Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le projet d’expansion de l’Église de scientologie à Montréal serait-il paralysé?

    12 août 2013 |Gaétan Pouliot | Actualités en société
    Aucuns travaux n'ont été entamés sur le bel immeuble de pierre de six étages de la rue Sainte-Catherine acheté en 2007 par les scientologues.
    Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Aucuns travaux n'ont été entamés sur le bel immeuble de pierre de six étages de la rue Sainte-Catherine acheté en 2007 par les scientologues.

    Le vaste projet immobilier de l’Église de scientologie est toujours sur les rails au Canada. Même s’il ne progresse pas au rythme souhaité par l’organisation, les scientologues jurent qu’ils transformeront tous leurs locaux, souvent défraîchis, en lieux accueillants et modernes. Des embûches semblent toutefois paralyser certains projets, dont celui de Montréal.

     

    Situé rue Sainte-Catherine, l’ancien édifice du journal La Patrie doit accueillir les nouveaux locaux de cette organisation internationale controversée, reconnue comme une corporation religieuse au Québec.

     

    Aucuns travaux n’ont cependant été entamés sur le bel immeuble de pierre de six étages acheté en 2007 par les scientologues au coût de 4,2 millions de dollars. Après avoir hébergé une galerie d’art au cours de la dernière année, le bâtiment est maintenant vacant.

     

    Les scientologues veulent pourtant y construire un somptueux temple, qu’ils appellent « organisation idéale », comme celui ouvert dans la basse-ville de Québec en 2010.

     

    Fondée en 1954 par l’auteur de science-fiction L. Ron Hubbard, l’Église de scientologie vend, à fort prix, des cours et des thérapies qui permettraient de purifier le corps et l’esprit. L’objectif est, dit-on, d’ouvrir la voie à un monde sans guerre ni criminalité. Et c’est pour atteindre cet objectif qu’elle doit construire des « organisations idéales », partout sur le globe.

     

    L’Église de scientologie soutient que le projet de Montréal n’accuse aucun retard. L’immeuble est toujours dans « sa phase de conception et de planification », a dit au Devoir Erin Banks, porte-parole de l’organisation à Los Angeles. La présidente de l’Église au Canada, Yvette Shank, souligne quant à elle qu’en raison de l’âge de l’immeuble - construit en 1905 -, la planification est plus longue.

     

    En 2010, Mme Shank disait pourtant espérer que les nouveaux locaux de la rue Sainte-Catherine seraient inaugurés à la fin de 2011. L’ouverture espérée de l’immeuble a aussi été reportée plusieurs fois sur le site Internet de l’organisation.

     

    Si le projet de Montréal semble battre de l’aile, les choses bougent ailleurs au pays. En février dernier, des centaines de scientologues se sont ressemblés à Cambridge, en Ontario, pour souligner l’ouverture de leur « nouvelle église ». À l’image de celle inaugurée à Québec, le bâtiment de deux étages accueille les visiteurs dans un environnement tape-à-l’oeil et lumineux. On y retrouve des salles de formation, une chapelle, un centre d’information et un sauna.

     

    À Toronto, siège de l’organisation au pays, toutes les activités ont été déménagées temporairement en vue de rénovations majeures dont l’immeuble de huit étages, situé à quelques minutes de Queen’s Park, doit être l’objet. À un peu plus d’une heure de route de la métropole ontarienne, les scientologues sont aussi propriétaires d’un terrain de près de 80 hectares qu’ils veulent convertir en centre de formation.

     

    Du côté de Winnipeg, le scénario ressemble à celui de Montréal. L’Église de scientologie possède un immeuble historique de six étages dans le quartier de la Bourse. Les travaux en sont, là aussi, au stade de la planification.

     

    Escroquerie

     

    Cette stratégie immobilière financée à coup de millions de dollars et menée dans tous les pays où les scientologues sont présents s’attire de nombreuses critiques.

     

    L’un des détracteurs les plus connus du mouvement est Mike Rinder, ex-directeur des communications de la maison-mère de l’Église de scientologie. Ce scientologue de longue date qui a quitté le mouvement en 2007 estime que les « organisations idéales » sont ni plus ni moins qu’une escroquerie. « Si Montréal et Winnipeg avaient l’argent pour rénover leur immeuble, ils l’auraient fait », écrit-il dans un échange de courriels avec Le Devoir, ajoutant que ce programme est une stratégie de l’actuel leader de l’Église, David Miscavige, pour récolter de l’argent. M. Rinder soutient que l’Église de scientologie utilise ces immeubles afin de prétendre que l’organisation est en croissance.

     

    De son côté, l’Église a refusé de répondre à toutes les questions du Devoir concernant les coûts de sa stratégie immobilière. La raison officielle de ce vaste chantier : « l’Église de scientologie connaît une grande période de croissance un peu partout dans le monde », affirme Erin Banks.

     

    Cette affirmation est difficile à vérifier. Les données de Statistique Canada indiquent par contre qu’il n’y avait que 1745 scientologues au pays lors du recensement de 2011. Ils étaient 1525 adhérents recensés en 2001.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.