Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    L'ethnologue et la nation

    Lorsqu'on l'interrogea un jour sur le port du voile islamique en France, Claude Lévi-Strauss se contenta de répondre en souriant: «Pour moi, il s'agit tout simplement d'une impolitesse.»

    Avouons qu'il avait le sens de la formule, cet ethnologue qui haïssait tant les voyages et les explorateurs. C'était vrai à l'époque où il écrivit Triste tropique, mais c'était encore aussi vrai peu avant sa mort. Ces mots, qui auraient pu être mal interprétés, Claude Lévi-Strauss les avait confiés à l'éditorialiste du Nouvel Observateur Jean Daniel, avec qui il avait eu plusieurs entretiens. La formule peut paraître choquante dans nos sociétés gouvernées par une aristocratie d'avocats où tout se mesure à l'aune des droits individuels. N'importe quel ministre qui oserait une telle provocation se retrouverait aussitôt avec une plainte à la Commission des droits de la personne. Mais Claude Lévi-Strauss avait une vision de l'homme qui dépassait sa seule personnalité juridique. Jusqu'à sa mort, il y a deux semaines, ce vieillard centenaire faisait encore partie de ces fous qui tentèrent tant bien que mal de saisir l'homme dans sa totalité. Pour lui, la réalité du droit ne pouvait pas effacer l'être culturel et social que l'homme est d'abord et avant tout. Mais, surtout, il estimait que les sociétés et les nations avaient le droit de préserver leur identité, leur culture et leur manière de vivre. Toutes choses qu'il respectait plus que tout.

    Lorsqu'il avait vécu chez les Bororos et les Nambikwaras d'Amazonie, Claude Lévi-Strauss s'était plié de bonne grâce aux coutumes de ses hôtes. Coutumes dont il nous révéla justement toute la complexité et la richesse. Il n'en attendait donc pas moins de ceux qu'il accueillait chez lui. Interrogé dans un documentaire sur les raisons qui l'avaient amené à accepter d'entrer à l'Académie française, il avait répondu quelque chose du genre: «Comment pourrais-je défendre les coutumes des tribus les plus reculées de la planète et ne pas communier à celles de ma propre société?» Ce disciple de Rousseau et de Montaigne avait donc revêtu l'habit vert par respect pour tout ce qui fait la culture française, à laquelle il attachait autant d'importance qu'aux mythes et aux traditions des tribus primitives.

    **

    Les plus jeunes ne savent peut-être pas que cet homme fut celui qui formula la critique la plus radicale et la plus définitive du colonialisme. Après la Seconde Guerre mondiale, c'est à lui que l'UNESCO fit appel pour prononcer une série de conférences dans lesquelles, en 1952, il démonta les mécanismes fallacieux selon lesquels une culture pouvait prétendre à la supériorité sur une autre.

    Mais la réflexion de Lévi-Strauss ne devait pas s'arrêter là. En 1971, il revint à l'UNESCO prononcer un autre discours qui devait en choquer plusieurs. D'aucuns préférèrent oublier ce second Lévi-Strauss qui voyait d'un mauvais oeil un certain métissage qui menaçait les hommes d'uniformisation. S'inquiétant de la mondialisation avant la lettre, il avait même défendu le droit des cultures de résister à ce que d'aucuns nomment le progrès. Il allait jusqu'à reconnaître le droit des peuples à une certaine «surdité» face à l'autre afin de préserver leur identité. Ce second Lévi-Strauss n'était pourtant que la suite du premier.

    Dans les années qui suivirent, il comprit que la mondialisation ne menaçait pas que Nambikwaras. C'est pourquoi, comme le rappelait Jean Daniel récemment, il n'hésita pas à soutenir les propos de l'ancien président François Mitterrand, qui avait affirmé que toutes les populations avaient un certain «seuil de tolérance» à l'égard de l'immigration. Ce seuil lui importait non pas parce qu'il rejetait l'autre, mais au contraire parce qu'il souhaitait l'accueillir avec tous les égards nécessaires. Lévi-Strauss croyait dans l'identité nationale comme rempart à l'uniformisation. Il ne communiait pas le moins du monde à ce cosmopolitisme prétentieux que pratique une certaine gauche déracinée pas plus qu'à l'idéologie néolibérale d'une droite pour qui le monde est un marché.

    **

    Ce serait beaucoup dire qu'il connaissait le Québec. Mais il y était venu pendant la guerre alors qu'il était réfugié à New York. Il avait alors été invité par le directeur du Jardin botanique de Montréal, Jacques Rousseau, un spécialiste des Montagnais. Certains de ses anciens disciples se sont d'ailleurs installés chez nous, où ils ont fait de brillantes carrières.

    Lors d'un bref entretien qu'il avait eu la gentillesse de m'accorder il y a une dizaine d'années, il avait affirmé: «Je trouverais navrant que le Québec se fonde dans une sorte de culture moyenne nord-américaine. Une langue, c'est un monument qui est aussi, sinon plus, respectable qu'un monument de pierre. Chaque culture représente un capital de richesse humaine considérable. Chaque peuple a un capital de croyances et d'institutions qui représente dans l'ensemble de l'humanité une expérience irremplaçable.»

    Si les Québécois ont quelque chose à retenir de Claude Lévi-Strauss, c'est qu'ils n'ont nullement à avoir honte de ce qu'ils sont et que tout ce qu'ils font pour préserver leur identité dans le respect des autres est un apport à l'humanité tout entière.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.