La note de partage

Ce rendez-vous est un coup de chapeau mais aussi une forme de présent aux musiciens et au public de la part de l’association.
Photo: Jacques Grenier Ce rendez-vous est un coup de chapeau mais aussi une forme de présent aux musiciens et au public de la part de l’association.

La Place des Arts abritera dimanche un concert particulier, celui célébrant les 30 ans de l'Association des orchestres de jeunes de la Montérégie (AOJM). Il réunira 125 musiciens de la saison 2004-05 mais aussi une cinquantaine d'anciens, qui se joindront à l'ensemble à la fin du concert. On ne manquera donc pas de bras et de souffle pour célébrer les plus beaux extraits tirés des oeuvres symphoniques les plus populaires du répertoire, tels la Moldau de Smetana, la 40e Symphonie de Mozart, la Suite Holberg de Grieg, España de Chabrier, les Tableaux d'une exposition de Moussorgski, l'Oiseau de feu de Stravinski, l'Arlésienne de Bizet, les Pins de Rome de Respighi et l'incontournable Casse-Noisette de Tchaïkovski.

Jean-Claude Paré, directeur de l'Association des orchestres de jeunes de la Montérégie, raconte: «Au départ, il s'agissait d'une association de professeurs qui enseignaient les instruments à cordes. L'association s'est développée, de même que les concerts, présentant les travaux des élèves au public. Il a donc été décidé d'offrir une formation plutôt orchestrale qu'individuelle. L'Orchestre symphonique des jeunes de la Montérégie, qui existe comme tel depuis 1991, a pris la succession de l'Orchestre symphonique montérégien créé en 1977.»

L'association, qui comptait jusqu'en 1995 un orchestre de chambre, anime à l'heure actuelle trois orchestres: l'Orchestre symphonique dirigé par Luc Chaput, l'Orchestre à cordes junior de la Montérégie mené par Nicole Lauzière, créé en 1981, et l'Ensemble Prélude pour les musiciens en herbe, chaperonnés par Zoé Dumais. Les trois mentors seront sur scène au Théâtre Maisonneuve dimanche à 19h30 pour cette grande fête de la musique.

Cette fête se place sous le signe du partage car ces jeunes instrumentistes montérégiens, élèves du secondaire (du primaire, même, s'agissant de Prélude), du cégep et de l'université, ne sont pas tous de futurs musiciens professionnels. Jean-Claude Paré estime à 40 % la part des élèves en musique, l'autre 60 % étant là pour son pur plaisir. C'est donc un coup de chapeau, mais aussi une forme de présent de la part de l'association, que ce rendez-vous prestigieux: «Ce concert à la Place des Arts est comme un cadeau à nos musiciens et à notre public; aux musiciens surtout car vous imaginez bien que, parmi les 175 musiciens de 8 à 25 ans qui joueront dimanche, certains feront carrière dans la musique mais que d'autres, assurément pas. Toutefois, tous pourront dire: "J'ai joué à la Place des Arts au moins une fois dans ma vie"», se réjouit Jean-Claude Paré.

Le directeur de l'AOJM anticipe avec beaucoup de plaisir cette date festive, où les jeunes musiciens pourront, par «une interprétation unique et soignée, empreinte de la vitalité et de la sensibilité propres à leur âge, faire la démonstration de leur talent exceptionnel, de leur passion pour la musique classique et de la grande complicité qui les unit».

L'AOJM organise trois manifestations annuellement: un concert en mars pour l'Orchestre symphonique, puis un concert à Noël et un concert de fin d'année réunissant les trois formations. Si le millésime 2004-05 est riche en élèves suivant des programmes de musique dans les cégeps, Jean-Claude Paré note que la limite d'âge, fixée à 25 ans, ne pose pas de problème dans la gestion de l'orchestre: «Peu d'éléments se rendent à cet âge car à l'université, la charge de travail augmente et l'emploi du temps devient trop contraignant. Et ceux qui poursuivent leurs études dans le domaine musical à McGill ou à l'Université de Montréal sont appelés à jouer dans d'autres orchestres.»

Le financement de l'AOJM est assuré par la contribution des parents (178 $ par an pour ceux dont l'enfant est membre de l'Orchestre symphonique), la vente des billets, les commanditaires privés tels que Pratt et Whitney, Hydro-Québec, la Banque laurentienne et Bombardier, et une modeste contribution publique. Jean-Claude Paré explique: «Chaque année, on arrache quelques sous au ministère de la Culture. Mais il y a un moratoire en vigueur qui affecte deux des neuf orchestres de jeunes au Québec. Et nous sommes, hélas, parmi les deux!» Il conclut, non sans fierté: «Mais, au final, on boucle notre budget!»

- Association des Orchestres de jeunes de la Montérégie, concert du trentième anniversaire. Îuvres de Smetana, Mozart, Grieg, J. Strauss, Chabrier, Tchaïkovski, Bizet, Stravinski, Mascagni, Moussorgski et Respighi. Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, dimanche, 19h30. (514) 842-2112