Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Des enfants indignés

    3 décembre 2011 |Collectif d'auteurs | Actualités en société
    Le camp des indignés des Jardins Saint-Roch à Québec le mois dernier.<br />
    Photo: Yan Doublet - Le Devoir Le camp des indignés des Jardins Saint-Roch à Québec le mois dernier.
    À la suite du démantèlement du camp des indignés des Jardins Saint-Roch, à Québec, mes élèves de deuxième secondaire ont rédigé un paragraphe sur ce qui suscite leur indignation. J'ai été profondément touchée d'espoir en lisant leurs textes, c'est pourquoi il me fait plaisir de vous les transmettre!

    Pascale Demers - Enseignante en deuxième secondaire à l'école Joseph-François-Perrault de Québec

    Tous des je-me-moi

    Ce qui me dégoûte le plus dans notre société, c'est ce que nous sommes. Pas nécessairement en tant que citoyens individuellement, mais ce que nous représentons comme population. Cette génération du je-me-moi dont je fais partie. Ce cercle vicieux de consommation que j'encourage en achetant trop de vêtements. Il est difficile de se détacher de cette image même si nous faisons des pieds et des mains pour se soucier de ceux qui nous entourent ou de ceux qui souffrent de l'autre côté du globe. Mais nous fermons les yeux et nous les ouvrons seulement lorsqu'il est question de notre quatrième résidence en Floride. Quand est-ce que tout cela arrête?

    Delphine Ross


    Manque de nourriture

    Le phénomène qui m'indigne le plus est la mauvaise répartition des richesses et des aliments. Je ne peux pas comprendre qu'encore en 2011, des milliers de personnes soient pauvres, meurent de faim ou, même, les deux. Tout ça à cause d'une maigre partie de la société qui abuse des richesses sans jamais se soucier des autres. Alors qu'on voit qu'il y a assez de nourriture sur la Terre pour nourrir plus de sept milliards de personnes, plusieurs n'ont rien à manger. Je m'indigne de cela, car tout le monde a le droit de vivre normalement.

    Nicolas Plourde-Rouleau


    Suffit, les cachotteries!

    Ce qui m'indigne, c'est les cachotteries de monsieur Charest à propos de la construction. Comment sommes-nous supposés être capables de voter si nous ne connaissons pas la réalité sur ce qui se passe dans notre pays supposément démocratique? Il a fallu des manifestations, des témoignages et même des menaces avant que M. Charest ouvre une commission d'enquête respectable et impartiale.

    Alexis Bourdages


    Un sourire avec ça?

    Dans la vie, toutes sortes de choses peuvent nous déplaire; moi, ce sont les gens que je rencontre pratiquement tous les jours dans le bus ou bien dans la rue qui sont incapables de faire un simple bonjour aux visages déjà vus ou un joli petit sourire. Avant, quand les villes n'étaient que de petits villages, tout le monde se connaissait et se disait bonjour. De nos jours, on dirait que les personnes sont uniquement concentrées sur elles-mêmes alors que je suis convaincue qu'un sourire les rendrait heureux pour le reste de la journée.

    Camille Busque


    Dans notre bulle

    Ce qui suscite mon indignation envers le mode de vie canadien, c'est le fait que nous vivons dans notre petite bulle et c'est tout ce qui importe à nos yeux. Le plus malheureux là-dedans, c'est que l'on n'assume même pas le fait que nous sommes des consommateurs excessifs. Nous nous cachons la vérité derrière nos dépenses, en disant que ça nous sera utile et que ça n'est pas de l'argent jeté par les fenêtres. Lorsque les gens de notre entourage nous demandent si l'on encourage les petites entreprises locales, nous ne savons plus quoi leur répondre. Voilà dans quel monde nous vivons, un monde où la dépense personnelle est ce qui contrôle nos vies.

    Alice Coderre


    Mauvaise posture économique

    Moi, je m'indigne contre le pouvoir économique, car l'économie est prise en charge par seulement quelques personnes, comme les grands p.-d.g. Ils sont riches et font de la mondialisation. Ils tentent de tout convertir de la même manière. Ils meublent le monde d'industries et nous, nous n'avons aucun mot à dire. Le plus grand inconvénient de la mondialisation, c'est que si une seule chose ne va plus ou tout simplement moins bien, ce n'est pas juste ce quelque chose qui en souffre, mais c'est le monde entier. C'est ce qui s'est passé à New York, en Italie et à d'autres places. Quelques administrateurs font une très mauvaise gestion de l'économie du pays (Italie) et tout fait faux bond, y compris la Bourse. L'économie mondiale est dans une très mauvaise position à cause de cela.

    Vincent Caron Saucier


    Tous égaux

    Dans le monde en général, je crois que ce qui suscite le plus mon indignation, c'est les gens qui sont homophobes, racistes ou ceux qui ne considèrent pas l'égalité entre les hommes et les femmes. Je ne comprends pas comment une personne pourrait penser qu'elle est meilleure qu'une autre, soit par son sexe, par sa couleur de peau ou par son orientation. On est tous égaux et on est tous pareils, alors pourquoi détester une personne pour une chose aussi banale quand cette personne pourrait s'avérer une personne formidable?

    Dominique Bilodeau


    Exploiteurs d'enfants

    Il y a plusieurs choses qui me mettent hors de moi, et je ne comprends pas pourquoi elles existent. Pourquoi certaines personnes agissent de telle façon. Je m'insurge de voir des gens au coeur de pierre exploiter des enfants. Les enfants qui dans certains pays sont utilisés comme main-d'oeuvre à faible revenu ou comme soldat de front. Tandis que dans notre pays démocratique, nous avons tout ce qu'il nous faut, nous avons même des objets de divertissement personnel en abondance. Je crois que nous devrions tous nous lever et nous exprimer. Si nous nous indignons contre une chose, nous devrions cesser d'aboyer et de mordre. Mettre nos conflits de côté et agir pour aider ceux qui sont indirectement écrasés par notre impérialisme et leur venir en aide. J'agirai pour ce qui m'indigne.

    Pablo Ray-Rojas


    Liberté de manifester

    Je suis aussi une indignée. Je trouve que le gouvernement ne nous représente pas bien. Il y a une hausse considérable du coût de l'éducation, les jeunes deviennent endettés trop vite. Le gouvernement ne s'occupe pas vraiment non plus de la santé de ses citoyens. La classe moyenne est détruite par des riches qui détournent des impôts. Les gens ont le droit à la liberté d'expression et je suis dégoûtée de voir que, dans d'autres pays, les gens sont arrêtés ou tués. Les personnes devraient avoir le droit de manifester.

    Tanja Popovic


    Être attentifs aux autres

    Moi aussi je suis une indignée face aux choses qui se passent ces temps-ci. Dans notre monde de consommation, nous ne remarquons pas les gens démunis, les enfants esclaves et le racisme autour de nous. Nous devrions porter attention à tout cela autour de nous. Leur fabriquer des abris, leur donner de la nourriture et prendre soin d'eux. Nous devrions tous au moins une fois aller voir le parc St-Roch en basse-ville de notre belle ville Québec. Pour prendre conscience de ce qui se passe.

    Colombine Lord


    Voleurs d'enfance

    Je suis indignée par les voleurs d'enfance. Ces humains sans scrupules qui s'amusent à détruire l'enfance des petites filles et petits garçons. L'enfance, c'est ce qui bâtit une vie, la façonne pour le futur. Avec une enfance difficile et douloureuse, le reste de notre vie subit des conséquences médiocres et on ne peut revenir en arrière. Les voleurs d'enfance utilisent les enfants comme des jouets, des enfants sans défense qui se laissent manipuler comme de vulgaires objets. Ces hommes abusent d'eux, les exploitent, les font travailler illégalement, les forment même pour être des enfants soldats, et ce, partout dans le monde. Pourquoi font-ils cela? Pourquoi s'attaquent-ils aux plus faibles qu'eux? Ils m'indignent.

    Rosalie Marquis-Angulo


    Main dans la main

    Je m'indigne contre le fait que le gouvernement et les entreprises travaillent trop main dans la main. Autrefois, nous avons séparé l'Église du pouvoir, exaspérés de la corruption qu'elle exerçait sur l'État. Il serait temps de séparer les entreprises du gouvernement. Je veux que ma génération et celles qui suivront profitent d'une démocratie plus directe, où nous aurons plus de pouvoir qu'un simple vote, et où l'argent servira à tout le monde, sans exception.

    Olivier Ribordy


    Jugés malgré nous

    Si j'étais une indignée, j'habiterais le parc St-Roch pour ne pas avoir à être jugée par mon type d'habitation. Les gens nous font appartenir à une classe sociale malgré nous. Je trouve ridicule que notre comptoir en stainless nous rende «meilleurs» que celui qui n'a pas d'argent pour s'en payer un nouveau. Si j'étais une indignée, ce serait pour pouvoir exprimer le comportement matérialiste de la société québécoise en me montrant très bien dans ma tente.

    Sophie Belleau


    Pureté de l'enfance

    Comment a été votre enfance? Si vous me lisez, probablement bien, pas parfaite, mais bien. Vous savez que dans certains pays plusieurs enfants n'en ont pas? Moi je trouve qu'il est dégueulasse de priver quelqu'un de son enfance. C'est ce qu'ils font avec les petits enfants soldats. Pour moi, les gens qui forment ces enfants sont cruels et inhumains. Ils sont sans coeur parce que l'enfance c'est pur et, une fois perdue, on ne peut la retrouver. Vous voyez, moi aussi je suis une indignée, et vous?

    Catherine Roy-de Montigny


    Routes durables

    Je crois que les impôts sont mal gérés car le gouvernement en utilise une grande partie sur les routes. Je parle des millions de dollars qui sont mal utilisés parce qu'après deux à trois ans, les routes sont déjà brisées, avec des craques et des fissures à l'intérieur. Si moi je prenais la décision, j'utiliserais des matériaux plus polyvalents qui dureraient plus que deux hivers.

    Vincent Laberge












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.