Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Ainsi son, son, son...

    La Semaine du son invite à tendre l'oreille à la vie qui nous entoure

    Un peu partout au Québec, des activités permettront de porter attention aux sons qui animent notre quotidien.
    Photo: Société pour la promotion de la science et de la technologie Un peu partout au Québec, des activités permettront de porter attention aux sons qui animent notre quotidien.
    Cette semaine, l'invitation nous est lancée de dresser l'oreille à notre environnement sonore. Celui de la ville extérieure et souterraine. Celui craché par les baladeurs numériques et qui peut endommager irrémédiablement l'audition. Celui capté au fond des mers et généré par la faune marine. Celui créé par des scientifiques-musiciens à l'imagination débridée.

    Du 17 au 27 novembre, une symphonie d'activités se déclinant sur différents registres (ateliers, démonstrations, conférences et rencontres) retentira aux quatre coins du Québec. Première édition québécoise d'un événement qui revient annuellement depuis six ans en France, la Semaine du son en fera entendre de tous les tons aux grandes et petites oreilles.

    Fondée par le Français Christian Hugonnet, ingénieur-conseil en acoustique et techniques de prise de son, cette manifestation sur le thème du son prend forme chaque année dans 27 villes de France. La mondialisation du concept que désirait tant son fondateur commence à se concrétiser par cette première mouture québécoise organisée par la Société pour la promotion de la science et de la technologie (SPST), un organisme à but non lucratif qui depuis plus de 25 ans fait la promotion de la culture scientifique et technique dans toutes les régions du Québec, grâce à la collaboration de bénévoles du milieu scientifique.

    Durant cette Semaine du son, Andra McCartney, de l'Université Concordia, propose des promenades sonores à travers Montréal. Ces balades auditives vous feront découvrir différents quartiers de la ville, dont le Chinatown, le Vieux-Montréal, le Jardin botanique, le mont Royal et le quartier Saint-Henri, sous un tout autre jour. «Montréal ne sonne pas comme Paris. Elle a sa propre signature sonore liée à sa cartographie, à ses constructions et à son activité humaine», confiait Christian Hugonnet à la SPST.

    Le Goethe-Institut de Montréal invite quant à lui le public aux promenades électriques de l'artiste sonore Christina Kubisch. Les champs électromagnétiques émis par les systèmes de communication, de sécurité sans fil, et autres circuits, ont été enregistrés par des capteurs, puis ont été transformés en fréquences audibles que l'artiste berlinoise a organisées de façon à nous faire entendre l'invisible autour de nous, alors que l'on déambule dans les rues, entre les bâtiments et à travers les centres commerciaux de Montréal. Une simple paire d'écouteurs que l'on peut se procurer au Goethe-Institut permettra d'avoir accès à cette nouvelle perspective sonore de notre environnement.

    Le Centre interdisciplinaire de recherche en musique, média et technologie (CIRMMT) de l'Université McGill ouvre ses portes au public, qui pourra découvrir les nouvelles façons de faire de la musique et les plus récents instruments de musique numériques que les chercheurs s'appliquent à mettre au point.

    Le biologiste, compositeur et musicologue Antoine Ouellette, qui a publié en 2008 un ouvrage intitulé Le Chant des oyseaulx, donnera une conférence sur ces chanteurs hors pair que sont les oiseaux, qui ont inspiré plusieurs compositeurs.

    Le son n'est toutefois pas que musique à nos oreilles. Il est très souvent agressant. Le bruit est même de plus en plus présent dans nos milieux de travail, de vie et de loisirs. Le Groupe d'acoustique de l'Université de Sherbrooke (GAUS), qui dispose d'installations uniques au Canada permettant d'effectuer des recherches sur le son et les vibrations, invite le public à une conférence sur l'acoustique et les divers moyens technologiques de réduction du bruit qu'ont imaginés les chercheurs. Ces derniers permettront aussi au public de visiter certaines installations, dont des chambres anéchoïques et réverbérantes, et donneront des démonstrations sur le bruit et les vibrations.

    Des dissections sonores se feront aussi au Centre de démonstration en sciences physiques du cégep François-Xavier-Garneau de Québec lors d'une conférence-démonstration, où il sera possible d'écouter, entre autres choses, le silence de l'espace... Le lendemain, les musiciens de tout acabit sont conviés à participer à une performance interactive, sorte de jam cosmique qui fera date dans l'histoire de l'univers, dit-on.

    Et pour clore la semaine, Christian Hugonnet, le président-fondateur de la Semaine du son en France, donnera à Québec et à Trois-Rivières deux conférences où, accompagné de deux musiciens, il entretiendra son public des relations entre l'image et le son, des techniques d'enregistrement et de diffusion, de la santé auditive et de la pédagogie appliquée à l'expression musicale.

    Ceux qui ne pourront se déplacer mais que le sujet intéresse n'ont qu'à se rendre sur le site Internet de la SPST (www.spst.org/semaineduson), qui regorge d'articles sur les diverses facettes du son.
    Un peu partout au Québec, des activités permettront de porter attention aux sons qui animent notre quotidien.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.