Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Hausse des naissances et baisse de la fécondité au Québec en 2012

    En 2012, l'indice synthétique de fécondité a varié d'environ 1,5 enfant par femme à Montréal à un peu plus de 2,0 enfants par femme en Abitibi-Témiscamingue. Il est de 2,7 enfants par femme dans le Nord-du-Québec.
    Photo : Jacques Nadeau Le Devoir En 2012, l'indice synthétique de fécondité a varié d'environ 1,5 enfant par femme à Montréal à un peu plus de 2,0 enfants par femme en Abitibi-Témiscamingue. Il est de 2,7 enfants par femme dans le Nord-du-Québec.
    Québec — Une légère hausse du nombre de naissances a été observée en 2012 au Québec. L'Institut de la statistique du Québec a recensé 88 700 bébés, comparativement à 88 500 en 2011 et 88 436 en 2010.

    Mais comme le nombre de femmes en âge d'avoir des enfants a augmenté, on assiste à un recul de l'indice de fécondité dans la province.

    L'indice synthétique de fécondité s'est établi à 1,68 enfant par femme en 2012, en regard de 1,69 en 2011.

    L'indice diminue légèrement pour une troisième année consécutive, après avoir progressé de 1,45 enfant par femme en 2000 à 1,74 en 2008 et en 2009.

    Malgré ce repli, la fécondité demeure à un niveau supérieur à ce qui a été enregistré au Québec de 1980 à 2006.

    En 2012, l'indice synthétique de fécondité a varié d'environ 1,5 enfant par femme à Montréal à un peu plus de 2,0 enfants par femme en Abitibi-Témiscamingue. Il est de 2,7 enfants par femme dans le Nord-du-Québec.

    L'âge moyen à la maternité a présenté aussi des disparités à l'échelle des régions. Ainsi, le calendrier de la fécondité apparaît plus tardif à Montréal et à Laval. L'âge moyen à la maternité y est supérieur à 31 ans, comparativement à 30,2 ans pour l'ensemble du Québec.

    À l'inverse, quatre régions affichent une fécondité plus précoce, avec un âge moyen à la maternité inférieur à 29 ans. Ce sont le Centre-du-Québec, l'Abitibi-Témiscamingue, la Côte-Nord et, de manière plus marquée, le Nord-du-Québec.

    Comme c'est le cas chaque année, il est né l'an dernier un peu plus de garçons (45 800) que de filles (42 900) dans l'ensemble du Québec. Le rapport est d'un peu moins de 107 garçons pour 100 filles.

    La proportion de naissances multiples se situait quant à elle à 2,8% en 2012, en légère diminution.


     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel