Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Violence policière - L’esprit de corps

    Oui, la présomption d’innocence existe. Avant de juger la policière Stéfanie Trudeau, il faut attendre le résultat de l’enquête que mènera le Service de police de Montréal sur son comportement lors des arrestations musclées qu’elle a effectuées le 2 octobre. Un jour, un comité de discipline la sanctionnera. C’est ainsi dans un régime de droit. Néanmoins, ses gestes et ses paroles n’en inspirent pas moins un vif sentiment de révolte chez les Montréalais. Impossible de penser qu’il n’y a pas eu fautes. Les images et les mots sont convaincants.
    Cher lecteur, le reste de cet article est réservé aux abonnés.

    Abonnez-vous!

    À partir de 9,35$ par mois En savoir plus

    Je suis déjà abonné

    Se connecter
    Je suis abonné papier mais je n'ai pas encore de profil.
    Créez un profil lié à votre abonnement.
    Vous pouvez également acheter cet article.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel