Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Libre opinion - L’effet domino de l’immigration à Montréal

    9 octobre 2012 |Michel Paillé - Démographe et auteur d’une étude sur Les caractéristiques linguistiques de la population du Québec (OQLF, 2011) | Actualités en société
    L’élection d’un gouvernement minoritaire, le 4 septembre dernier, a rapidement conduit les analystes à soupeser les chances du gouvernement Marois de faire adopter certains aspects de son programme. La question linguistique n’a pas fait exception.

    Par-delà les divers éléments du programme électoral du nouveau gouvernement en matière de langue - petites entreprises, cégeps, « écoles passerelles », etc. -, certains commentateurs ont rapidement évoqué un facteur démographique lourd de conséquences : l’étalement de la population montréalaise, surtout de langue française, dans la couronne métropolitaine.


    Préoccupé par l’intégration des immigrants, le politologue Louis Balthazar notait que « dans la mesure où les immigrants se retrouvent entre eux […], il y a bien peu de chances qu’ils s’intègrent » (Le Devoir, 8 septembre 2012). D’où cette question : « Comment voulez-vous que les immigrants s’intègrent à la majorité si cette majorité n’est plus visible autour d’eux ? »


    Rappelons que Marc V. Levine (Université du Wisconsin) voyait justement dans « la tendance à la baisse du nombre de résidants de langue française […] un signe avant-coureur de la “défrancisation” de l’île et de la région » (La reconquête de Montréal, 1997).


    Allant au-delà des motifs invoqués pour expliquer l’étalement urbain (« la circulation, les ponts, les taxes, le prix des maisons »), Normand Cusson rappelle les deux solitudes linguistiques qui « vivent en parallèle sans jamais se toucher ». Il va jusqu’à avancer que « les francophones abandonnent Montréal de guerre lasse, incapables qu’ils ont été d’y poser leur empreinte après un demi-siècle de Révolution tranquille » (Le Devoir, 12 septembre 2012).


    Or, contrer l’étalement de la population autour de Montréal ne se ferait pas en claquant des doigts. C’est une tâche d’autant plus herculéenne qu’aux divers facteurs évoqués par Normand Cusson s’ajoute l’effet domino de l’immigration internationale.


    Il y a près de 20 ans, le sociologue fransaskois Raymond Breton (Université de Toronto) a examiné la réaction des populations d’accueil à l’arrivée de nouveaux venus. Il a illustré son propos en faisant un parallèle avec le monde des affaires : « Si une entreprise […] recrute plusieurs nouveaux membres, […] il est fort possible que les nouveaux soient définis comme étrangers et même comme usurpateurs par les “anciens” qui en étaient venus à considérer l’entreprise […] comme leur entreprise. […] S’ils sont nombreux relativement aux anciens, leur seule présence risque de remettre en question la culture d’entreprise et la façon d’organiser le travail » (« L’appartenance progressive à une société : perspectives sur l’intégration socioculturelle des immigrants », Gouvernement du Québec, Actes du Séminaire sur les indicateurs d’intégration des immigrants, Montréal, 1994).


    Fort de ces observations, M. Breton a poursuivi son parallèle ainsi : « Cette description s’applique aux relations entre immigrants et natifs dans un milieu social quelconque. Si les natifs se sentent menacés dans leurs habitudes, leurs façons d’utiliser les institutions et les espaces publics, d’éduquer leurs enfants, bref, s’ils se sentent “envahis”, ils chercheront à laisser ce milieu : ils déménageront en banlieue, ils changeront de travail, ils placeront leurs enfants dans une école privée, etc. »


    D’aucuns suggèrent d’implanter une politique ayant pour but de contrer l’étalement de la population montréalaise vers ses banlieues. Or, bien que ce phénomène soit connu depuis des lustres, nul n’a encore vu l’ombre d’un commencement d’une intention politique à cet égard.


    Quant à notre politique de régionalisation de l’immigration, ses résultats sont plutôt marginaux. En effet, Montréal demeure, et de loin, la destination privilégiée des immigrants. Au cours de la période quinquennale 2007-2011, plus de 72 % des immigrants - moyenne de 35 400 personnes par année - se sont établis dans l’île de Montréal, contre environ 22 000 naissances (toutes langues et origines confondues).


    En somme, assurer la pérennité du fait français à Montréal ne doit pas se limiter à revoir la loi 101. Bien qu’un renforcement soit nécessaire, aucune loi linguistique, aussi parfaite et aussi rigoureusement appliquée soit-elle, ne saurait remplacer une politique de population articulée. Dans le cas particulier de Montréal, l’étalement des francophones en banlieue et la concentration des immigrants dans notre métropole constituent de très grands défis.


    D’ailleurs, il ne suffirait pas de réduire le nombre d’immigrants à 45 000 personnes pour les deux prochaines années, comme l’a proposé la Coalition avenir Québec, pour alléger de manière significative les coûts de l’intégration à tous égards (économique, linguistique, social, culturel). Car, en ce domaine, aucun gouvernement québécois des dernières décennies ne s’est donné tous les moyens financiers inhérents à sa politique d’immigration.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.