Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    G20: la police aurait utilisé des agents provocateurs

    Les demandes d'enquête publique se font plus pressantes

    2 juillet 2010 |Alec Castonguay | Actualités en société
    «Les vrais casseurs sont chefs d’État», pouvait-on lire sur une des pancartes que brandissaient les manifestants.<br />
    Photo: Annik MH de Carufel «Les vrais casseurs sont chefs d’État», pouvait-on lire sur une des pancartes que brandissaient les manifestants.
    La controverse entourant les agissements des policiers lors des manifestations du G20 à Toronto ne semble pas vouloir s'essouffler. Les demandes pour l'ouverture d'une enquête indépendante se font plus pressantes, alors que des allégations circulent concernant l'infiltration d'agents provocateurs de la police parmi les manifestants. La police de Toronto a également reconnu avoir menti aux citoyens à deux occasions.

    Lors du sommet de Montebello en 2007, la Sûreté du Québec avait dû reconnaître l'utilisation d'agents provocateurs à la suite d'images compromettantes diffusées sur Internet. Or, des images semblables font surface depuis le G20 de Toronto, en fin de semaine dernière.

    Si plusieurs des vidéos sur le site YouTube font des rapprochements bancals entre la violence de certains manifestants et celle présumée de la police, d'autres images captées par des citoyens semblent révélatrices. L'une des vidéos, d'un peu plus d'une minute, montre des policiers en civil, déguisés en manifestants, parfois armés de matraques et de bâtons, qui se réfugient derrière un cordon de sécurité de la police. L'un d'eux est habillé tout en noir avec un capuchon sur la tête, comme les radicaux du Black Bloc qui vont aux manifestations pour faire du grabuge.

    Le président du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier, David Coles, qui a contribué à lever le voile sur la stratégie de la Sûreté du Québec à Montebello (on le voyait dans une vidéo confronter un agent infiltré au visage voilé qui tenait une roche dans sa main), était aussi à Toronto pour le G20. Il affirme ne pas avoir de preuves aussi concrètes qu'à Montebello, mais que les capsules sur Internet sont «troublantes». «Ça ressemble beaucoup au modus operandi de la police dans les derniers grands rassemblements», a-t-il dit au Devoir hier.

    La police, même si elle utilise des agents infiltrés ou provocateurs, n'est pas responsable de la casse au centre-ville de Toronto, convient David Coles. «Mais des policiers déguisés en vandales, avec des roches ou des bâtons dans les mains, ce n'est rien pour encourager une manifestation pacifique, dit-il. Ça fait monter la pression et ça peut inciter d'autres jeunes à faire ce qu'ils veulent.»

    La police de Toronto et la Gendarmerie royale du Canada (GRC) n'ont pas rappelé Le Devoir hier, malgré les appels et les courriels laissés à plusieurs endroits.

    Demandes d'enquête


    David Coles demande lui aussi une enquête indépendante sur les agissements des forces de l'ordre à Toronto, qui ont finalement arrêté 1090 personnes, dont 827 ont été relâchées sans accusation. Amnistie internationale et l'Association canadienne des libertés civiles (ACLC), qui avaient plus de 50 observateurs sur place, ont réclamé une telle enquête au début de la semaine.

    L'Alliance de la fonction publique du Canada et le Bloc québécois ont également réclamé cette enquête. Le Bloc demande au ministre fédéral de la Sécurité publique, Vic Toews, de s'en mêler. «Les allégations qui pèsent sur les agissements des policiers sont sérieuses», estime la députée bloquiste Maria Mourani. Le rapport de l'ACLC parle d'arrestations arbitraires, d'intimidation de la part des policiers, de fouilles excessives, de conditions de détention difficiles et contraires au droit canadien (plus de 24 heures et sans possibilité de parler à un avocat).

    Des mensonges?

    Par ailleurs, la police de Toronto a reconnu que certains objets prétendument saisis sur des manifestants — décrits comme des «armes» par le chef de police, Bill Blair — et présentés aux médias lundi n'ont en fait jamais appartenu à des manifestants. C'est le cas de la scie mécanique, de l'arbalète et des accessoires (bâtons et boucliers) d'un passant qui s'en allait participer à un jeu de rôles médiéval dans un parc lorsqu'il a été arrêté par la police.

    Il semble que la police de Toronto ait aussi joué sur la vérité concernant la barrière de sécurité. M. Blair a admis que le décret adopté en secret par le gouvernement de l'Ontario ne lui a jamais donné le droit d'arrêter toute personne qui se trouvait à moins de cinq mètres du périmètre de sécurité, comme il l'avait prétendu. Ce décret touchait seulement l'intérieur du périmètre. La police a été prévenue de son erreur par le gouvernement ontarien, mais n'a pas cru bon rectifier l'information donnée aux citoyens.

    Mardi, le chef de la police de Toronto, Bill Blair, a défendu ses agents, affirmant que les arrestations massives, les plus importantes de l'histoire canadienne, ont été nécessaires pour empêcher davantage de débordements.

    Selon un sondage Angus Reid rendu public hier, 66 % des Canadiens (71 % des Québécois) estiment que les agissements des policiers ont été «complètement justifiés» ou «modérément justifiés». À peine 16 % des 1001 répondants (marge d'erreur de 3,1 %) pensent le contraire (14 % au Québec).




    «Les vrais casseurs sont chefs d’État», pouvait-on lire sur une des pancartes que brandissaient les manifestants.<br />
Casseur ou policier?<br />












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.