Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Design - La vie en rose

    Paris — Les quotidiens français avaient beau, en ce début d'année 2009, étaler sur leurs pages frontispices des titres alarmants comme «Le luxe à la diète», «La boum est finie», «Le douloureux retour à l'essentiel» ou «L'onde de choc de la crise n'a pas fini de se propager», les faiseurs de tendances du Salon Maison & objet voyaient quant à eux la vie en rose et avaient le coeur à la fête. La récente foire parisienne destinée aux professionnels de l'art de vivre s'était dotée cette année d'un thème très évocateur, «Antidotes», et d'un plan anticrise axé sur le plaisir et le bonheur de vivre.

    Pour contrer la morosité ambiante, on avait misé sur la joie de vivre et l'éclat des couleurs toniques, le fuchsia en tête, suivi du tangerine, de l'anis et de l'aqua. À l'opposé, l'autre tendance majeure jouait sur le romantisme et portait aux nues les teintes poudrées et pastel, du céladon jusqu'à l'abricot, ce qui venait confirmer le courant home, sweet home observé une semaine plus tôt au salon de Milan. La comparaison entre les deux événements s'arrête là cependant, car Paris avait tout mis en branle pour devenir la référence du design et la capitale de la création.

    Dans un espace démesuré, les créateurs, les artisans et les fabricants de la planète design se sont regroupés et ont su démontrer, en faisant preuve de talent et d'ingéniosité, la force et l'impact du design en ces temps de crise. Loin de miser uniquement sur le confort des valeurs refuges, ils ont su brillamment innover et surprendre avec un anticonformisme et un sens de l'essentiel rejetant l'inutile et le superflu.

    En parfaite communion, l'ancien et le moderne, la tradition et l'innovation prenaient une autre envergure avec l'omniprésence du mouvement Village global, qui proposait le métissage des styles et des genres. Parmi les stands internationaux, plusieurs ont réussi à se démarquer, notamment le Japon avec des produits singuliers et originaux à la qualité irréprochable, l'Afrique du Sud avec une étonnante créativité avant-gardiste et la Turquie avec une approche du design moderne, libre et inventive.

    Un autre courant, le style positif-négatif et le retour au graphisme en noir et blanc, a su imposer sa rigueur classique et rassurante. Le bois dans tous ses états et dans toutes ses nuances trônait en tête d'affiche dans les collections haut de gamme. Les arts de la table renouaient avec la pureté des lignes et des formes, les dessins minimalistes, la porcelaine blanche et le verre clair, pendant que la conscientisation envers les valeurs écologiques et environnementales ne cessait de faire de nouveaux adeptes.

    Les organisateurs de cette flamboyante célébration du design international ont fait preuve une fois de plus de leadership en repoussant un peu plus loin les limites du design. La première édition de «Paris des chefs» mettait en évidence des duos associant un chef et un créateur pour mieux comprendre les liens entre cuisine contemporaine et création, gastronomie et design. De quoi donner des idées au festival Montréal en lumière 2010?

    Pour comprendre l'ampleur de cet événement, quelques chiffres s'imposent: Maison & objet a su attirer, en pleine récession mondiale, plus de 100 000 visiteurs et 3460 exposants, sur une surface d'exposition de 165 000 mètres carrés. Un Paris réussi.

    ***

    Collaborateur du Devoir












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.