Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Étude - Les gens de milieux aisés manquent d'éthique

    Les gens provenant de milieux aisés auraient des comportements moins éthiques que les plus pauvres, ce qui s'expliquerait en partie par une attitude plus favorable à l'avarice.

    C'est du moins ce que laisse entendre une série de sept études réalisées par des chercheurs des universités de Californie et de Toronto dont les étonnants résultats ont été publiés hier dans le Proceedings of the National Academy of Sciences, aux États-Unis.

    «Ces résultats peuvent peut-être nous aider à expliquer le comportement de quelqu'un comme Vincent Lacroix, comme Bernie Madoff, quelques politiciens, à comprendre les origines de ces comportements», a expliqué le chercheur Stéphane Côté, professeur de comportement organisationnel et de psychologie à la Rotman School of Management de l'Université de Toronto. «Ce qu'on démontre, c'est qu'il y a une tendance en ce sens, que d'avoir plus d'argent, une occupation plus prestigieuse, nous mène à avoir un comportement moins éthique.»

    Dans un premier groupe d'études menées auprès d'étudiants et d'adultes, les chercheurs ont constaté que ceux qui se considèrent eux-mêmes comme étant de «classe supérieure» (upper-class) avaient une plus forte tendance que les autres à prendre des décisions dont l'éthique était douteuse.

    Ainsi, ils étaient davantage portés à prendre des articles de valeur aux autres, à mentir lors d'une négociation, à tricher pour augmenter leurs chances de gagner un prix ou à approuver des comportements non éthiques au travail.

    Comportements routiers

    Selon le professeur Côté, cela vient en quelque sorte confirmer l'idée reçue voulant que ceux qui grimpent dans une organisation ne se gênent pas sur les moyens à prendre. «Il y a des recherches semblables qui démontrent que les gens qui obtiennent un meilleur statut dans une organisation, par exemple, souvent le font d'une façon moins éthique. Ça vient un peu confirmer l'adage voulant que les bons gars finissent derniers!»

    Fait à noter, ces données étaient constantes à travers les âges, le sexe, le groupe ethnique, la religion et l'orientation politique des participants.

    Par ailleurs, une autre série d'études menées sur les comportements routiers a démontré qu'un plus grand pourcentage de conducteurs de classe supérieure coupaient la voie aux autres automobilistes et aux piétons. Selon les auteurs, ces différences de comportement éthique s'expliqueraient, entre autres raisons, par une attitude favorable des gens de classe supérieure à l'avarice.

    Stéphane Côté précise toutefois ne pas avoir été surpris outre mesure par ces résultats, car ils s'inscrivent directement dans la foulée d'autres enquêtes de même nature. «Ce qu'on a découvert avec cette recherche, c'est qu'avoir de l'argent nous mène à penser d'une façon particulière et cette façon particulière — d'avoir un peu moins de compassion, un peu moins d'empathie — nous mènerait à avoir un comportement moins éthique», précise-t-il.

    Il ajoute que ces résultats sont assez clairs pour que le citoyen ordinaire soit sur ses gardes au sujet des leaders de notre société. «Ça doit rendre les gens un peu plus méfiants. Par contre, on ne dit pas que tous les gens qui ont plus d'argent, qui sont riches, qui ont plus d'éducation, sont nécessairement moins éthiques que ceux qui en ont moins. On ne démontre qu'une tendance.»

    Les auteurs des études prennent d'ailleurs la peine de souligner qu'il y a de nombreux exemples de comportement éthique de personnes aisées, comme le mécénat.

    De même, ils rappellent que les comportements non éthiques ne sont pas absents des classes plus pauvres, comme le montrent les nombreuses études sur les liens entre la concentration de pauvreté et la criminalité violente.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.