Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Idle No More - La chef Spence veut une rencontre immédiate avec Harper

    La grève de la faim de la chef d’Attawapiskat, Theresa Spence (au centre), en est à sa 24e journée.
    Photo: La Presse canadienne (photo) Sean Kilpatrick La grève de la faim de la chef d’Attawapiskat, Theresa Spence (au centre), en est à sa 24e journée.
    Les efforts visant à trouver une solution pour mettre fin à la grève de la faim de la chef d’Attawapiskat Theresa Spence, qui en est à sa 24e journée, ont échoué.

    Les leaders autochtones ont initialement proposé la date du 24 janvier afin de rencontrer le premier ministre Stephen Harper et le gouverneur général David Johnston. Ils sont allés en discuter avec la chef Spence jeudi après-midi.


    Mme Spence a toutefois répondu que sa santé fragile ne lui permettrait pas d’attendre aussi longtemps pour savoir si ses inquiétudes à propos du respect des droits conférés aux autochtones en vertu des traités signés par le Canada et les Premières Nations allaient être abordées. L’ampleur de ses demandes semble cependant laisser les autorités fédérales perplexes.


    « Elle demeure engagée, forte et inébranlable, a déclaré Stan Louttit, le grand chef du conseil de Mushkegowuk, qui inclut les Premières Nations d’Attawapiskat. Elle demeure convaincue qu’une rencontre immédiate avec le premier ministre est d’une importance capitale. »


    Mme Spence se nourrit principalement de bouillon de poisson depuis le 11 décembre. Elle demeure dans une tente sur l’île Victoria dans la rivière des Outaouais, juste au-delà de la colline parlementaire.


    La chef ne s’oppose nullement à une rencontre entre les leaders autochtones et le premier ministre dans quelques semaines, selon M. Louttit. Elle réclame toutefois une rencontre préliminaire avec M. Harper bien avant le 24 janvier.


    M. Louttit et d’autres chefs de l’Ontario ont fait le voyage jusqu’à Ottawa pour établir une stratégie avec le chef de l’Assemblée des Premières Nations, Shawn Atleo, dans le but de clarifier les demandes de la chef Spence et de tenter de jeter les bases d’un compromis qui mettrait fin à sa grève de la faim.


    Un appel urgent


    Mais avant que les discussions ne s’amorcent, M. Atleo a lancé un appel urgent au dialogue au premier ministre Stephen Harper et au gouverneur général, David Johnston, afin qu’ils rencontrent les chefs le 24 janvier, premier anniversaire du sommet de M. Harper avec les Premières Nations.


    M. Atleo précise que les Premières Nations expriment « leur inquiétude et leur frustration » par rapport à un « système détraqué qui refuse de s’attaquer aux inégalités entre les autochtones et le reste des Canadiens ». Selon lui, il n’y a « aucune excuse » qui puisse justifier l’inaction des Premières Nations ou du Canada.


    Un porte-parole du premier ministre n’a toutefois pas répondu clairement à cette demande. « Nous répondrons au chef Atleo en temps opportun. Le gouvernement demeure bien disposé à collaborer avec les leaders des Premières Nations pour améliorer les conditions de vie des communautés autochtones », a déclaré Carl Vallée dans un courriel.


    Des sources proches du gouvernement affirment que celui-ci a de la difficulté à saisir l’essentiel des revendications de Mme Spence. Les leaders des Premières Nations ont aussi reconnu qu’ils doivent établir une liste cohérente des attentes des autochtones pour permettre au public de comprendre les motivations de la chef Spence et les revendications des milliers de manifestants qui se joignent au mouvement Idle No More à travers le pays.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel