Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Point chaud - La francophonie face à la tempête

    Zachary Richard refuse de se taire, même si le nombre de francophones en Amérique ne cesse de diminuer

    Zachary Richard
    Photo: Clément Allard - Le Devoir Zachary Richard
    Zachary Richard en cinq dates

    1950:
    Il naît à Scott, un petit village près de Lafayette en Louisiane.

    1976:
    Il développe sa carrière en français au Québec, et connaît un succès critique et commercial.

    1981: Il retourne aux États-Unis pour se concentrer sur une carrière anglophone

    1994: Son séjour au congrès mondial acadien lui donne envie de chanter en français et il fonde, deux ans plus tard, Action cadienne, pour la promotion du français en Louisiane.

    2012: Il lance Le fou, le vingtièmealbum de sa carrière.

    Edmonton — L’auteur-compositeur-interprète Zachary Richard ne brosse pas le portrait le plus optimiste de la francophonie en Amérique, encore moins dans son coin de pays. Cela n’empêche pas le porte-étendard cajun du fait français en Amérique d’appeler à poursuivre le combat.


    Il n’y a qu’une façon de survivre à un ouragan, c’est de laisser le vent souffler, explique Zachary Richard, faisant allusion à une chanson de son dernier album, Le fou. C’est peut-être là aussi, pour les francophones du monde et de son coin de pays, la Louisiane, une façon de résister pacifiquement à l’envahisseur anglophone. Debout face au vent, chantant à tue-tête. « Je suis convaincu que les choses qui sont authentiques et qui ont de la valeur vont se transmettre de toute façon. C’est dans la nature de l’être humain d’aller vers la lumière », a déclaré le musicien chanteur, à un auditoire de jeunes et moins jeunes francophones participant à l’Université d’été du Centre de la francophonie des Amériques (CFA), qui avait lieu toute la semaine dernière à Edmonton.


    Pourtant, plus tard en privé, il brossera un plus sombre portrait du fait français en Amérique, surtout en Louisiane, où le nombre de locuteurs francophones fond comme une glace à la vanille sous le soleil cajun. Sont-ils 250 000 (4 % des 4 millions d’habitants) comme on le prétend ? Difficile à dire. 25 000 ? Sûrement. 2000 ? C’est certain. « Mais est-ce qu’on va retourner à l’époque de mes grands-parents où 85 % de la Louisiane parlait français ? Non. Quand je suis né, en 1950, ça a commencé à pencher de l’autre côté et, la dernière fois qu’on a voulu regarder, on a fermé les yeux », dit le poète dandy de sa voix qui berce.


    La culture vit une période noire, avec l’actuel gouverneur républicain de la Louisiane, qui a de grandes ambitions nationales. « Il veut montrer qu’il est capable de couper dans les budgets et la première chose à couper, c’est évidemment la culture. C’est notre Stephen Harper à nous », lance Zachary Richard, qui a sa petite idée là-dessus. « Le Sud-Est était de tradition très démocrate et, là, c’est bonjour le Tea Party. Pourquoi ? Parce qu’on ne parle plus le français. Le fait de parler français nous donnait une spécificité conceptuelle qui nous permettait une certaine liberté dans la vision politique. Ça a disparu parce qu’on parle maintenant comme les gens du Texas, du Mississippi, de l’Arkansas. On est devenus des Américains par la force de l’assimilation. »


    En outre, ce qui n’aide pas, le Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL) s’est fait réduire son budget qui dépassait le million, à environ 100 000 $.


    Alors, le français est-il maintenu en vie artificiellement pour attirer les vacanciers ? « C’est bien d’avoir le français parce qu’on aime la bonne cuisine et que c’est bon pour le tourisme, mais mon point de vue, c’est que la langue française est un droit constitutionnel. C’est juste qu’ils ont changé la Constitution en 1920 pour la bannir », se révolte l’historien de formation. Plus qu’un élément de folklore, le français est une façon de penser et de voir le monde, croit-il fermement.

     

    Amour et résistance


    La cause de la francophonie dans les Amériques (33 millions de locuteurs), Zachary Richard l’a dans le coeur. Cet auteur-compositeur chouchou des Québécois a bien essayé d’arrêter de la porter à bout de bras, de la délaisser pendant plusieurs années pour développer sa carrière anglophone. « Il y a toujours quelque chose qui me ramène. Ma carrière a toujours été décidée par mon coeur. Si c’était par ma tête, je serais à Nashville en train de chanter du country. »


    Il a plutôt choisi le Québec, l’Acadie et, bien sûr, la Louisiane, où il a été bercé par la langue française dans la maison de ses grands-parents. Sa grand-mère, qui donnait cinq sous à ses petits-enfants pour qu’ils parlent français avec elle, n’a pas eu à en faire autant avec le jeune Zachary, qui a été élevé dans cette langue par ses deux parents catholiques fervents. « C’est là que j’ai appris à aimer la langue. La sonorité de l’amour, c’était le français. C’était quelque part ancré très profond en moi. »


    Plus tard, jeune musicien, il est sorti de ses bayous et c’est le choc lorsqu’il débarque au Québec en 1973, en plein carnaval : il comprend qu’il n’est pas seul. L’homme embrasse la cause souverainiste, milite, applaudit dans les rues le soir du 15 novembre 1976. « Je découvrais un peuple de résistants », note le multi-instrumentiste qui se produira mercredi 19 juin sur une scène extérieure des Francofolies.


    Il est aussi touché par les luttes des Franco-Canadiens. En Acadie, en 1975, il admire l’identité forte des Acadiens et s’indigne quand on refuse de le servir parce qu’il parle français. « Je me suis dit : là, je vais les embêter. »


    Zachary Richard l’introverti rage et résiste. À la manière d’un coureur de fond, qui entretient une douce colère. « Pour moi, être francophone, c’est aussi pour être “pissé off”. Je refuse que ma famille et mon histoire et mes enfants soient confinés dans une deuxième zone parce qu’ils parlent français. La notion de résistance, c’est quelque chose qui me ressemble. Ma famille est acadienne en Louisiane, arrivée avec le bateau de Brossard dit Beausoleil. C’était des têtes dures », s’anime-t-il, se décrivant pourtant comme un pessimiste qui a néanmoins « été surpris ». « Je ne dirais pas que j’aime me battre, mais quelque chose en moi refuse que la langue française de mes grands-parents et parents, que cette langue et cette culture si riches s’éteignent. » Et peut-être bien qu’on referme le cercueil alors que le cadavre se lève et demande une bière, se plaît à dire Zachary Richard.


    Québec critiqué


    Le Québec rassemble en lui tout l’espoir de la francophonie, mais il est aussi vivement critiqué. « On a une relation délicate avec le Québec. Il fait partie de notre famille dysfonctionnelle, mais c’est lui qui a les clés de la voiture », illustre-t-il. Il déplore l’ignorance et l’indifférence du Québec à l’égard des communautés franco-canadiennes, surtout. « Une des choses les plus bouleversantes que j’ai vues, ça a été de voir Antonine Maillet et Gaston Miron s’obstiner. L’une reprochait à l’autre d’être indifférent au sort des minorités francophones à l’extérieur du Québec et l’autre reprochait aux minorités francophones de ne pas assez soutenir le rêve d’indépendance. »


    Et un jour le Québec a décidé qu’il ne pouvait pas sauver tous les chiens errants, constate le poète. « Les raisons sont compréhensibles, mais pas acceptables pour autant », dit-il. « Nous, en Louisiane, on a toujours vu les Québécois comme des lointains sauveteurs. » Même si la présence québécoise en Louisiane est quasi inexistante depuis que la délégation du Québec à Lafayette, ouverte en 1968, a déménagé ailleurs, déplore-t-il.


    S’il a décidé de se joindre au Conseil d’administration du CFA, c’est qu’il se réjouit que les Québécois aient « enfin compris ». « Certains ont compris que l’intérêt du Québec est servi par une francophonie nord-américaine bien en place et que la sensibilité envers le Québec culturel et politique sera augmentée s’il y a des communautés francophones vivaces partout en Amérique », avance-t-il.


    Après quarante ans de lutte, le « pessimiste » semble malgré tout confiant. « J’habite sur la prairie des Attakapas et il y a une rivière souterraine qui fait le paradis des écrevisses. Le courant dans cette rivière est pour moi la meilleure métaphore pour la francophonie. On ne la voit pas, mais elle coule toujours. »

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel