Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Moins de vie privée pour plus de commerce

    L’Institut économique de Montréal met en garde les gouvernements contre des mesures visant à mieux protéger la vie privée

    Plusieurs réclament l’adoption de lois plus sévères protégeant la vie privée des internautes.
    Photo : Isaac Brekken Associated Press Plusieurs réclament l’adoption de lois plus sévères protégeant la vie privée des internautes.

    Dans une note économique qui vient de paraître, l’Institut économique de Montréal (IEDM) met en garde les gouvernements provincial et fédéral contre la tentation de resserrer leurs lois de manière à mieux protéger la vie privée des citoyens dans les univers numériques.

     

    Selon ce groupe de penseurs radicalement à droite, de telles mesures viendraient en effet porter atteinte à la bonne marche des affaires en ligne, mais également aux publicitaires qui carburent aux intrusions systématiques et attisées dans l’intimité des internautes.

     

    Un appel qui tranche dans une époque où les révélations de l’ex-analyste des services secrets américains Edward Snowden sur les intrusions électroniques du gouvernement américain, tout comme la marchandisation grandissante de la socialisation en format 2.0, soulèvent régulièrement l’ire des citoyens numériques.

     

    Publicités ciblées

     

    N’empêche, pour l’IEDM, l’économie numérique, qui repose en grande partie sur la multiplication de services en lignes gratuits, serait bel et bien nourrie par l’intimité des gens et par « des témoins de connexion, pixels invisibles et autres fichiers » utilisés « pour récolter et emmagasiner des données sur les utilisateurs », peut-on lire dans la note dévoilée jeudi. « Ces données peuvent ensuite servir à créer des profils afin de proposer aux utilisateurs des publicités qui cibleront leurs intérêts. » Et d’ajouter : « Si ces pratiques semblent problématiques en ce qui a trait à la protection de la vie privée, elles permettent aux entreprises de réaliser des gains d’efficacité. »

     

    Selon le groupe, la réglementation actuelle au Canada entraîne des coûts d’administration aux entreprises évalués par le Conference Board of Canada à 3,8 milliards de dollars, rappelle-t-il. Et d’ajouter : « Si la réglementation est alourdie, cela aura pour effet de réduire l’investissement cumulatif nominal au Canada de 18,8 milliards » d’ici 2030.

     

    L’adoption de lois plus sévères protégeant l’intimité des gens en Europe a considérablement réduit l’efficacité de la publicité en ligne, rappellent les analystes de l’IEDM, qui, tout en citant une étude de l’Université de Toronto, estiment qu’appliqué aux États-Unis seulement, ce même cadre entraînerait chez les marchands de rêves des dépenses supplémentaires de 15 milliards « pour atteindre la même efficacité en matière d’intentions d’achat », indique la note.

     

    Inquiétudes

     

    La mise en garde lancée par l’IEDM intervient alors que dans les derniers mois, la commissaire à la vie privée du Canada a, à plusieurs reprises, appelé à un resserrement du cadre légal actuel, jugé « inefficace », dit-elle, pour éviter les intrusions dans la vie privée dans les univers numériques. « La quantité de renseignements personnels détenus par les organisations sur des plateformes de plus en plus complexes, le risque lié à des atteintes importantes et à des utilisations inattendues, non souhaitées, voire envahissantes, de ces renseignements exige la mise en place de mesures de sécurité et de conséquences financières adaptées qui ne sont pas actuellement prévues » par la loi, estime Jennifer Stoddart.

     

    Début septembre, l’autorité canadienne pour les enregistrements Internet, l’organisme qui gère le domaine Internet « .ca », a d’ailleurs rappelé l’importance de lutter contre ces intrusions dans l’intimité qui, selon elle, nuit à la confiance, confiance qui a pourtant « permis à Internet de devenir le plus formidable levier de l’économie et du changement ».

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel