Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Lettres: Réflexe de conquis

    20 août 2007 |Jimmy St-Gelais - Saint-Jérôme, le 15 août 2007 | Actualités en société
    Les coprésidents de la commission Bouchard-Taylor l'affirment. Les Québécois voient de manière suspicieuse leurs minorités même s'ils constituent la culture majoritaire sur leur propre territoire. Un fait que le chef de l'Action démocratique du Québec (ADQ) avec ses propos toujours «éclairés» a encore démontré en affirmant récemment que la capacité du Québec d'accueillir les immigrants avait atteint ses limites, ce qui nous rappelle les politiques de Duplessis en matière démographique qui favorisaient la forte natalité des Québécois de souche.

    Un non-sens, lorsque le Québec a besoin de plus en plus d'immigrants afin de renflouer son faible rendement de remplacement des générations. Aussi, un comportement de conquis, qui empoisonne notre inconscient collectif depuis la conquête britannique et tend à nous diriger vers la méfiance envers les nouveaux arrivants. Les anciennes déclarations de Mario Dumont sur les accommodements raisonnables visant à limiter les droits culturels des immigrants vont dans le même sens.

    Il s'agit peut être d'un signe des temps. Une nation québécoise qui connaîtra une baisse démographique de sa population peut engendrer une riposte politique réactionnaire. L'histoire du monde a déjà connu ce genre de revirement d'une société se sentant menacée dans sa survie et qui, pour contrer un possible déclin, se tourne vers la xénophobie, le protectionnisme culturel ainsi qu'économique, et accepte un recul social vers des valeurs plus conservatrices pour renforcer son sentiment d'identité nationale.

    C'est la voie de la facilité, engendrée par la peur de tout un peuple de disparaître, mais les Québécois ne doivent pas s'engager dans cette direction. Il est important de s'intégrer au reste du monde, d'accepter les différences et de trouver d'autres solutions à nos problématiques nationales.

    Il est préférable de propager l'image d'une nation ouverte sur l'égalité de tout un chacun, capable d'accueillir les ethnies sans préjudices, pour permettre un apport accru d'immigration qui bénéficiera économiquement et socialement à tout le peuple québécois dans l'avenir.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.