Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Ville de Québec

    Des personnes âgées au pouce vert

    Les jardins de la résidence Saint-Paul-Apôtre, à Limoilou, font le bonheur de Huguette Soucy et de Colette Labranche.
    Photo: Renaud Philippe Le Devoir Les jardins de la résidence Saint-Paul-Apôtre, à Limoilou, font le bonheur de Huguette Soucy et de Colette Labranche.

    L’idée est simple, mais il fallait y penser. Depuis trois ans, les Urbainculteurs développent des jardins dans des résidences pour personnes âgées et handicapées de Québec.

     

    Son chapeau de paille sur la tête, Mme Soucy effleure ses fines herbes du bout des doigts pour en saisir l’odeur. « J’aime assez ça ! », lance-t-elle avant de nous montrer le basilic et la sarriette.

     

    Nous sommes dans la cour arrière de la Résidence Saint-Paul-Apôtre, une résidence pour personnes âgées et handicapées du nord de Limoilou. Depuis 2011, on y a vu pousser des radis, des tomates, des concombres et une douzaine de jardiniers amateurs.

     

    Pilotée par une intervenante sociale et l’organisme Les Urbainculteurs, cette modeste initiative commence à faire des petits. Cet été, deux autres projets du même genre ont démarré dans d’autres complexes de logements sociaux : la résidence Les Diamants à Charlesbourg et dans un HLM du boulevard Charest.

     

    « Ça a permis aux gens de sortir de leurs appartements, de se côtoyer, de partager quelque chose, explique l’intervenante Sylvie Chassé. Je le savais, que ça fonctionnerait. »

     

    Mme Chassé a eu cette idée lors d’une visite du jardin sur le toit de la maison L’Auberivière, le premier projet public des Urbainculteurs. Depuis, la responsable de ce groupe, Marie Eisenmann, vient rencontrer les jardiniers quatre fois par an pour les semis, les récoltes et les rajustements en cours de route.

     

    Adapté à tous

     

    Certes, tout n’est pas parfait. M. St-Pierre trouve que la récolte de cette année est tardive par rapport à l’an dernier. Le terrain est plein de racines et une marmotte a mangé toutes ses laitues.

     

    Mais il trouve quand même que ça vaut la peine et ça lui rappelle son enfance loin de la ville, à Sept-Îles. Cet été, tout le monde a pu manger des tomates et Mme Soucy devrait être capable de produire ses fameux concombres marinés.

     

    Surtout, l’une des réussites de ce projet est d’avoir permis d’intégrer des gens se déplaçant en fauteuil roulant. C’est le cas de Sylvie Leblanc, qui n’avait jamais jardiné de sa vie. Aujourd’hui, elle cultive ses propres cerises de terre, des tomates et même des edamames dans son petit jardin surélevé.

     

    Elle avait déjà pensé s’inscrire dans l’un des jardins communautaires de la ville qui offre ce type d’installation. Mais ça aurait été plus compliqué, il aurait fallu trouver un transport adapté, explique-t-elle. « J’essaie de venir tous les jours pour voir s’il y a des choses que je peux manger. Quand il pleut, je trouve ça plate parce que je ne peux pas aller les chercher ! »

     

    André Pichette, qui circule aussi en fauteuil roulant, adore l’expérience. « Quand ils m’ont parlé de ça, c’est sûr que j’étais partant. Ça me rappelle de bons souvenirs quand j’étais jeune à Saint-Féréol-les-Neiges. Quand on n’avait pas d’école, on allait travailler chez les cultivateurs. »

     

    « Rien que le fait de voir pousser ça, c’est plaisant, c’est intéressant, c’est vivant. En plus, manger nos propres légumes, c’est pas tout à fait la même chose qu’à l’épicerie. Le goût est meilleur. »

     

    Les jardins surélevés ont tellement la cote que tous ont demandé d’en avoir un l’an prochain. « C’est parce qu’onnerajeunit pas, dit M. St-Pierre. On finit par avoir mal au dos à force de se plier. » À son avis, cette formule permettra probablement de convertir de nouveaux résidents au jardinage. Et en plus, ça devrait empêcher la marmotte de manger ses laitues.

    Les jardins de la résidence Saint-Paul-Apôtre, à Limoilou, font le bonheur de Huguette Soucy et de Colette Labranche. Colette Labranche et Huguette Soucy s'activent dans les plants de tomates Tomates et cerises de terre sont au menu à la Résidence St-Paul-Apôtre. Sur la photo: Sylvie Leblanc Huguette Soucy et Colette Labranche observent les résultats de leur future récolte Récolte de fèves jaunes à la Résidence St-Paul-Apôtre André Pichette regarde si les fruits des efforts des résidents sont prêts. Quelques résidents jardinent à la Résidence St-Paul-Apôtre Huguette Soucy De gauche à droite: Huguette Soucy, André Pichette, Thomas Saint-Pierre, Yolande Bisier, Colette Labranche et Sylvie Leblanc (assise au centre) Un plan de tomates de la Résidence St-Paul-Apôtre












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.