Grand Prix: hausse du trafic des femmes aux frontières

À l’approche du Grand Prix du Canada, le nombre d’annonces d’escortes a triplé l’an dernier sur les sites Internet recensés par la GRC.
Photo: Mathias Kniepeiss Getty Images/Agence France-Presse À l’approche du Grand Prix du Canada, le nombre d’annonces d’escortes a triplé l’an dernier sur les sites Internet recensés par la GRC.

À l’aube du Grand Prix du Canada, des femmes sous l’emprise de proxénètes se présentent aux frontières. Pour la Gendarmerie royale du Canada (GRC), l’augmentation de la traite des femmes à des fins d’exploitation sexuelle ne fait pas de doutes, et la surveillance aux frontières est donc renforcée.

« Je m’excuse, si ça sonne, je n’aurai pas le choix de répondre. » Hier, aujourd’hui, demain : le cellulaire de Nicola Ferraro vibre beaucoup cette semaine, comme durant cette entrevue avec Le Devoir. De Saint-Bernard-de-Lacolle ou de l’aéroport, on l’appelle pour l’avertir que des femmes qu’on soupçonne d’être victimes de la traite se trouvent à la frontière.

« C’est arrivé à plusieurs reprises dans les derniers jours que l’on note que des hommes traversent avec des femmes de l’étranger », dit-il, sans pouvoir encore déposer de bilan chiffré. Enquêteur à l’Unité de traite de personnes internationales de la GRC, M. Ferraro affirme sans ambiguïté que l’exploitation sexuelle d’étrangères connaît un bond avant et durant le Grand Prix à Montréal.

Le nombre d’annonces d’escortes dans les semaines précédant l’événement a triplé l’an dernier sur les sites Internet recensés par la GRC.

La vente de services sexuels n’est pas criminelle au Canada depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle loi le 6 décembre 2014. Selon la GRC, la corrélation est cependant claire entre l’augmentation de l’offre de services sexuels et la traite de personnes, qu’elle soit internationale ou nationale.

Au moins 600 à 800 personnes entreraient ainsi chaque année au pays, selon les chiffres le plus souvent cités dans les études consultées.

Formation et sensibilisation

L’unité de M. Ferraro a donc formé les agents frontaliers en poste pour traquer certains « indicateurs » de la traite. Véhicules, autobus et trains sont scrutés plus attentivement pour reconnaître des femmes qui auraient été mises en esclavage par des proxénètes.

Certains signes récurrents ne mentent pas : des femmes transportant peu de bagages, qui n’ont pas beaucoup de contacts dans la métropole ou qui ont une idée vague de leur destination.

La GRC coordonne l’initiative Griffon, travaillant avec l’Agence des services frontaliers du Canada, Aéroports de Montréal et les services de police Montréal, Longueuil et Laval. Au sud de la frontière, c’est aussi le FBI, le département de la Justice, les douanes et le département de la Sécurité intérieure des États-Unis qui sont sollicités.

Ce dernier ministère américain a d’ailleurs fourni du matériel de sensibilisation, distribué au personnel des hôtels de la grande région métropolitaine.

Comment les convaincre de dénoncer leurs propres clients ? « Est-ce que tu veux que je sois en uniforme devant ton hôtel en train d’arrêter des hommes ? Ou que ce soit écrit sur TripAdvisor ? », répond Nicola Ferraro du tac au tac.

Aux frontières, on prévient aussi les touristes que l’achat de services sexuels est criminel au Canada.

Faire dégeler la parole

L’an dernier, seule une dizaine de personnes ont toutefois été arrêtées lors de l’offensive Griffon. L’initiative n’existe que depuis trois ans, justifie l’enquêteur, et elle permet de « monter des dossiers » d’année en année.

Des dossiers extrêmement difficiles à faire aboutir au dépôt d’accusations, avoue-t-il. Les victimes de traite ne parlent pas la langue, sont en proie au contrôle serré ou violent d’un proxénète ou sont « tellement manipulées qu’elles ne savent même plus ce qui se passe ».

Certaines croient qu’elles seront traitées en criminelles, ou ne font pas confiance aux corps policiers à cause de mauvaises expériences dans leur pays d’origine.

Les proxénètes menacent parfois aussi les femmes de représailles envers leur famille restée au pays. « Ce n’est pas après cinq minutes d’intervention à l’aéroport que ces filles-là vont se confier. »

La traite est organisée à l’échelle mondiale dans les réseaux du crime organisé. Elle arrive en effet en tête de liste des activités criminelles les plus lucratives : « Je pense qu’ils font autant d’argent avec les femmes qu’avec la drogue ou la vente d’armes », confirme ce policier de la GRC.

Les trafiquants tireraient entre 500 $ et 1000 $ par femme chaque jour, puisqu’ils gardent les profits générés par leur victime, indique un rapport de 2013 du Centre national de coordination contre la traite de personnes.

Le Conseil des Montréalaises vient également d’être mandaté par la Ville de Montréal pour documenter durant trois ans l’existence et l’ampleur du phénomène de la traite des femmes et des filles durant le Grand Prix de Formule 1.

2 commentaires
  • Johanne St-Amour - Abonnée 9 juin 2017 13 h 09

    Gagner du temps?

    Depuis maintenant 13 ans, je milite pour l'abolition de la prostitution que je considère être une violence faite aux femmes, comme les SuédoisEs l'ont proclamé en 2017 en édictant ce qu'on appelle maintenant le modèle nordique.

    En 1997 la Suède a criminalisé les acheteurs de services sexuels, a investi d'énormes sommes d'argent pour aider les femmes (majoritaires dans cette exploitation) à s'en sortir, a fait d'énormes campagnes de publicité afin d'éduquer la population et particulièrement les acheteurs aux conséquences de la prostitution. On a même investi beaucoup d'argent pour aider les «acheteurs» à ne plus requérir les services de femmes qu'on prostitue. Ces décisions allaient nettement dans le sens d'une réelle égalité entres les femmes et les hommes.

    Mais pour cela, il faut une volonté politique claire! Ce que Justin Trudeau, Philippe Couillard et Denis Coderre n'ont pas démontré jusqu'à ce jour.

    Et sincèrement, je suis déçue de cette demande du maire Coderre, qui avait aussi promis de fermer les salons dits «de massage»! À mon avis, le maire Coderre désire avant tout gagner du temps et ne désire aucunement agir.

    Des groupes comme la Concertation des luttes contre la prostitution, la Maison de Marthe à Québec, la Y, le CATHII, la gendarmerie royale du Canada, le phare des Affranchies, l'organisme des survivantes CAFES sont déjà bien au fait de la situation. J'espère que le Conseil des Montréalaises les consultera et ne se laissera pas berner par les discours des groupes qui prônent la prostitution, une prétendue liberté des femmes d'utiliser leur corps comme elles le désirent. Il en va aussi de l'avenir de nos enfants!

    Personnellement, je m'engage en tant que féministes à surveiller de près les retombées de ces «actions».

  • Michel Lamarche - Abonné 9 juin 2017 13 h 22

    Arrestation de Neda Topalesky

    Et pendant ce temps, on arrête Neda Topalesky parce qu'elle a osé manifester contre cette exploitation des femmes et on l'accuse de méfait public. Peut-on vraiment croire à la volonté de casser cette exploitation?
    Michel Lamarche