Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Les zestes

    17 juillet 2014 18h17

    Contacté les producteurs de lait du Québec pour savoir à quoi ressemblait la ferme laitière type. Elle compte 66 vaches et peut faire vivre 1,59 famille. 75 % des fermes ont 60 vaches ou moins. Le Québec compte presque 6000 fermes laitières, toutes familiales. Pas du tout le modèle de l’Ouest canadien ou américain. Mais il va sans dire que, comme partout ailleurs, la tendance est à la diminution ; nous avons perdu 31 % de nos fermes familiales de 1990 à 2010, comparativement à 41 % aux États-Unis.

     

    Remarqué qu’on consommait de moins en moins de produits laitiers dans mon entourage, pour des raisons de santé allant de l’acné à l’eczéma aux tendinites et à l’arthrite. Personnellement, j’ai migré vers le lait d’amandes depuis que je suis végé. J’ai conservé le yogourt et un peu de fromage. Pour ceux qui s’interrogent sur l’utilité du lait de vache dans nos vies, je recommande à nouveau un livre dont j’ai déjà parlé à sa sortie l’année dernière : Vache à lait d’Élise Desaulniers (Stanké), qui déboulonne dix mythes de l’industrie laitière. Le biais de cette végétalienne militante est évident, mais son ouvrage est très bien documenté. Si vous voulez mieux comprendre la vie d’une vache et les implications sur le bien-être animal de cette industrie, réfléchir sur votre consommation lactée, c’est le bouquin à lire.

     

    Mis de côté le livre Courez mieux courez végé pour mon vet de campagne de Coaticook. Le Dr Vincent Caldwell est marathonien et carnivore (par solidarité envers ses producteurs, m’a-t-il dit). Ce livre de Matt Frazier, végétalien et ultramarathonien, l’aidera peut-être à épargner quelques vies de vaches, recettes en prime. La plupart des sportifs craignent de perdre en performance en optant pour le végétarisme. Mon mari moins neuf, végé depuis des lustres et triathlonien maniaque des graphiques et des chiffres, n’a jamais eu de problèmes avec son chrono en mode tofu. J’en témoigne, il a de l’endurance. Un livre dont vous a parlé ma collègue Émilie Folie-Boivin récemment ici : http://www.ledevoir.com/societe/consommation/412256/le-marathon-du-vegetarien

    Pris la clé des champs pour le reste de l’été. Blanchette s’en va au pré. Je vous souhaite des trouées et des échappées splendides, même en stabulation libre. On se retrouve le 5 septembre !

     













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.