Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Mariage gai: l'opposition soupçonne Harper de vouloir faire marche arrière

    Ottawa - La position du gouvernement fédéral dans une cause de divorce en Ontario remet en question le droit au mariage pour les conjoints de même sexe, selon l'opposition libérale.

    La cause est celle de deux lesbiennes étrangères qui se sont mariées au Canada et qui tentent, aujourd'hui, de divorcer ici.
     
    Or, selon un article du Globe and Mail, Ottawa plaide que le divorce n'est pas permis aux deux femmes. Étant étrangères et habitant des juridictions où le mariage entre conjoints de même sexe n'est pas reconnu, leur mariage canadien serait nul, selon les avocats du gouvernement. Pas de mariage, donc pas de divorce.
     
    Interrogé à ce sujet lors de son passage à Halifax jeudi matin, Stephen Harper a dit ignorer les détails de la cause. Il a ensuite assuré qu'il n'avait pas l'intention de rouvrir le débat sur le mariage des conjoints de même sexe au Canada.
     
    Les libéraux doutent de sa bonne foi. Stéphane Dion dit voir la main du premier ministre et celle de son ministre de la Justice dans cette affaire. Il est convaincu que la position d'Ottawa dans la cause ontarienne n'est pas une initiative des avocats du ministère fédéral de la Justice, sans intervention politique.
     
    Denis Coderre lui fait écho, rappelant que M. Harper a toujours été contre le mariage des conjoints de même sexe.
     
    De son côté, Irwin Cotler, qui était ministre de la Justice lorsque la loi canadienne a reconnu le mariage pour les conjoints de même sexe, estime indéfendable le raisonnement que le mariage au Canada d'un couple étranger n'est pas valide si le pays du couple ne reconnaît pas l'union de deux lesbiennes.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.