Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Jour de la Terre - La manif du grand ras-le-bol

    «Ce n'est pas toutes les années que le Canada se retire du protocole de Kyoto, qu'on lance un projet d'envergure comme le Plan Nord, qu'on parle du pétrole à Anticosti, qu'on parle de gaz de schiste, de la réfection de la centrale nucléaire Gentilly-2. Et on n'est même pas encore tout à fait remis de l'erreur boréale», explique Dominic Champagne.
    Photo: - Archives Le Devoir «Ce n'est pas toutes les années que le Canada se retire du protocole de Kyoto, qu'on lance un projet d'envergure comme le Plan Nord, qu'on parle du pétrole à Anticosti, qu'on parle de gaz de schiste, de la réfection de la centrale nucléaire Gentilly-2. Et on n'est même pas encore tout à fait remis de l'erreur boréale», explique Dominic Champagne.
    C'est demain qu'aura lieu un grand rassemblement à Montréal pour le Jour de la Terre, qui semble mobiliser davantage de forces environnementales qu'au cours des dernières années en raison de l'importance des enjeux qui se sont multipliés au cours des derniers mois.

    Si plusieurs voient dans cette manifestation l'occasion d'exprimer aux gouvernements Harper et Charest leur ras-le-bol sur leur manière d'exploiter les richesses naturelles, la manifestation a néanmoins gardé le cap depuis décembre dernier sur les enjeux environnementaux de ces dossiers.

    C'est en pleine conférence de Durban sur les changements climatiques que la coalition Kyoto pour l'espoir a voulu donner aux citoyens une occasion de se démarquer de la décision, déjà prise en secret par le gouvernement Harper, de retirer le Canada du protocole.

    Ce premier appel à la mobilisation citoyenne avait alors été lancé par plusieurs groupes, à l'initiative de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), avec l'appui de Greenpeace Québec, de Nature Québec, du Regroupement québécois des groupes écologistes (RQGE) et de plusieurs autres, dont, déjà, les comités de citoyens mobilisés depuis des mois dans le dossier des gaz de schiste avec le réalisateur Dominic Champagne.

    Cette amorce de mobilisation a incité plusieurs juristes à contester le décret fédéral qui autorisait le retrait du Canada de Kyoto. Une «Équipe Kyoto» s'est alors constituée autour du professeur Daniel Turp, qui a porté le débat devant la Cour fédérale. Cette «Équipe» a lancé de plus une pétition sur Internet qui fait le pendant à une autre, en cours sur le site Internet de l'Assemblée nationale.

    Des représentants de plusieurs formations politiques, canadiennes et québécoises sauf celle des conservateurs, tiendront d'ailleurs dimanche vers 13h, juste avant le départ de la manifestation, une séance de signatures pour marquer leur adhésion à l'atteinte des véritables objectifs du protocole.

    Le projet de faire une manifestation pour la Terre, d'une ampleur que les organisateurs espèrent sans précédent, a pris forme sous la poussée du réalisateur Dominic Champagne, qui a élargi le mouvement en janvier, et mobilisé plusieurs artistes qui entendent traduire maintenant à leur façon un «non» collectif autant envers la manière québécoise d'exploiter ses ressources minières, gazières et énergétiques, que celles d'Ottawa dans le dossier des sables bitumineux.

    «Ce n'est pas toutes les années que le Canada se retire du protocole de Kyoto, qu'on lance un projet d'envergure comme le Plan Nord, qu'on parle du pétrole à Anticosti, qu'on parle de gaz de schiste, de la réfection de la centrale nucléaire Gentilly-2. Et on n'est même pas encore tout à fait remis de l'erreur boréale», explique Dominic Champagne. C'est pourquoi l'édition 2012 du Jour de la Terre constitue un appel plus large à la protection des ressources naturelles, autant du côté de Québec que d'Ottawa.

    D'autres forces sociales


    Mais aux citoyens qui ont ces enjeux à coeur s'ajouteront demain de nombreux groupes: des employés de Rio Tinto Alcan en lockout, des étudiants en grève, des autochtones qui ne se sentent pas écoutés, etc. Une trentaine de femmes innues ont réalisé une longue marche de 900 kilomètres pour venir participer à l'événement de demain. «On demande la reconnaissance de nos droits», explique la porte-parole des femmes, Clémence Simon, qui a encore le projet de complexe hydroélectrique de la rivière Romaine sur le coeur. «Et on est contre le Plan Nord, parce que notre territoire, c'est notre seule richesse. Nos grands-parents nous ont dit de ne jamais le vendre.»

    L'idée qui réunit tout le monde, c'est celle du «bien commun», dans la lignée des indignés, explique Dominic Champagne: «La formule des indignés, c'est l'opposition du 1 % de la population qui est le plus riche et des 99 % qui restent. On sait que la principale source d'appauvrissement des collectivités, c'est l'exploitation des ressources. Les étudiants ont posé une question importante ce printemps, c'est à nous de participer du même printemps en posant la question de l'utilisation de nos richesses naturelles.»

    Le directeur général de Piknic Electronik, Nicolas Cournoyer, qui prend part à l'événement pour une quatrième année, fait partie de ceux qui ressentent ce ras-le-bol. «Je ne suis pas un grand militant d'ordinaire, mais là, je trouve que c'en est trop. C'est une action citoyenne, peu importe nos convictions. Chaque citoyen aura une cause à coeur.»

    Les organisateurs s'attendent à ce que des dizaines de milliers de personnes se retrouvent à côté de la Place des Arts, d'où la manifestation s'ébranlera à 14h. Des autobus et voitures doivent partir d'au moins une cinquantaine de villes. Déjà plus de 40 000 personnes ont signé la Déclaration du Jour de la Terre en ligne.

    Ils espèrent battre le dernier record de mobilisation autour d'enjeux environnementaux au Québec: celui de 2005, lors de la Conférence de l'ONU sur les changements climatiques, qui avait réuni environ 30 000 personnes. «Ça va montrer aux décideurs que les citoyens ont de réelles préoccupations pour l'environnement, pense Sidney Ribaux, cofondateur d'Équiterre.

    Une fois réunis à la place des Festivals, les participants prendront part à une gigantesque chorégraphie. En bon metteur en scène, Dominic Champagne espère recréer un arbre géant avec tous les manifestants présents.

    Après une marche de moins d'un kilomètre, dont la destination reste un secret, les participants arriveront à l'endroit où le créateur de L'homme qui plantait des arbres, Frédéric Back, aura justement planté un arbre. Un grand concert en plein air leur sera offert. Au menu: Mes Aïeux, Diane Dufresne, Lisa LeBlanc, Betty Bonifassi, Samian et plusieurs autres.

    À 14 heures précises, les clochers des églises devraient sonner dans la plupart des municipalités du Québec. L'équipe du Jour de la Terre invite les personnes qui ne peuvent se rendre à Montréal à se réunir sur les perrons d'église pour manifester leur appui aux enjeux environnementaux.    
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel