Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Les États généraux du Canada français en 1967 - Le jour où le Canada français a disparu

    La caricature de Berthio parue dans Le Devoir du 25 novembre 1967.<br />
    Photo: Archives Le Devoir La caricature de Berthio parue dans Le Devoir du 25 novembre 1967.
    Avant, il y avait le Canada français. Après, le Québec et les francophones hors Québec. La cicatrice ne s'est jamais vraiment refermée.

    Le 23 novembre 1967 au matin, 1700 personnes envahissent la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts à Montréal. Ces gens viennent de tous les coins du Canada: plus de 1000 d'entre eux ont été élus dans les 108 circonscriptions électorales du Québec, 425 représentent les communautés francophones du reste du Canada et 175, les organismes les plus divers, des Caisses populaires aux Cercles de fermières en passant pas les associations de Néo-Québécois.

    Presque tous ces délégués ont sous le bras un exemplaire du Devoir, qui publiera toutes les résolutions de ces États généraux du Canada français. Parmi les membres de la commission générale qui a préparé la rencontre, on trouve d'ailleurs deux plumes prestigieuses issues du Devoir, Solange Chaput-Rolland et Jean-Marc Léger.

    En 1967, Le Devoir était encore la bible des élites canadiennes-françaises et son directeur, Claude Ryan, avait accepté de s'associer à l'événement même s'il craignait un virage indépendantiste. Il avait d'ailleurs vu juste.

    «On n'avait jamais vu un rassemblement d'une telle ampleur, aussi représentatif de ce qu'il faut bien appeler les forces vives de la nation, et il n'y en a jamais eu d'autre depuis», dit l'ancien ministre péquiste Jacques-Yvan Morin, qui présidait l'événement. Le futur chef de l'opposition (de 1973 à 1976) était alors simple professeur de droit à l'Université de Montréal.

    Les États généraux de 1967 n'avaient aucune commune mesure avec les assises préliminaires tenues en 1966 ou les congrès de la langue française organisés à Québec en 1912, 1937 et 1952. «On était même étonnés de pouvoir remplir la Place des Arts. D'une certaine manière, nous prenions conscience de la force que nous représentions», dit Jacques-Yvan Morin.

    Les francophones hors Québec

    À l'offensive sur tous les plans, le Québec était alors en pleine Révolution tranquille. Le nouveau premier ministre Daniel Johnson ne réclamait rien de moins que «l'égalité ou l'indépendance». Le mouvement indépendantiste québécois et le nationalisme acadien étaient en pleine ascension. Le «Vive le Québec libre!» du général de Gaulle avait quatre mois à peine. Avec le rapport Laurendeau-Dunton, l'avenir du français devenait une préoccupation majeure.

    Cette démonstration de force d'un océan à l'autre sera la dernière du genre. Car elle sera le lieu, à tout le moins symbolique, de l'éclatement définitif du Canada français. Les États généraux devaient définir l'avenir constitutionnel de la nation, disait dans son discours d'ouverture Rosaire Morin, un leader nationaliste très écouté à l'époque. On jonglait alors avec le «statut particulier», les «États associés» et l'indépendance.

    René Lévesque, qui venait de quitter le Parti libéral et de fonder le Mouvement souveraineté-association quelques jours plus tôt, fit d'ailleurs une brève apparition au balcon, sous des applaudissements nourris.

    L'assemblée se divisa lorsque vint le moment de reconnaître le droit à l'autodétermination du Québec, «territoire national et milieu politique fondamental» de la nation canadienne-française. Les Québécois votèrent pour à 98 %, avec 52 % des Acadiens. Les délégués de l'Ontario et de l'Ouest canadien votèrent contre ou s'abstinrent. Les Québécois affirmaient leur existence en tant que nation. Les francophones hors Québec, qui se percevaient toujours comme Canadiens français, venaient de naître.

    Une boîte à idées

    Même si certains évoqueront un complot mûrement préparé, il n'y avait pas de volonté de rupture, explique Jacques-Yvan Morin. «Les délégués québécois votaient pour rapatrier tous les pouvoirs au Québec. Ils le faisaient spontanément, même s'ils n'étaient pas nécessairement indépendantistes. Ils votaient aussi pour que le français soit plus présent partout au Canada. Ce n'était pas très logique. Les États généraux ont été le témoin plus que la cause d'un éloignement inexorable lié à l'érosion du fait français, dans l'Ouest en particulier.»

    Plusieurs délégués racontèrent être arrivés aux États généraux fédéralistes et en être sortis souverainistes. Les délégués n'ont pourtant jamais revendiqué l'indépendance, rappelait en 1990 Rosaire Morin, dans un article de L'Action nationale. Mais ils «revendiquaient pour le moins l'égalité». Plus de «40 ans plus tard, la question des pouvoirs du Québec n'est toujours pas réglée», souligne Jacques-Yvan Morin.

    Ce qui n'empêchera pas ce rassemblement d'être une extraordinaire boîte à idées. Plusieurs marqueront leur époque, comme «une politique d'immigration qui enrichisse la culture et l'économie de la Nation», le français comme «seule langue officielle» du Québec et une «Charte des droits de l'Homme». D'autres resteront sans suite, telle la rédaction d'une «Constitution du Québec» reconnaissant son «droit à l'autodétermination».

    La rupture

    Hors du Québec, on a perçu l'événement comme une rupture, parfois même une trahison. L'historien Marcel Martel, de l'Université York à Toronto, a vu le signe précurseur de cette scission dans la dissolution, dès 1965, de l'Ordre de Jacques-Cartier, une organisation nationaliste plus ou moins secrète aussi appelée La Patente.

    Selon lui, le Québec réclamant de plus en plus de pouvoir, le rapport traditionnel qui faisait des minorités hors Québec des avant-postes de la nation canadienne-française, fut inversé. L'avenir des minorités dépendrait dorénavant de l'édification d'un État national québécois.

    «Les États généraux représentent le moment symbolique de cette rupture, peu importe, au fond, si elle s'y est vraiment produite, dit le sociologue d'origine acadienne Joseph-Yvon Thériault, de l'UQAM. C'est à ce moment que les francophones hors Québec ont réalisé que le Québec avait changé de trajectoire politique. Or c'était très dérangeant!»

    Car, à l'époque, le Canada français n'était pas une figure de style. Pour «fonder et propager la civilisation franco-catholique sur ce continent», comme l'écrivait le journaliste Étienne Parent, on avait tissé d'un océan à l'autre un vaste réseau de journaux, d'entreprises, d'associations étudiantes, agricoles, politiques et religieuses.

    Dans les années 1940, le ministère de l'Agriculture du Québec n'hésitait pas à financer en Ontario la création d'une association canadienne-française de femmes d'agriculteurs!

    Selon Thériault, si les francophones hors Québec disent que le Québec les a lâchés, c'est qu'ils ne voient pas que, chez eux aussi, le mouvement vers la provincialisation était amorcé. Dès le début des années 1960, les institutions canadiennes-françaises en quête de financement, comme l'Université d'Ottawa, se tournaient déjà vers leur gouvernement provincial respectif.

    «On oublie souvent aussi que le nationalisme canadien-français avait été porté par une vague démographique, dit Thériault. Jusque dans les années 60, les Acadiens étaient convaincus qu'ils avaient gagné la bataille démographique.» De 17 % de la population du Nouveau-Brunswick en 1867, ils passent à 37 % en 1951.

    À l'époque, le rédacteur en chef du Devoir, André Laurendeau, écrivait même que le temps n'était pas loin où il y aurait deux provinces majoritairement françaises au Canada.

    En 1961, les Acadiens étaient retombés à 33 %. La chute était encore plus prononcée au-delà de l'Outaouais. «C'est à cette époque qu'on a commencé à mesurer les ravages de l'assimilation, surtout dans l'Ouest du Canada», confirme Jacques-Yvan Morin.

    Lorsque les États généraux se réuniront une dernière fois en 1969, ils n'auront plus du tout le même éclat. La scission était consommée. D'aucuns en concluront que le français n'avait plus d'avenir hors du Québec ou à proximité de ses frontières.

    Réhabiliter les États généraux ?

    Pour le rédacteur en chef du journal étudiant La Relève, Jean-François Laniel, il serait temps de redonner aux États généraux «une place plus honorable» dans l'histoire. La seule tenue d'un événement d'une telle ampleur devrait être un motif de fierté, écrivait-il.

    Le journal ne cache pas sa volonté de contribuer à ressusciter, sous une forme ou une autre, le Canada français. Un peu comme le souhaite l'ancien ministre des Affaires intergouvernementales de Jean Charest, Benoît Pelletier, qui affirmait que le Québec était de retour dans le Canada.

    «Recréer le Canada français, ça n'a aucun sens, dit Joseph-Yvon Thériault. Au lieu de dire que le Québec est de retour dans le Canada, il faut plutôt accepter que le Québec soit devenu une aire autonome. Les francophones hors Québec doivent assumer le fait qu'ils évoluent dorénavant dans un espace dont le centre est le Québec. Montréal demeure notre capitale culturelle, autrement nous régresserons vers une simple mémoire ethnique. La francophonie hors Québec doit assumer cette réalité et articuler un nouveau rapport au Québec, quel que soit le statut politique de ce dernier.»
    La caricature de Berthio parue dans Le Devoir du 25 novembre 1967.<br />
Jacques-Yvan Morin présidait les États généraux du Canada français en 1967. Le futur chef de l’opposition (de 1973 à 1976) était alors professeur de droit à l’Université de Montréal. <br />












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.