Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    «Sur Ontario» (2 de 4)

    Grandir par l’art à la Maison Théâtre

    La rue Ontario déploie ses nombreux paradoxes sur 6,1 km, dans le sud de Montréal. Longtemps, cette rue unique a agi comme une barrière entre riches et pauvres. Jusqu’à jeudi, Sur Ontario, série et webdocumentaire en quatre étapes, ira à la rencontre de ceux et celles qui en ont fait leur lieu de résidence, de lutte ou d’expérimentation sociale. Ce mardi, des institutions en mission dans le secteur Quartier latin.
     

    La salle de spectacles jeunesse Maison Théâtre semble allier naturellement les vocations des deux quartiers qui l’encadrent. Situé depuis 1984 sur la rue Ontario, l’établissement fait partie du Quartier des spectacles, tout en étant le voisin direct du cégep du Vieux-Montréal, institution phare du Quartier latin. Faire vivre des émotions, en contribuant à l’éducation de ses spectateurs, va de soi.

     

    Pour le président et directeur général, Alain Grégoire, la localisation du théâtre lui permet de remplir pleinement sa mission. « Je pense qu’en étant situé dans un quartier qui n’est pas nécessairement le plus favorisé, ça nous permet de garder en tête notre mission première, explique-t-il. Cette mission est de faire en sorte que le théâtre soit accessible à tous, pas seulement à ceux à qui ça vient naturellement, facilement, ou qui en ont les moyens. »

     

    Le public cible de la Maison Théâtre est constitué de jeunes enfants, de préadolescents et d'adolescents, ce qui n’empêche pas les grands de profiter des créations colorées qui se succèdent sur sa scène. « Beaucoup d’adultes ont découvert le théâtre en accompagnant leurs enfants ici, ajoute Alain Grégoire. Une fois que leurs enfants vont dans des théâtres pour adulte, eux vont tout de même continuer à venir ici parce qu’ils ont apprécié les années qu’ils ont passé avec leurs enfants ici. »

     

    Être un médiateur

     

    M. Grégoire voit la Maison Théâtre comme un canal de transmission, entre les oeuvres et les personnes. Le façonnement de la personnalité passe par le contact à l’art, croit le directeur. « C’est plus facile de décoder, par exemple, le cinéma, puisque les enfants sont très tôt mis en contact avec des films, dit-il. Tout le monde sait reconnaître un flash-back, même si personne n’a réellement appris ce que c’est. Par contre, décoder une peinture, une toile, comprendre un mouvement musical ou encore le rôle de l’éclairage sur un plateau, ça peut demander des explications. »

     

    Avec ce constat en tête, la Maison propose divers programmes destinés aux enfants issus de familles à faible revenu. Les jeunes résidants des Habitations Jeanne-Mance, situées juste en face, sont les premiers à en bénéficier. « Notre contribution à la médiation culturelle est modeste, mais réelle, croit Alain Grégoire. Quand on va au théâtre, ça nous permet de rêver éveillé, d’une certaine façon. C’est un artiste qui nous a donné sa vision du monde et qui nous permet d’arranger à l’intérieur de nous les multiples questions qu’on se pose dans la vie. Ça permet de contribuer à développer la personnalité. »

    Le président et directeur général de la Maison Théâtre, Alain Grégoire, voit l’institution comme un passeur de culture qui contribue à l’éducation de ses petits spectateurs.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.