Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Point chaud

    Faire germer la justice alimentaire

    Référence mondiale en éducation populaire, l’École d’été sur l’agriculture urbaine de Montréal ouvre sa 6e édition

    Pour Éric Duchemin, l’enjeu fondamental est la justice alimentaire.
    Photo: Michaël Monnier Le Devoir Pour Éric Duchemin, l’enjeu fondamental est la justice alimentaire.

    Un sondage mené l’an dernier par la Ville de Montréal révélait que 42 % des citoyens pratiquent l’agriculture urbaine. Plus qu’une simple activité de jardinage, l’agriculture urbaine est un mouvement social qui peut servir d’outil d’éducation et de moyen d’atteindre la justice alimentaire. C’est avec ces idées en tête que quelque 200 citoyens et chercheurs participent à la 6e École d’été sur l’agriculture urbaine de Montréal qui commence ce lundi.


    Créée en 2009 pour répondre à un besoin de formation — théorique et pratique — et pour permettre aux agriculteurs urbains de tous horizons d’échanger leurs savoirs, l’École d’été sur l’agriculture urbaine de Montréal est devenue un modèle d’éducation populaire dont veulent maintenant s’inspirer plusieurs institutions ailleurs dans le monde. En effet, Montréal est « en avance » dans ce domaine, assure le cofondateur de l’École Éric Duchemin, qui coordonne l’événement avec Jean-Philippe Vermette.

     

    Au début de la saison estivale, Éric Duchemin, professeur associé à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM, était à Paris parce qu’il coorganisait les Ateliers d’été de l’agriculture urbaine et de la biodiversité qui s’y tenaient pour la première fois. C’est toutefois l’an dernier que la France voyait une première activité du genre se tenir en son territoire avec l’École thématique sur l’agriculture urbaine de Strasbourg, qui ressemblait davantage à un « colloque de chercheurs », précise M. Duchemin, ayant fait partie du comité d’organisation de l’événement.

     

    Les ateliers parisiens risquent de se répéter l’an prochain, après le succès connu en juin dernier. Et bientôt, dans les années à venir, ce sera Marseille, Bruxelles, Liège, Toronto et Portland, en Oregon, qui mettront sur pied des écoles d’été en agriculture urbaine inspirées du concept montréalais.

     

    Devant cet « engouement mondial » pour des formations axées sur l’agriculture en ville, la création de « réseaux » s’impose pour que les écoles se complètent plutôt que de se concurrencer, explique Éric Duchemin. Au Québec, l’Université Laval offre aussi une formation d’été sur le sujet à la mi-juillet. « J’étais conférencier [à Québec]. On a discuté de la façon dont on pourrait faire des maillages, mais aussi faire des trucs complémentaires. L’Université Laval a une faculté d’agronomie, ce serait intéressant qu’ils axent sur des questions agronomiques, ce que, nous, on ne fait pas à l’UQAM. Nous, on est vraiment “aménagement urbain”, plus axés sur les aspects de sciences humaines [de l’agriculture urbaine]. »

     

    « Montréal est très dynamique. Il y a une connaissance, une réflexion sur l’agriculture urbaine, sur le lien entre agriculture et aménagement urbain beaucoup plus développé qu’ailleurs », ajoute-t-il, expliquant que c’est après leur passage à l’École d’été de Montréal qu’un professeur de l’université de Portland, en Oregon, et un de l’université Ryerson à Toronto ont décidé de créer des écoles du genre dans leur ville respective.

     

    Autosuffisance alimentaire

     

    Des mordus d’agriculture urbaine, assoiffés de nouvelles connaissances et de techniques à développer, il y en a. Du citoyen désireux d’optimiser sa récolte de légumes sur son balcon à l’enseignant qui veut se servir du jardinage comme outil d’éducation, les participants viennent de différents horizons. Certains d’entre eux s’inscrivent aux formations plusieurs années de suite. Des participants aux ateliers de Paris — Québécois et Français — sont donc également de la partie à Montréal cette semaine. D’où l’importance que chaque institution développe ses forces et que la formation montréalaise, avec ses 200 participants et 80 formateurs, « se renouvelle » année après année.

     

    L’école d’été est bien sûr l’occasion pour chaque participant d’enrichir ses connaissances sur l’agriculture urbaine, mais aussi de réfléchir collectivement au développement de cette agriculture. La semaine de formation à l’UQAM s’ouvre justement avec une conférence sur l’autosuffisance alimentaire en milieu urbain. Concept utopique ? « Est-ce l’autosuffisance alimentaire de la ville qu’on cherche ou une certaine forme d’autonomie, une prise de conscience des besoins en milieu urbain ? », nuance Éric Duchemin. D’autant, qu’à ses yeux, l’enjeu fondamental est la justice alimentaire. « Je reviens toujours à ça : à Montréal, il y a des gens qui ne mangent pas à leur faim. […] L’agriculture urbaine vise entre autres ces personnes-là. Quand on parle d’autosuffisance, ça veut dire la production, mais aussi la transformation, la distribution et la mise en marché. »

     

    Il donne l’exemple des surplus de production des jardins communautaires de la ville dont une partie finit au compost. À Montréal, on estime qu’il y a 30 % de « perte au champ ». Mauvaise organisation des cultures, paresse ou manque d’information quant à la transformation des produits et inexistance de structure pour la redistribution peuvent en être la cause. « Comment peut-on faire pour récupérer ces denrées alimentaires et les envoyer où elles vont être utiles pour la justice alimentaire ? » C’est un des objectifs de l’École d’été que d’y réfléchir.

     

    Et finalement, ce sont les citoyens et les autorités municipales qui doivent faire avancer les différentes questions entourant l’agriculture urbaine. « Je pense qu’à Montréal, on est rendus à une étape où il faut lâcher les modèles “jardins communautaires/jardins collectifs” et penser à des initiatives comme des vergers urbains ou intégrer enfin les petits animaux de ferme », avance le professeur qui croit important de « trouver d’autres formules qui permettent une plus grande participation citoyenne dans le mouvement de l’agriculture urbaine ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.