Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Profilage racial - La Ligue des Noirs veut mettre en place une clinique légale

    La Ligue des Noirs du Québec veut mettre en place une «clinique légale» afin de conseiller les personnes victimes d'abus policiers ou de profilage racial, car bien souvent, elles n'ont pas les moyens d'avoir un bon avocat, ont affirmé les responsables de l'organisation hier, lors d'une réunion d'information.

    La Ligue des Noirs du Québec estime que bien souvent, les personnes victimes d'abus policiers ne peuvent se défendre en cour. Elles sont «trop riches» pour avoir accès à l'aide juridique, et «trop pauvres» pour se payer un avocat capable de défendre leur cause, estime Gabriel Bazin, le porte-parole de l'association.

    «Les policiers disent très souvent, après avoir frappé les gens: "Poursuivez-moi", parce qu'ils savent que les gens sont sans défense», explique le président de la Ligue, Dan Phillip, qui est un critique acerbe du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Son organisation avait demandé une mise sous tutelle du SPVM le mois dernier.

    La clinique n'en est qu'à ses débuts pour l'instant. Les personnes ayant besoin d'«information juridique» peuvent se présenter au bureau de la Ligue. Abdou Thiaw, un juriste en voie de devenir avocat, est chargé de les aider.

    Mais Manu Almeida, un responsable du Collectif opposé à la brutalité policière, estime que les avocats devraient participer plus à ce genre d'initiatives. «En Amérique du Sud, où je suis allé souvent, il y a des avocats qui donnent leur temps pour ce genre de choses. Mais ici, il faut tout le temps payer», estime M. Almeida.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.