Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    #chroniquefd

    La politique du vide numérique

    Sur Twitter : @FabienDeglise

    Àceux qui cherchent encore la preuve d’une mutation sociale et technologique en cours, en voici une : au Canada, les gens passent désormais chaque jour plus de temps devant l’écran d’un ordinateur, d’un téléphone dit intelligent ou d’une tablette numérique que devant celui d’une télévision. La semaine dernière, une étude internationale sur le rapport qu’entretiennent désormais les humains avec les écrans a mis ce phénomène en lumière après avoir passé les comportements au crible dans 30 pays à travers le monde.

     

    La quantification de la modernité, menée par la firme Millward Brown, confirme ce qu’il est facile de constater dans les transports en commun, au café du coin, dans les couloirs des universités, dans la rue même ou encore en levant le nez de son écran lors d’un souper de famille pour mieux prendre conscience de la place qu’occupe la technologie en format mobile au quotidien. Pour communiquer. Pour jouer. Pour socialiser. Pour commenter. Pour s’engager. Pour se divertir. Pour exister…

     

    Tout le monde peut sentir la mutation. Tout le monde, sauf peut-être les politiciens et aspirants députés impliqués dans la course électorale du moment : les transformations économiques et sociales induites par la numérisation des rapports humains et par la dématérialisation de plusieurs pans de l’activité humaine, ne semblent pas être pour eux un enjeu assez important, à en juger par l’absence dans la campagne électorale en cours du fait numérique et de ses impacts sur la vie sociale, politique et démocratique au pays.

     

    Absence remarquée

     

    Jeudi dernier, un groupe de citoyens préoccupés par la technologie et ses usages, s’en est d’ailleurs offusqué publiquement, appelant au passage les élus et citoyens à signer un Manifeste pour un Québec numérique libre et ouvert, histoire de donner à ce thème social la place qu’il mérite dans sur la scène politique. Au même titre que le référendum, la santé, l’économie et la charte…

     

    Le geste a d’ailleurs permis de constater qu’il y avait peau de chagrin en la matière dans les programmes et engagements des partis politiques provinciaux. Un vide étonnant à une époque où le numérique s’immisce pourtant dans toutes les strates de la vie humaine, portant même avec lui des enjeux fondamentaux liés à la numérisation du patrimoine, l’indépendance technologique, au fossé numérique, mais aussi et surtout à la surveillance, à la protection de la vie privée dans les univers numériques qui viennent désormais ronger sournoisement les piliers de la démocratie.

     

    Le Québec n’a pas de plan ni de stratégie numérique, pas de direction claire énoncée dans ce domaine, chose qui pourtant relèverait aujourd’hui non pas de la nécessité, mais plutôt de l’urgence, estimaient la semaine dernière les instigateurs du manifeste.

     

    En mars 2014, il est en effet étonnant de voir la question des infrastructures numériques — c’est un exemple — évacuée à ce point des enjeux de la campagne. L’état futur des tuyaux par lesquels les données numériques vont circuler à l’avenir va pourtant être crucial pour le développement économique, politique, social et culturel du Québec. C’est par ces réseaux — que l’on peut se souhaiter à très haute vitesse —, que les données nécessaires à la construction de villes intelligentes — une belle utopie pour le moment — vont passer. Ce sont eux aussi qui vont mettre en relation citoyens et gouvernement, eux qui vont permettre les exportations de nos savoir-faire, de nos productions culturelles, eux qui vont permettre au système d’éducation de se moderniser. Ce sont aussi ces mêmes réseaux qui risquent de faire en sorte qu’une entreprise étrangère décide de s’installer ici, plutôt qu’ailleurs. Entre autres.

     

    Moins vite qu’au Kazakhstan

     

    Le chemin à parcourir est d’ailleurs très grand, comme l’a mis en lumière la semaine dernière l’Ookla Net Index : la vitesse de transmission des données au Canada, particulièrement en matière de téléversement, est en effet en dessous de la moyenne des pays du G8. Pis, la Mongolie, le Kazakhstan et le Mexique offrent en ce moment des connexions plus rapides qu’ici. Et de loin. Dur pour l’ego national.

     

    Le numérique a sa place dans le débat public, particulièrement lorsque l’on prend conscience que l’identité nationale, pour reprendre un concept dans l’air du temps, pourrait être finalement bien plus menacée par la numérisation du patrimoine culturel et social orchestrée par des multinationales américaines de la socialisation et de la recherche en ligne que par une cardiologue syrienne formée en Grande-Bretagne et portant le voile. C’est ce qui peut arriver quand Google numérise Nelligan, Ferron et Miron afin d’exploiter la diffusion gratuite, certes, de ce patrimoine à des fins commerciales.

     

    Dans le manifeste pour un Québec numérique, on peut lire que les transformations sociales induites par le numérique arrivent souvent de l’extérieur, sans prendre en compte « nos intérêts ». Un intérêt public qui toutefois a encore quelques jours pour trouver sa place dans une campagne électorale qui, pour le moment, n’a visiblement pas trouvé la bonne ligne de code à entrer pour le faire apparaître sur son écran.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel