Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Territoires

    Des leviers d’innovation

    5 avril 2014 |Claude Lafleur | Actualités en société
    Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

    À la suite de la crise économique de 2008 et à cause de la dévitalisation des régions, un nouveau modèle économique semble être en train de s’instaurer : la coopération et la solidarité au sein même des communautés.


    « On sait que les entreprises coopératives sont une solution de développement économique durable pour les territoires,affirme Cécile Pachocinski du Conseil québécois de la coopération et de la mutualité. C’est une observation qu’on a déjà faite. Ce que nous constatons, c’est qu’il y a maintenant des projets de territoire qui sont des voies d’avenir pour les communautés. »

     

    La chercheuse a mené une quarantaine d’entretiens auprès d’élus municipaux, d’agents de développement rural et local ainsi que de citoyens à travers le Québec afin d’observer les liens entre les enjeux de proximité sur le développement rural et la présence des coopératives. « Nous avons identifié douze projets de territoire — douze coopératives de proximité dans différents secteurs d’activité — qui sont présents dans sept régions du Québec, précise-t-elle. L’idée de notre étude, c’est d’observer comment la proximité et la coopération sont des leviers d’innovation pour les territoires. »

     

    Une économie de proximité

     

    Car le développement des coopératives de services de proximité est « une réponse à la dévitalisation des régions. Celles-ci ont d’ailleurs émergé en réponse à la perte de services ».

     

    Par coopératives de services de proximité, on entend notamment les coopératives marchandes multiactivités (qui offrent des services de dépanneur, de stations-service, etc.), les coopératives de santé, les coopératives d’habitation (qui permettent le maintien des aînés dans leur communauté), de même que des miniécoles fondées sur le modèle des maisons familiales rurales. On parle également de la diversification des activités de proximité, dont le développement des énergies renouvelables (bioénergies, etc.) ou encore des projets de forêts de proximité et d’agriculture de proximité. « Il s’agit de créneaux d’innovation qui sont portés par de nouvelles phases de développement », résume Mme Pachocinski.

     

    « On a commencé à voir apparaître des coopératives de proximité dans différents secteurs d’activités, poursuit-elle, qui visent l’accessibilité de services et qui s’appuient sur une diversification des activités en lien avec le territoire. » Elle cite ainsi l’émergence des coopératives de santé : « En 2009, on en comptait 37, mais 54 en 2012. On assiste donc à un développement en très forte croissance. »

     

    « Dans les périodes de grands changements, poursuit-elle, les coopératives et les mutuelles semblent se démarquer, en réponse à des enjeux de société. Par exemple : maintenir les aînés dans leur milieu de vie grâce à des coopératives de solidarité en habitation, ou assurer la desserte de services de base. Nous voyons là la trame d’une économie de proximité en train de se construire. »

     

    De meilleures pratiques

     

    L’étude menée par Mme Pachocinski vise d’ailleurs à cerner les meilleures pratiques d’innovation coopérative à partir d’expériences réalisées sur le terrain. « Ce que nous constatons, c’est qu’il y a une prise en charge des besoins identifiés par les collectivités par elles-mêmes. Celles-ci prennent en main certains secteurs de services comme la santé ou encore l’accès aux ressources naturelles ainsi que la mise en marché des productions issues de l’agriculture locale. »

     

    On voit donc se déployer une logique qui répond aux besoins et aux services visant à soutenir l’économie locale, et la mise en place d’une économie qui permet d’assurer la vitalité des régions. La chercheuse parle même d’un « nouveau paradigme : d’une économie de proximité qui repose justement sur ces nouvelles façons de faire. Il s’agit en fait de la contribution des coopératives de proximité au renouvellement des économies locales. On voit la création de dynamiques qui construisent une nouvelle économie de proximité, sinon même des nouvelles économies de proximité ! »

     

    Collaborateur













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.