Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La ville veut tourner le dos à «l’ancien temps»

    La fin d’une époque en annonce une autre dans la ville qui songe déjà à une nouvelle économie créative

    L'usine d'Alcan de Shawinigan
    Photo : François Pesant Le Devoir L'usine d'Alcan de Shawinigan
    Les vieux murs de brique rouge de l’ex-usine Wabasso, avenue de la Station, en face de l’ancienne gare, incarnent le passé industriel de Shawinigan. Et peut-être son avenir. Le bâtiment fraîchement...
    Cher lecteur, le reste de cet article est réservé aux abonnés.

    Abonnez-vous!

    À partir de 9,35$ par mois En savoir plus

    Je suis déjà abonné

    Se connecter
    Je suis abonné papier mais je n'ai pas encore de profil.
    Créez un profil lié à votre abonnement.
    Vous pouvez également acheter cet article.
    L'usine d'Alcan de Shawinigan <em>«On savait que […] ce n’était qu’une question de temps. Le marché aura eu raison de nous. Au-delà de l’impact dans l’économie, c’est un symbole qui s’éteint.» </em>–Michel Angers, maire de Shawinigan
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel