Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Jouer dans le trafic

    Ferrandez au Dix30

    Explorant le Quartier Dix30 pour la première fois en compagnie de Joblo, le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, n’est pas avare d’épithètes colorées. Sous la couche de vernis du «centre-ville» de la Rive-Sud, le carton-pâte.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Explorant le Quartier Dix30 pour la première fois en compagnie de Joblo, le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, n’est pas avare d’épithètes colorées. Sous la couche de vernis du «centre-ville» de la Rive-Sud, le carton-pâte.
    • «Pourquoi c’est nous qui devons payer pour un gars qui s’achète une maison à Lachenaie, paye moins de taxes, s’est fait offrir l’autoroute 25 et transite par le Plateau pour se rendre au centre-ville ? Mes citoyens aussi ont droit au calme qu’il est allé chercher en banlieue.»
    • «T’es pas pogné dans le trafic. Tu as pris les autres dans TON trafic.»
    – Luc Ferrandez
    Je l’attendais dans le sens unique. Nous aurions pu passer la journée à déambuler dans son quartier, où j’ai vécu une douzaine d’années et que j’affectionne comme une chanson de Mouloudji ou de Beau Dommage. Fleurs fanées de mes amours dans les rues du Plateau.

    Sillonner cet arrondissement mythique, avec son plateaupithèque élu, sa «majesté» Luc Ferrandez, est une expérience de rue fascinante. Les commerçants, les passants, un policier à pied et un déchétarien dévient de leur route pour l’apostropher, lui exposer un problème, quêter une dérogation, le féliciter chaudement. Même une automobiliste au feu rouge : « Merci, monsieur Ferrandez, pour votre beau travail ! »


    Le maire « fait le trottoir » régulièrement et pratique une politique de proximité. Lui-même locataire - pas les moyens d’acheter dans son propre fief -, il vit sur le Plateau depuis une quinzaine d’années et y pédale dix mois par année.


    Entre est et ouest, familles et hipsters, juifs hassidiques et granos pratiquants, anglos et francos, bobos et itinérants, garderies illégales et parcs à seringues, il y a le combat auto-vélo (ou plutôt transiteurs vs résidants) que Ferrandez a entrepris de mener depuis son élection. Une bataille qui a eu l’heur d’électriser tous les quartiers centraux de la citadelle et de lui attirer les foudres de bien des citoyens et commerçants qui ne s’étaient pas déplacés pour aller voter contre lui.


    Fait inusité, il est l’un des rares politiciens à qui certains reprochent d’avoir tenu ses promesses : 70 % des 150 en quatre ans. J’imagine qu’on préfère les élus plus amnésiques qui défilent devant la commission Charbonneau.


    J’ai rencontré Ferrandez à trois reprises depuis janvier, en métro, à pied et à vélo. La première fois, c’était pour jaser, dans mon quartier de Côte-des-Neiges. Le voyant surpris par le nombre d’enfants d’immigrants qui passaient devant le café, en face du métro Snowdon, je lui ai conseillé de sortir de son royaume et l’ai invité… au Dix30, à Brossard, où je m’arrête à l’occasion (ô honte!).


    On fait porter à Ferrandez le chapeau de fanatique écolo, mais quiconque le fréquente sait que son cheval de bataille, c’est l’urbanisme. Le dada de ce Don Quichotte sans armure, c’est la vie, rien de moins, ma Rossinante. La vie de quartier, des familles, des jeunes, des vieux, des voisins, avec plus d’arbres et de p’tits zoizeaux, de bancs décoratifs pour s’asseoir et bouffer un sandwich, qui rendent l’espace public fréquentable et désirable. « Je voudrais que les résidants du Plateau diminuent par deux le besoin de quitter leur quartier, que ce soit pour voyager ou aller au chalet. Que tout soit à distance de marche. Que cet espace soit si agréable et pacifié qu’ils n’éprouvent plus l’envie d’aller ailleurs. En somme, retisser les fils décousus. Si on ne peut pas faire ça ici, on ne pourra le faire nulle part. »


    Le façadisme à Brossard-sur-le-Fleuve


    Ferrandez a étudié cinq ans en politiques économiques à Paris, un doctorat dont il n’a pas corrigé la thèse. Lui reste notamment de ce séjour une conduite automobile dynamique, à l’européenne. Je lui ai cédé le volant de ma Fit (un VUS, il aurait refusé à cause des paparazzis et de son image) et il s’est rendu à Brossard sans GPS, a tourné à droite au feu rouge comme un vrai banlieusard. Capable de disserter de redéveloppement des berges du fleuve et de rétrograder virilement en seconde vitesse. J’admire secrètement. Ça m’arrive de faire la fille.


    Élevé à Ahuntsic mais citoyen du monde, un métissé de père français né au Maroc et de mère québécoise issue de la misère, Ferrandez aime les villes et l’influence qu’elles impriment sur notre mode de vie, notre imaginaire collectif.


    Son premier choc culturel dans les rues du Dix30 donne lieu à un chapelet d’épithètes fort divertissantes : « Façadisme, maquillage à l’inculture, une expérience unidimensionnelle et prévisible… » Je n’en attendais pas moins de lui.


    Je le sais assez maniaque de détails (il scrute sans arrêt les épandeuses de sel l’hiver et minute les pauses-café des cols bleus au Tim Hortons) pour ne pas être surprise par son tour du proprio : « Une vraie rue, ce sont des générations différentes, des publics différents. Ici, tout est uniforme », agonise-t-il. Il est vrai que nous sommes loin de la vitrine de magasin d’estampes qu’il m’a fait admirer ce matin et de la petite friperie très Soho où l’on vend des espadrilles végétariennes rue Saint-Viateur.


    Dans ce tout-compris de la Rive-Sud, tout est faux luxe, calme plat et carton-pâte. Il cogne sur une colonne en « briques ». Du toc. Il gratte une enseigne argentée en faux inox : du papier alu collé sur du métal. Il va même jusqu’à inspecter le centre d’une fontaine : du faux cuivre. « Rien de tout ça ne vieillira. Il n’y a pas d’ancrage, pas de pérennité. Et parce qu’il n’y a pas d’histoire, ils vont tout changer dans quatre ans parce qu’on se tanne vite du décor. Certaines villes, aux États-Unis, interdisent d’utiliser des matériaux qui ne vieillissent pas. Une ville doit parler davantage que du plywood recouvert de quelque chose. Et, si tu remarques [nous sommes vendredi midi], il n’y a personne ici. Ils ont mis de la musique extérieure pour remplacer la vie. »


    En deux heures au Dix30, Ferrandez n’a pas eu le temps de changer les sens uniques. Mais il a eu le temps de me rappeler que l’avenir du développement urbain ne se jouera pas à Brossard et qu’il y a une vie en dehors de la consommation.


    Rester jeune


    « Pour rester jeune, il faut être touché ou contraint tous les jours », aime à répéter ce quinqua qui croit à la proximité des villes plutôt qu’à la solitude des banlieues. Les monster houses commandées par catalogue, entourant le Dix30, le désolent. Les luminaires brillent en plein jour, éclairant le royaume du gaspillage et de l’indifférence. En terme de vision, nous sommes loin de Bordeaux, Montpellier ou Strasbourg, des villes qu’il admire pour leur réingénierie urbaine. « Je te demande juste une chose : fais-moi pas passer pour un snob qui lève le nez sur la banlieue », glisse monsieur le maire.


    Snob ? Non. J’ai perçu un gars baveux, pugnace, visionnaire et audacieux. Courageux aussi, face à une solide adversité. Un gars qui adore les défis, facile d’accès, qui tutoie tout un chacun sans égard au statut, droit comme son regard, capable d’admettre ses torts et qui apprécie les argumentaires intelligents. Beau gosse, en plus, ça ne nuit pas. Les médias en redemandent.


    J’ai vu un passionné encore candide, un idéaliste fougueux, jeune père inexpérimenté d’un bambin de deux ans, un gars charismatique et ratoureux, désireux de faire de la politique autrement mais qui doit se lever de bonne heure pour changer le monde.


    Et vous le verrez peut-être vous aussi, cet été, faire campagne électorale en sillonnant les rues du Plateau à vélo, « pas d’casse », un projecteur et un écran pour tout bagage, convainquant ses électeurs un à la fois qu’il y a un avantage à remettre le mot « vie » dans « ville ».


    P.-S. : en attendant, je me demande pourquoi c’est Denis Coderre qu’on pressent comme futur maire de Montréal… Moi, c’est comme maire du Dix30 que je l’imagine le mieux.


     

    ***

     

    Noté que le Plateau retrouvera ses pianos itinérants cet été. Pianos des villes, pianos des champs. On laisse des pianos en plein air et les artistes et badauds du quartier se déploient. Très, très ludique. http://bit.ly/ 1304JDD.

     

    Aimé le livre Marcher Montréal avec un artiste (Sgräff). La claveciniste et organiste Geneviève Soly nous fait visiter le mont Royal et un quartier que je connais bien, tout le flanc ouest, ses escaliers secrets, ses points de vue spectaculaires sur l’oratoire, ses grandes orgues (bien sûr), le bois Summit. Bien fait et bilingue, transports en commun indiqués et endroits pour casser la croûte. Trois balades, en tout, sur le plus petit des trois sommets du mont Royal.

     

    Reçu Un grand week-end à Montréal (hachette). Ce guide conçu pour le visiteur français est truffé d’anglicismes. « Jeunes et sportwear », « fashion-victim », « jean-baskets », et tous les suspects habituels. Sinon, trois pages sur le Plateau, quelques adresses, sans plus, vraiment pour le visiteur de deux jours qui veut tout voir. Et dans cette optique, très bien conçu. Plan inclus, mais inutile sur votre smartphone. Et rien sur le Dix30…


    ***

    JOBLOG

    Loulou, libre et moderne

    Je la connais depuis 25 ans. Par le travail, puis par l’amitié. On la verra ce soir se raconter dans une biographie qui lui est consacrée (et où j’apparais 20 secondes pour dire le superflu). À 72 ans, la comédienne Louise Latraverse a tout fait et roulé sa bosse aux quatre coins du métier et du monde. Un bel hommage lui est rendu ici et un regard sur une carrière où la prise de risque a été le moteur ; la folie et les excès, le baume ; l’amitié, le ressort.

    Libre et moderne ? Oui. Curieuse, touche-à-tout et sensible aussi. Un mélange de sagesse et de juvénilité, de fraîcheur et de résilience. On la découvre dans toutes ses vies, y compris comme épouse d’Emmett Grogan, chantre de la contre-culture new-yorkaise, ami de Bob Dylan dans les années 70.

    Ce portrait touchant réalisé par Geneviève Tremblay et bien garni en documents d’archives nous la fait voir sous ses angles les plus attachants.

    Ce soir à 20h, sur RDI. Louise Latraverse, libre et moderne.
    http ://biographie.radio-canada.ca/personnalites/louise-latraverse.

     


    cherejoblo@ledevoir.com

    Twitter.com/cherejoblo

    Explorant le Quartier Dix30 pour la première fois en compagnie de Joblo, le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, n’est pas avare d’épithètes colorées. Sous la couche de vernis du «centre-ville» de la Rive-Sud, le carton-pâte. À l’inauguration des pianos itinérants, en août dernier à Montréal, Patrick Watson lâche son fou.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel