Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    De feux et de glace

    Le Vieux-Port de Montréal est en mode festif

    La patinoire réfrigérée du Vieux-Port, ouverte depuis le début de décembre, est cerclée de lumières qui mettent de l’ambiance. Demain, à 20h, aura lieu le dernier des quatre Feux sur glace Telus. Photo: Patrice Lamoureux
    Photo: La patinoire réfrigérée du Vieux-Port, ouverte depuis le début de décembre, est cerclée de lumières qui mettent de l’ambiance. Demain, à 20h, aura lieu le dernier des quatre Feux sur glace Telus. Photo: Patrice Lamoureux
    En ce temps des Fêtes auquel plusieurs donnent le coup d'envoi cette fin de semaine, le monde a besoin de magie, comme disait Michel Rivard. Et ce n'est certainement pas dans les magasins qu'on va la trouver, ni en restant assis devant la télé. La magie des Fêtes est plus frileuse que ça et, bien au chaud dans le manteau blanc des trente et quelques centimètres qui nous sont tombés dessus cette semaine, elle a décidé de venir nous serrer la pince à la patinoire du Vieux-Port de Montréal, samedi dernier. Et elle y sera de nouveau demain pour un dernier feu d'artifice sous les étoiles.

    La magie des Fêtes est au Vieux-Port tous les samedis de décembre. Nous l'avons vu samedi dernier dans les yeux de Joëlle, quatre ans, qui a patiné «plein de tours» et qui, même avec le nez qui coulait et les joues d'un rouge aussi intense que celui des pommettes du père Noël, nous confirmait que «ça fait rien que t'as froid, parce que c'est beau, tu vas voir». Effectivement, quand on se pointe au bassin Bonsecours sous la lune, avec la neige, les lumières, la musique et les nuées de bouts de chou en habit de neige qui piaillent comme des pingouins sur la banquise, on est saisi par le côté magique qu'on a su donner aux lieux.

    Pas de surenchère de boules ni de sapins partout: on en a fait juste assez. La patinoire réfrigérée, ouverte depuis le début de décembre, est cerclée de lumières qui mettent de l'ambiance. D'ici une dizaine de jours, le froid aidant, on nous promet qu'elle sera agrandie et qu'on pourra aussi patiner sur la portion réfrigérée du bassin Bonsecours, jusqu'aux abords de la promenade des Quais.

    Braseros et bière de cerise

    Devant la patinoire, côté fleuve, on peut aller enfiler ses patins dans le pavillon central qui se double d'une cantine. Côté promenade, quelques braseros ajoutent une ambiance «nordique» qui fait le bonheur des touristes, nombreux à se prendre en photo dans ce paysage de Grand Nord urbain. Tout près, on a dressé une grosse tente ronde en forme d'igloo: c'est le Bar d'hiver, chauffé, où on peut entrer sans déchausser ses patins.

    Sur fond de musique techno-machin, on propose des cocktails, des cafés aromatisés et des produits Unibroue, dont la Quelque chose, une bière à la cerise qui se boit bien chaude. Même à 4 $ le godet en carton, on a envie de l'essayer. «Ça fait un peu penser au saké», nous rassure Nadine, notre serveuse. Même en s'attendant au pire et sans être expert en dégustation de produits du houblon, on est agréablement surpris.

    Le mélange goûte la cerise sans être trop sucré et descend magnifiquement dans nos gorges frigorifiées comme du vin chaud aux épices. Et, effectivement, ça rappelle un peu le saké. On tentera certainement de trouver la Quelque chose au dépanneur du quartier, question de répéter l'expérience.

    D'abord, de la musique

    Bien réchauffé, on se rend près de la scène du spectacle trad, à quelques dizaines de mètres du bar. Ce soir-là — samedi dernier, en fait —, nous avons droit à une prestation des musiciens de Mauvais Sort. Nicolas Geoffroy, le leader du groupe, est à enfiler ses chaussures rouges de tapeux de pieds pendant que ses collègues commencent à sortir leurs instruments; le vent en plein visage sur le bord du fleuve, ça doit frôler les - 20 °C. «Pas chaud pour giguer?», qu'on lui demande. «C'est pas pire. Je crains plutôt pour les instruments!»

    À 19h15, le violon, la guitare et l'accordéon se feront aller devant une foule chaudement habillée qui en redemandera, et avec raison: la reprise de la chanson Cauchemar de Robert Charlebois par la joyeuse bande de Mauvais Sort a l'heur de réchauffer les coeurs et de faire sautiller joyeusement les spectateurs. Le groupe reviendra pour une autre prestation d'une quarantaine de minutes après les feux.

    À 20h pile, tous les regards se tournent vers le quai Jacques-Cartier, à l'ouest du bassin Bonsecours. Les patineurs auront une vue parfaite. On peut tout aussi bien contempler le spectacle le long du hangar n° 16, près du quai de l'Horloge, ou même de la rue de la Commune, où la circulation est complètement paralysée par des automobilistes qui ont décidé de s'arrêter pour ne rien manquer. Et la magie est là, comme promis. Nous l'avons vue de nos yeux!

    Jeunes adultes branchés, amoureux frigorifiés, touristes en chaussures, ados blasés, tout-petits emmitouflés sur leur traîneau et luttant contre le sommeil: tous, nous sommes tombés sous le charme de ces feux extraordinaires de beauté, dont les mille paillettes se reflétaient dans la glace et habillaient la neige de rouge, de vert et d'or. Encore un peu et on aurait aperçu le père Noël filant dans le ciel avec son cortège de rennes. Il s'en est sûrement fallu de peu.

    - Le dernier des quatre Feux sur glace Telus aura lieu demain à 20h et le chanteur-violoniste Alain-François se produira à 19h15 et à 20h30. Accès gratuit sur le site et au spectacle de musique traditionnelle. Patinage: 4 $. Une foule d'autres activités sont prévues autour de la patinoire jusqu'en mars. 514 496-PORT (7678), www.quaisduvieuxport.com.

    ***

    Collaboratrice du Devoir
    La patinoire réfrigérée du Vieux-Port, ouverte depuis le début de décembre, est cerclée de lumières qui mettent de l’ambiance. Demain, à 20h, aura lieu le dernier des quatre Feux sur glace Telus. Photo: Patrice Lamoureux Devant la patinoire, côté promenade, on a dressé une grosse tente ronde en forme d’igloo: c’est le Bar d’hiver, chauffé, où on peut entrer sans déchausser ses patins. Photo: Donald Courchesne
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel