemble. C’est merveilleux. »

     

    Banalisation et indifférence

     

    Mercredi, une trentaine de groupes inquiets et choqués par la montée en puissance de ce profilage politique — assorti de son corollaire la répression policière — ont dénoncé aussi la banalisation apparente dans laquelle cette brutalité s’opère. Un peu plus tôt, le ministre de l’Éducation, François Blais, avait illustré malgré lui de manière exemplaire l’indifférence dans laquelle se déploient ces événements : en entrevue, il a carrément invité les dirigeants d’établissement d’enseignement supérieur à expulser chaque jour un ou deux de ces récalcitrants en mal de sensations fortes pour sanctionner l’inacceptable et, au passage, faire réfléchir les autres.

     

    En pleine conférence de presse, les porte-parole avaient du mal à réprimer leur colère. « Franchement, ça dépasse tout entendement ! », a affirmé Nicole Filion, de la Ligue des droits et libertés.

     

    Pour Céline Bellot, cela découle d’une stratégie politique — à laquelle se prêtent les médias sans grand mal — de plaquer des discours visant à montrer que ces groupes sont « radicaux, radicalisés et avec tout ce que ça veut dire dans l’imaginaire populaire, encourageant confusions et amalgames entre terroristes, radicaux et gens contestant l’austérité. Il y a très clairement un intérêt politique à maintenir ces amalgames et ces confusions ».

     

    Il n’y avait qu’à participer cette semaine à ladite conférence de presse sur la répression policière pour le comprendre. La majorité des questions des journalistes n’a porté que sur un seul élément : l’itinéraire fourni — ou non — par les groupes manifestants, « comme si cette question à elle seule pouvait discréditer l’ensemble des convictions sur lesquelles repose un mouvement de contestation », ajoute Mme Bellot.

     

    Dans le rapport produit par la Commission spéciale d’examen des événements du printemps 2012 — dit le rapport Ménard —, les commissaires ont noté que, dans la foulée du conflit étudiant devenu crise sociale, l’obsession collective autour des règlements utilisés par les policiers pour stopper les manifestations (règlement P6 adopté par Montréal en mai 2012 et l’article 500.1 du Code de la sécurité routière) a occupé un espace imposant, au détriment du droit de manifester pacifiquement, protégé par les chartes. La nature même des règlements, notamment le P6 avec son obligation de fournir l’itinéraire, a « fini par présumer de l’illégalité de l’exercice », notent les commissaires, préoccupés.

     

    « Il est assez impressionnant de voir la diabolisation construite autour de ce que pourrait faire une association étudiante lors d’une manifestation », expose Céline Bellot. « Et ce pour quoi on va les pénaliser, c’est quoi ? Des infractions au Code de la sécurité routière [l’article 500.1 du Code de la sécurité routière a été invoqué pour 1890 des 2542 arrestations du SPVM lors du printemps 2012] qui ne sont rien de plus que ce qu’on utilise lorsque vous faites un excès de vitesse en voiture ou que vous omettez de mettre votre ceinture de sécurité. Va-t-on tenir un discours aussi diabolisant pour toutes les personnes qui ne font pas leur arrêt en voiture ? Voilà exactement le “deux poids, deux mesures” qui s’incarne dans la logique du profilage. »


    Les jambières des policiers

     

    Pourtant, le mouvement qui soulève ces jours-ci une partie de la population du Québec est global, et non sectorisé, comme il l’était en 2012 lorsque l’embryon du conflit rimait avec une hausse des droits de scolarité touchant l’enseignement supérieur. « En manifestant contre les politiques du gouvernement Couillard, [les] étudiants font preuve d’une grande lucidité et d’une solidarité qui doivent nous inspirer », écrivaient récemment les professeurs de l’École de service social de l’UdeM dans un texte visant à soutenir la lutte étudiante. « Au-delà des impacts réels sur leurs situations individuelles, les étudiantes et étudiants ont le courage de se lever pour dénoncer, de manière plus globale, les choix et les décisions du gouvernement libéral. L’austérité ne vise pas un secteur ou un autre. Elle est une approche globale qui a des conséquences pour chacun des citoyens du Québec. »

     

    Mais au lieu de défendre ce discours, les étudiants doivent plutôt répondre sur les tribunes « au discours de menace directe des autorités publiques », dit Mme Bellot, qui était présente à la conférence de presse du collectif antirépression cette semaine. « On l’a vu dans la réaction des médias : tout ce qui comptait, c’était le discours d’expulsion du ministre [de l’Éducation, François Blais] et la réaction de l’ASSE, et l’itinéraire. Tout le reste, le discours sur l’austérité, ne comptait pas. »

     

    Cette lutte globale que certains avaient crue idéale pour unir dans la protestation l’ensemble des groupes demeure très sectorisée — en font foi les autocollants rouges « On n’a rien volé » plaqués sur les jambières des policiers poursuivant les manifestants dans les rues… « On a sectorisé tout le débat sur le droit de grève des étudiants alors que, finalement, les politiques d’austérité contre lesquelles ils se battent touchent tout le monde, explique Céline Bellot. Ce n’est pas seulement le problème de l’éducation, c’est celui des garderies, des femmes, des organismes qui luttent contre la pauvreté, de la fonction publique, donc c’est un problème généralisé. Pourtant, on va diaboliser un secteur plutôt qu’un autre. C’est le propre du profilage politique. »













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.