Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Conflit étudiant - Gardiennes du Senti

    Formidable et étrange pépinière que cette CLASSE féministe, plutôt radicale que conciliante, en lutte contre toute forme d’oppression, rageuse dans la défense de ses principes, quitte à renoncer à des milliers de dollars de soutien. Dans une société où serpentent collusion, corruption et éthique bafouée, cette organisation offre une spectaculaire leçon de cohérence… qui dérange.

    L'humour pourrait précisément servir à se moquer de cette drôlerie que sont les Gardiens et Gardiennes du Senti, un comité féministe chargé de noter les tensions et malaises lors des congrès de la CLASSE, soucieux de respecter l’égalité hommes-femmes, et attentifs à ne pas sombrer dans un système marqué par les stéréotypes. Mais ce serait trop facile. Et un brin paresseux. Cette originalité, il est vrai, ne cadre pas du tout avec nos modes de fonctionnement conçus à l’équerre, mais elle est en accord parfait avec les principes prônés par le groupe étudiant.


    Il faut gratter plus loin que la singularité de la CLASSE pour comprendre combien, sur le terrain des principes, il était tout à fait naturel de ne pas s’associer spontanément à un spectacle-bénéfice d’humoristes indignés, si louable soit par ailleurs l’intention des artistes. Cohérents : voilà ce que sont les membres de la CLASSE. Parfaitement cohérents.


    Ainsi, dans une logique de lutte contre toute forme d’oppression, les combats étant liés les uns aux autres, comment en effet pourfendre la marchandisation de l’éducation mais rester coi devant celle du corps des femmes ? En émettant des réserves sur le discours sexiste et homophobe de certains humoristes, les membres de la CLASSE n’ont rien révélé d’inédit ; voilà belle lurette que l’on sait que le fourre-tout du rire compte des envolées fines, mais frôle aussi les bas-fonds de la vulgarité. En refusant de se taper sur les cuisses en entendant des blagues de zizi, ces protestataires associés à des puristes-puritains n’ont été en fait que conséquents à leur cause. Une vertu plutôt rare dans une société en mal de gardiens du « senti ».


    On discourra encore longtemps sur les développements du conflit étudiant devenu crise sociale avant d’en saisir toutes les nuances, mais il est vite apparu dans la polarisation extrême des échanges que le fossé séparant les camps était affaire de principes plus que de chiffres. Voilà l’étiquette de la CLASSE, exaspérante à souhait pour tous ceux qui aimeraient qu’elle entre dans le moule de la réponse toute faite : au moment de dénoncer la violence ; au moment de rappeler les origines de la désobéissance civile ; au moment de dénoncer la connivence de certains empires médiatiques. Chaque fois, on a dû attendre un retour au congrès, la tombée d’un mandat, l’exposé des nuances, ouf !


    Tout cela, de même que le refus d’adhérer spontanément aux rires gras des humoristes, n’est donc qu’harmonie parfaite avec les principes guidant une cause, si vaste soit-elle.


    En théorie, tout baigne. Mais sur le plancher des vaches, où les pragmatiques dénouent les crises et les idéalistes naïfs les enveniment, on peut comprendre que l’élan du coeur des humoristes ait été freiné par cette froideur apparente de la CLASSE. Eh quoi? On vous tend une main, et vous nous offrez la gifle ? Dans la conclusion de cette affaire d’humoristes, les jumelles Rozon ont toutefois eu l’élégance d’affirmer le respect des fondements de la CLASSE, même si l’argent ne sera pas directement retourné au groupe.


    Cette hauteur a cruellement manqué lors des nombreux épisodes ayant opposé le mouvement singulier à ses détracteurs. Et la CLASSE, au passage, engrange une autre leçon : quelle richesse que la défense des principes ! Mais cela laisse les coffres à sec.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.